Michel Bauwens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bauwens.
Michel Bauwens en 2007.

Michel Bauwens, né le 21 mars 1958, est un théoricien belge du Pair à pair, auteur et conférencier sur des sujets technologiques et culturels innovants.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Bauwens a obtenu un diplôme en Relations politiques/Relations Internationales en 1981 à l'université libre de Bruxelles [1]. Il est rédacteur en chef de la revue belge Wave mais il est surtout connu pour avoir fondé la (en) fondation pour les alternatives P2P.

Au début de sa carrière il a travaillé comme analyste pour l'United States Information Agency, il a été directeur de l’information stratégique chez BP ainsi que responsable de la stratégie à long terme chez Belgacom (jusqu'en 2002)[2]. Il est aussi le créateur de deux 'dot.coms' belges spécialisées dans la construction d'intranet/extranet (eCom) et dans le cybermarketing (KyberCo).

Entre 1997 et 1998 il a coproduit, avec Frank Theys, un documentaire de 3 heures sur le transhumanisme intitulé « TechnoCalyps, the metaphysics of technology and the end of man »[3].

En 2010, il a participé au forum mondial du libre comme conférencier.

Il a enseigné l’anthropologie numérique à ICHEC/St. Louis à Bruxelles puis à l'université de Payap ainsi qu'à l'université Dhurakij Pundit en Thaïlande.

Depuis mars 2003 il vit en Thaïlande à Chiang Mai.

La théorie du pair à pair[modifier | modifier le code]

Le pair-à-pair fait référence à la structure d’un réseau. C'est la capacité des ordinateurs à rentrer en contact les uns avec les autres mais sans qu’il n’y ait un point central ni qu'ils aient besoin d'une permission [4]. Michel Bauwens a commencé à s'interroger sur le pair-à-pair lorsqu'il travaillait chez Belgacom dans les années 90. Il réalisa que la logique du pair-à-pair permettrait de répondre aux «failles» du système comme les dommages environnementaux, les injustices sociales ou encore la dégradation des relations sociales. En effet, ce modèle pourrait s'adapter à une structure sociale. Dans cette structure chacun serait capable de communiquer et de collaborer, là aussi, sans avoir besoin de demander la permission. Le pair-à-pair permettrait la création de valeur commune en partageant ses connaissances. La production de ressources ne serait pas dû à une motivation financière mais grâce à la libre participation des citoyens. C'est un changement de perspective qui permettrait à chacun de contribuer aux manquement de l'autre.

Michel Bauwens affirme que «le P2P est le socialisme du XXIe siècle !» et que « La révolution induite par le P2P aura des effets similaires à ceux provoqués par l’apparition de l’imprimerie au XVe siècle»[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]