Massacre du samedi soir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Massacre du samedi soir (Saturday Night Massacre) est le nom donné par les commentateurs politiques à la mise à pied exécutive du procureur indépendant spécial Archibald Cox par le président américain Richard Nixon et à la démission du procureur général Elliot Richardson et du sous-procureur général William Ruckelshaus au cours du Scandale du Watergate le 20 octobre 1973,[1].

Richardson avait nommé Cox en mai de la même année, après avoir garanti au Comité judiciaire du Sénat qu'il nommerait un conseiller indépendant pour enquêter sur les événements entourant le cambriolage du Watergate le 17 juin 1972. Cox a subséquemment transmis un subpoena à Nixon lui demandant de transmettre des copies des conversations enregistrées au bureau ovale et autorisées par Nixon à titre de preuve. Le président a d'abord refusé de se conformer au subpoena, mais le 19 octobre 1973, il offrit de demander au sénateur américain John C. Stennis de revoir les enregistrements et d'en faire la synthèse pour le bureau du procureur spécial (événement qui serait plus tard baptisé compromis de Stennis).

Cox refusa ce compromis le même soir et on croyait qu'il y aurait une pause dans les manœuvres légales puisque les bureaux gouvernementaux étaient fermés pour la fin de semaine. Toutefois, le président Nixon procéda au renvoi de Cox à partir de son bureau le soir suivant, un samedi. Il contacta le procureur général Richardson et lui ordonna de renvoyer le procureur spécial. Richardson refusa et décida de remettre sa démission en guise de protestation. Nixon transmit ensuite le même ordre au procureur général Ruckelhaus; il refusa et donna également sa démission en guise de protestation.

Nixon contacta ensuite l'Avocat général des États-Unis, Robert Bork et lui ordonna, en tant que chef par intérim du ministère de la Justice, de renvoyer Cox. Richardson et Ruckelhaus avaient tous deux assuré personnellement au comité du Congrès chargé de superviser l'enquête du procureur spécial qu'il n'interféreraient pas dans l'enquête. Bork n'avait pas fait une telle promesse au comité. Il se conforma donc à l'ordre de Nixon et renvoya Cox. À l'origine, la Maison-Blanche affirma avoir renvoyé Ruckelhaus, mais comme l'indiquait un article du Washington Post paru le jour suivant, "La lettre du Président à Bork disait aussi que Ruckelhaus avait démissionné".

Le Congrès fut furieux contre ce geste, vu comme un abus grave des pouvoirs présidentiels. Dans les jours qui suivirent, plusieurs projets de loi d'Impeachment contre le président furent introduits au Congrès. Nixon se défendit au cours d'une célèbre conférence de presse le 17 novembre 1973, dans laquelle il affirma :

« ...Dans toutes mes années de vie publique, je n'ai jamais fait obstruction à la justice. Je crois aussi pouvoir dire que dans toutes mes années de vie publique, j'ai bien accueilli ce genre d'examen, parce que les gens doivent savoir si leur président est une crapule. Eh bien je ne suis pas une crapule ! J'ai mérité tout ce que j'ai. »[2].

La présidence de Nixon allait succomber aux pressions croissantes résultant du scandale du Watergate et son camouflage. Devant la menace alors certaine d'une destitution par impeachment, Nixon démissionna le 9 août 1974.

La loi sur l'éthique gouvernementale de 1978, aussi appelée Loi du conseil indépendant, maintenant échue, est la résultante directe du Massacre du samedi soir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nixon Forces Firing of Cox, Ruckelhaus Quit.
  2. [présentation en ligne].