Marie-Claire Heureuse Félicité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marie-Claire Bonheur

Titre

Impératrice d'Haïti

2 septembre 180417 octobre 1806
(8 mois et 1 jour)

Prédécesseur Aucun
Successeur Marie-Louise Coidavid (reine)
Biographie
Naissance Léogâne
Décès Gonaïves
Père Guillaume Bonheur
Mère Marie-Sainte Lobelot
Conjoint Jacques Ier
Enfants Faustin Ier d’Haïti Red crown.png

Marie-Claire Heureuse Félicité Bonheur, née à Léogâne en 1758 et morte à Gonaïves le 9 août 1858, est impératrice d'Haïti (1804-1806), en tant qu'épouse de Jean-Jacques Dessalines, empereur d'Haïti sous le nom de Jacques Ier.

Ses origines[modifier | modifier le code]

Née dans une famille pauvre, mais libre, elle était la fille de Guillaume Bonheur et de Marie-Sainte Lobelot ; elle fut éduquée par sa tante Elise Lobelot, gouvernante d'un ordre religieux. Elle épousa Pierre Lunic, charron au service des frères de Saint Jean de Dieu,d'un ordre religieux et devint veuve en 1795.

Le siège de Jacmel[modifier | modifier le code]

Pendant le siège de Jacmel en 1800, elle se fit connaître pour son travail en faveur des blessés et affamés, et convainquit Dessalines, qui était l'un des assiégeants de permettre que quelques routes fussent ouvertes en sorte que les blessés dans la ville pussent recevoir de l'aide. Elle procura aux femmes et aux enfants des vivres, des vêtements et des médicaments qu'elle avait pu faire venir à la ville, puis fit cuire pour eux de la nourriture dans les rues.

Sa vie avec Dessalines[modifier | modifier le code]

Le 2 avril 1800, elle épousa Jean-Jacques Dessalines à l'église paroissiale Sainte-Rose-de-Lima de Léogâne. On l'a décrite comme aimable, miséricordieuse et naturelle, avec des manières à la fois élégantes et chaleureuses, et tout au contraire de son époux manifestait sa gentillesse envers les gens de toutes couleurs. Elle fit légitimer les enfants bâtards de son conjoint. Très opposée à la politique de son époux envers les Français blancs d'Haïti, elle pourvut aux besoins des prisonniers, et elle n'hésita pas à sauver un grand nombre d'entre eux, malgré la fureur de son époux, qui avait prévu de les massacrer: on raconte qu'elle serait tombée à genoux devant lui pour le supplier de les épargner. Elle serait allée jusqu'à cacher l'un d'eux, Descourtilz, sous son propre lit. Elle est citée pour avoir protégé les deux petites filles orphelines du Cap, Hortense et Augustine de Saint-Janvier, et pour avoir organisé leur rapatriement en France. Elle fut faite impératrice en 1804.

La fin de sa vie[modifier | modifier le code]

Après la déposition et la mort de son époux en 1806, elle refusa l'hospitalité d'Henri Christophe. Comme les biens de son conjoint avaient été confisqués, elle vécut dans la pauvreté à Saint-Marc jusqu'en août 1843, où on lui accorda une pension de 1.200 gourdes. Lorsque Faustin Ier devint empereur d'Haïti, il idéalisa son défunt mari et augmenta sa pension pour manifester son admiration, mais Marie-Claire, à laquelle cette attitude n'inspirait aucune sympathie, refusa de toucher à l'argent. Elle alla vivre chez sa petite-fille et connut la pauvreté jusqu'à sa mort dans la nuit du 8 au 9 aout 1858 aux Gonaïves à plus de cent ans.

Référence de traduction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]