Jean de Dieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : João de Deus.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Jean.
Jean de Dieu
Image illustrative de l'article Jean de Dieu
Saint Jean de Dieu peint par Bartolomé Esteban Murillo
Saint
Naissance
Montemor-o-Novo, Portugal
Décès   (à 55 ans)
Grenade
Béatification
par Urbain VIII
Canonisation
par Alexandre VIII
Vénéré par l'Église catholique romaine
Saint patron Saint patron des malades et des hôpitaux depuis 1886 et Saint patron des infirmiers et des infirmières depuis 1930

Jean de Dieu, (né João Cidade le à Montemor-o-Novo au Portugal et mort le ) est un saint portugais canonisé en 1690, fondateur de l'Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Dieu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et vie aventureuse (1495-1538)[modifier | modifier le code]

Il naît en 1495 à Montemor-o-Novo au Portugal, au sein d’une famille pauvre. Quand il n’avait pas encore 10 ans, ses parents s’établirent à Oropesa en Espagne, dans la maison de François Cid Mayoral, celui qui était prêtre.

Il commença par mener une vie des plus aventureuses : enlevé enfant par un inconnu, puis abandonné, il devint berger puis, en 1523 s’engagea dans l’armée et participa à de nombreuses guerres, la dernière en 1532 avec Charles Quint contre les Turcs. Ce fut pour lui une dure expérience.

En 1535 il se mit à travailler comme tailleur de pierre pour la fortification de la ville de Ceuta. Il aida, avec ses maigres revenus une noble famille portugaise qui vivait ruinée. Plus tard il alla à Gibraltar, où il se dit vendeur ambulant de livres et de timbres. Il déménagea définitivement à Grenade en 1538 et ouvrit une petite librairie.

C’est là qu’il eut ses premiers contacts avec des livres religieux.

Conversion et asile[modifier | modifier le code]

Le 20 janvier 1537, à l’âge de 42 ans il se rendit à un sermon de Jean d'Avila, au cours duquel il eut sa conversion. Les propos de Jean d'Avila provoquèrent en lui un si grand choc qu’il se mit à détruire les livres qu’il vendait, se mit à traverser nu la ville sous les huées des enfants qui le suivaient. Son comportement fut considéré comme celui d'un aliéné et il fut incarcéré dans l’hôpital psychiatrique de l’Hopital Real, avec les fous et les mendiants. Il prend alors la résolution de s’occuper et de servir les malades. Jean d'Avila fut son directeur spirituel, et le poussa à faire un pèlerinage au sanctuaire de la Vierge de Guadelupe, en Estrémadure.

Fondation[modifier | modifier le code]

Statue de Saint Jean de Dieu à Vilar de Frades, Barcelos, au Portugal

Sorti de l'asile, il fonde à Grenade (Espagne), en 1537, son premier hôpital, selon des conceptions très hardies pour son temps. Des disciples se joignent à lui ; ensemble, ils posent les fondements d'un ordre hospitalier au service des pauvres malades : les Frères de la Charité, appelé de nos jours l'ordre des hospitaliers de Saint-Jean-de-Dieu.

Rainer Maria Rilke raconte, dans ses Cahiers de Malte Laurids Brigge (Die Aufzeichnungen des Malte Laurids Brigge), qu'en train d'agoniser, Saint Jean-de-Dieu se leva soudain pour aller détacher dans un jardin proche un homme qui venait de se pendre.

Postérité[modifier | modifier le code]

Il a été proclamé par Léon XIII patron des malades, des hôpitaux et des ordres hospitaliers en 1886, et par Pie XI, patron des infirmiers, infirmières ainsi que des imprimeurs, relieurs et libraires en 1930. Les personnes alcooliques sollicitent son aide pour guérir leur dépendance.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]