Máni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la mythologie nordique, Mani (ou Máni), fils de Mundilfari et Glaur, est le dieu de la Lune et le frère de la déesse du Soleil Sol.

Naissance[modifier | modifier le code]

La naissance du soleil et de la lune est racontée dans le Gylfaginning:
"Il y avait un homme qui s'appelait Mundilfœri et qui avait deux enfants. Ils étaient si beaux et si splendides qu'il donna à son fils le nom de Mani et sa fille celui de Sol […] Mais les dieux se courroucèrent de cette présomption, aussi se saisirent-ils du frère et de la sœur: ils les placèrent en haut dans le ciel […] Mani dirige le mouvement de la lune et préside à la croissance et à son décours[1]".
La paternité de Mundilfœri sur le soleil et la lune est également évoquée par le géant Vafþrúðnir, alors qu'il est interrogé par Odin. Il précise que Máni et Sol doivent chaque jour traverser le ciel pour compter les années des hommes[2].

Enlèvement[modifier | modifier le code]

Article connexe : Bil et Hjúki.

Máni est suivi par deux enfants appelés Bil et Hjúki qu'il a enlevés à la terre alors qu'ils revenaient d'une source appelée Byrgir et qu'ils portaient une cuve appelée Sœg[1]. On peut les voir depuis la terre.

Ces deux noms symboliseraient les deux phases de la lune: le décours, période néfaste que signifie le nom féminin Bil, et la croissance, période faste que personnifie Hjúki. Leur enlèvement alors qu'ils transportent de l'eau se rapporterait au lien entre phases lunaires et marées[3].

Mort[modifier | modifier le code]

"Les loups poursuivant Sol et Máni" (1909) de J. C. Dollman.

Comme sa sœur, Máni s'empresse dans le ciel parce qu'il est poursuivi par un loup, Hati. Comme sa sœur il sera finalement rattrapé, ce que ne précise cependant que le Codex Upsaliensis[4].
Par ailleurs, le loup Mánagarmr "dévorera la lune et aspergera de sang le ciel et l'air tout entier[5].

Dénomination[modifier | modifier le code]

En islandais, Máni (pl. Mána) est le substantif désignant la lune. Curieusement, et de manière assez atypique, la lune est masculine tandis que le soleil est féminin. Cette marque se retrouve dans les autres langues germaniques[6].
Dans l'Edda poétique, alors que Thor interroge le nain Alvis sur les noms donnés à la lune, celui-ci répond qu'elle est nommée "Máni" par les hommes, "Flamme" par les dieux, la Roue en Helheim, "le Pressé" par les géants, "le Brillant" par les nains ou encore le "Compteur d'années" par les elfes[7].

Divers[modifier | modifier le code]

Article connexe : Sleipnir#Naissance de Sleipnir.

Lors de la fortification d'Asgard, Máni est, avec Sol et Freya, l'une des récompenses que réclame le géant maître ouvrier qui construisit l'enceinte indestructible de la cité des dieux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gylfaginning 11
  2. Vafþrúðnismál 23
  3. Snorri Sturluson, François-Xavier Dillmann, L'Edda : récits de mythologie nordique, Paris, Gallimard, 1991, p. 152-153
  4. Gylfaginning 12 (Codex Upsaliensis)
  5. Ibid.
  6. Snorri Sturluson, François-Xavier Dillmann, op. cit.p. 152
  7. Alvíssmál 13-14