Lotoala Metia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lotoala Metia (mort le 21 décembre 2012[1]) est un homme politique tuvaluan.

Il est élu une première fois au Fale i Fono (parlement national) lors des élections législatives d'août 2006, en tant que député de Nukufetau[2]. Il est alors nommé ministre des Finances, de la Planification économique et des Industries dans le gouvernement du premier ministre Apisai Ielemia[1].

Il conserve son siège de député lors des élections législatives de 2010[3], mais le nouveau premier ministre Maatia Toafa ne le reconduit pas au gouvernement[4]. Trois mois plus tard, en décembre, Metia aide Willy Telavi à renverser le gouvernement Toafa par une motion de confiance. Telavi devient premier ministre et nomme Metia ministre des Finances[5].

Le mois suivant, en janvier 2011, des citoyens de sa circonscriptions demandent sa démission, mécontents qu'il ait rejoint le gouvernement Telavi. Une manifestation pacifique a lieu à Funafuti, la capitale ; en réponse, le gouvernement décrète l'état d'urgence et interdit temporairement tout rassemblement de dix personnes ou plus[6],[7]. Des membres du falekaupule de son île, le « puissant conseil des anciens », tentent en vain de le persuade de rejoindre l'Opposition parlementaire et d'aider à porter celle-ci au pouvoir[1].

En septembre 2012, il tombe malade, et passe les mois qui suivent en Nouvelle-Zélande. Il retourne aux Tuvalu pour voter en faveur du budget au Parlement le 13 décembre. Il est admis au centre de soins intensifs de son pays, puis est dépêché aux Fidji le 20 décembre pour y être hospitalisé. Il décède à l'hôpital à Suva le lendemain. La nature de sa maladie n'a pas été rendue publique[1].

Son décès prive le gouvernement Telavi d'une majorité claire au Parlement : il ne dispose plus que de sept sièges, soit autant que l'opposition. Dès lors, le gouvernement ne convoque plus le Parlement. Une élection partielle doit se tenir pour le siège laissé vacant par Metia, à Nukufetau ; Telavi parvient à retarder sa tenue jusqu'à ce qu'une décision de justice le contraigne à permettre cette élection, le 28 juin 2013. Le siège est remporté par le candidat de l'opposition, Elisala Pita. L'opposition demande alors que le Parlement soit convoqué, afin que le gouvernement puisse être destitué par une motion de censure déposée par la nouvelle majorité[8]. S'en suit une crise constitutionnelle, qui aboutit à la chute du gouvernement Telavi[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) "Tuvalu Minister dies in Suva", Islands Business, 24 décembre 2012
  2. (en) "Election Results Bring Changes", Tuvalu News, 3 août 2006
  3. (en) "Tuvalu Election Results", Tuvalu News, 16 septembre 2010
  4. (en) "New Tuvalu PM Maatia Toafa names cabinet", ABC Radio Australia, 29 septembre 2010
  5. (en) "Meeting restrictions in Tuvalu to ease political tension", Radio New Zealand International, 14 janvier 2011
  6. (en) "Tiny Pacific state in crisis", Stuff.co.nz, 14 janvier 2011
  7. (en) "Political Crisis in Tuvalu Escalates", Tuvalu News, 13 janvier 2011
  8. (en) "Tuvalu’s Opposition waiting to hear from GG", Islands Business, 1 juillet 2013
  9. (en) "Tuvalu opposition votes out government", Radio New Zealand International, 2 août 2013