Liane d'argent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La liane d'argent ou rose des bois (aussi connue sous son nom anglais Hawaiian baby woodrose) de nom scientifique Argyreia nervosa est une liane de la famille des convolvulacées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette plante est un exemple récent de plante hallucinogène n'ayant été reconnu que récemment. Alors que d'autres plantes très proches de la famille des Convolvulaceae, comme Turbina corymbosa (Ololiuhqui) et Ipomoea tricolor (Tlitliltzin), furent utilisées dans la tradition chamaniques d'Amérique du Sud pendant des siècles, la liane d'argent n'était pas reconnue comme hallucinogène. Ces propriétés furent observées pour la première fois dans les années 1960, en dépit du fait que ces propriétés sont très proches des plantes ci-dessus, et que ces graines contiennent la plus importante concentration de principe actif de la famille (environ 0.04% d'alcaloïde et 0.04% de LSA contre 0.02% d'alcaloïdes et 0.01% de LSA pour l' Ipomea purpurea)[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Usage médicinal[modifier | modifier le code]

Elle compte parmi les remèdes traditionnels de la médecine ayurvédique où elle est utilisée comme aphrodisiaque, tonique nerveux, dans le traitement du diabète et de l'arthrite[2]. Les feuilles et les racines de l'Argyreia Nervosa var. Speciosa ne sont pas psychoactives mais sont traditionnellement utilisées en Inde, pour leurs propriétés antiseptique et anti-inflammatoire.

Effet psychotrope[modifier | modifier le code]

Graine de rose des bois

Les graines contiennent des alcaloïdes psychotropes : l'ergine ou LSA, qui est très proche du LSD mais aussi de l'isoergine et de l'ergométrine.

Le molécule active de la Liane d'argent est l'ergine (LSA). Les effets sont décrits comme proches du LSD, bien que tout de même assez différents selon les utilisateurs les plus connaisseurs. Ces effets principaux sont les suivants : bien être, euphorie, changement de perceptions importantes, et en cas d'une ingestion massive, apparition de paternes de couleurs, hallucinations visuelles-sonores, expérience extra-corporelle, mystiques. Comme tout produit psychotrope, l'ergine peut être à l'origine d'un Bad Trip. Il est formellement déconseillé d'en consommer si l'on se trouve dans un état psychique difficile, ou si l'on a des antécédents de maladie psychiatrique dans sa famille (comme la schizophrénie). De nombreux sites proposent d'acheter des graines ou bien des préparations sous forme de gélules.

Modes de consommation[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs manières d'ingérer les graines de Liane d'Argent.

La plus simple serait de mâcher les graines pendant une demi-heure et les ingérer. Cette méthode requiert d'être à jeun depuis au moins douze heures, car les graines sont recouvertes d'une fine pellicule blanche qui provoque douleurs au ventre, vomissements, et potentiellement un bad-trip. Bien qu'il soit possible de gratter la pellicule pour limiter cela, il est impossible d'être sûr de l'avoir entièrement enlevée. Les préparations vendues sur internet et dans certaines boutiques spécialisées contenant de la liane d'argent peuvent avoir subi une extraction du principe actif (et parfois avoir été couplées à d'autres molécules), ou bien s'être vues adjointes un anti-vomitif. Cependant, l'utilisation d'un anti-émétique ayant un effet sur le cerveau et notamment sur la dopamine peut réduire les effets de la liane d'argent.

Une autre technique de consommation est de broyer les graines en une poudre très fine, de laisser cette poudre infuser (plus de 10h) dans un verre d'eau (où l'ergine se dilue), puis de filtrer et de boire le liquide. Cette technique pourrait limiter les effets vomitifs en évitant l'ingestion de la couche supérieure.

Extraction[modifier | modifier le code]

Il est possible d'effectuer une extraction du principe actif de la graine Rose des Bois en utilisant de l'éthanol et de l'éther diéthylique.

Photos[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Informations Lucid State
  2. Denis Richard, Jean-Louis Senon, Marc Valleur, Dictionnaire des drogues et des dépendances, Larousse,‎ 2004 (ISBN 2-03-505431-1)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :