Leopold Engleitner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Leopold Engleitner

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Leopold Engleitner présentant sa biographie en 2011

Naissance 23 juillet 1905
Strobl, Autriche
Décès 21 avril 2013 (à 107 ans)
Sankt Wolfgang im Salzkammergut, Autriche
Nationalité Drapeau d'Autriche Autriche
Distinctions
Médaille d'or de l'Ordre du Mérite autrichien (2007)

Leopold Engleitner (23 juillet 1905 - 21 avril 2013 (à 107 ans)), réfractaire au service armé en tant qu'objecteur de conscience durant la Seconde Guerre mondiale. À 107 ans, il était le survivant le plus âgé des camps de concentration de Buchenwald, Niederhagen et Ravensbrück[1].

En 2007, il a reçu la Médaille d'or de l'Ordre du Mérite autrichien et la Croix de chevalier de l'Ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

La vie d’Engleitner a fait l'objet du livre « Nein statt Ja und Amen » de Bernhard Rammerstorfer (de), publié en 1999 (traduit en anglais en 2004 sous le titre « Unbroken Will » et en français en 2006 sous le titre « Une volonté de fer ») puis du documentaire « Nein statt Ja und Amen » (récompensé entre autres de l'Ours d'or au 31è Festival des Nations de Ebensee, Autriche, et soutenu par les ministères fédéraux autrichiens de l'Éducation, de la Science et de la Culture et par celui des Affaires étrangères).

Professeur à l'Université de Vienne, le politologue Dr Manoschek souligne l'intérêt de ce travail dans la réhabilitation de cet objecteur de conscience : « Grâce à cet ouvrage, nous avons un récit détaillé de la vie et du destin d'un Témoin de Jéhovah en Autriche. Au cours des recherches sur la national-socialisme, ce groupe religieux a été largement ignoré[3]. »

Le Président de la République fédérale d'Autriche Heinz Fischer a rendu hommage au courage de Leopold Engleitner dans l'avant-propos de ce livre : « Cet objecteur de conscience, né à Salzbourg, n'a renoncé, ni à ses convictions religieuses, ni à ses principes, malgré les traitements cruels et indignes qui lui ont été infligés dans les prisons et dans les camps de concentration. […] C'est un ouvrage marquant sur les horreurs du national-socialisme, vécues et relatées par un homme d'exception[4]. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décès du plus vieux survivant des camps, Le Figaro.fr, 2 mai 2013.
  2. « Engleitner Leopold » sur le site officiel de la ville autrichienne Bad Ischl.
  3. Bernhard Rammerstofer, Une Volonté de fer, Éditions Schortgen, Esch-sur-Alzette (Luxembourg), 2007, p. 21.
  4. Bernhard Rammerstofer, Une Volonté de fer, Éditions Schortgen, Esch-sur-Alzette (Luxembourg), 2007, p. 11.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]