Le Nouveau Colosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Nouveau Colosse (The New Colossus) est un célèbre sonnet écrit par l'Américaine Emma Lazarus en 1883. Depuis 1903, il est gravé sur une plaque montée sur le piédestal de la Statue de la Liberté, dont il est devenu un symbole.

Le poème[modifier | modifier le code]

La partie la plus célèbre du poème, qui en est venue à symboliser l'esprit de la Statue de la Liberté (et plus généralement un certain idéal de l'Amérique), dans sa version originale puis traduit en français :

Give me your tired, your poor,
Your huddled masses yearning to breathe free,
The wretched refuse of your teeming shore.
Send these, the homeless, tempest-tost to me,
I lift my lamp beside the golden door!
Donnez-moi vos fatigués, vos pauvres,
Qui en rangs serrés aspirent à vivre libres,
Le rebut de vos rivages surpeuplés
Envoyez-les moi, les déshérités, que la tempête m'apporte,
De ma lumière, j'éclaire la porte d'or !

Le sonnet dans son intégralité :

Not like the brazen giant of Greek fame
With conquering limbs astride from land to land;
Here at our sea-washed, sunset gates shall stand
A mighty woman with a torch, whose flame
Is the imprisoned lightning, and her name
Mother of Exiles. From her beacon-hand
Glows world-wide welcome; her mild eyes command
The air-bridged harbor that twin cities frame,
"Keep, ancient lands, your storied pomp!" cries she
With silent lips. "Give me your tired, your poor,
Your huddled masses yearning to breathe free,
The wretched refuse of your teeming shore,
Send these, the homeless, tempest-tost to me,
I lift my lamp beside the golden door!

Significations[modifier | modifier le code]

Le Colosse dont il est question, « the brazen giant of Greek fame », est le Colosse de Rhodes, une des sept merveilles du monde de l'Antiquité.

Bartholdi, le sculpteur de la Statue de la Liberté, avait initialement conçu celle-ci comme un hommage à l'internationalisme républicain. Mais c'est avec le poème d'Emma Lazarus qu'elle a pris sa dimension symbolique de protectrice des opprimés, de phare guidant les immigrants venus chercher un nouveau départ dans le Nouveau Monde[1].

La Statue de la Liberté[modifier | modifier le code]

Sur sa base, la Statue de la Liberté porte une plaque de bronze sur laquelle est gravé The New Colossus.

Plaque du poème sur la base de la statue

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf Paul Auster : "Bartholdi's gigantic effigy was originally intended as a monument to the principles of international republicanism, but 'The New Colossus' reinvented the statue's purpose, turning Liberty into a welcoming mother, a symbol of hope to the outcasts and downtrodden of the world". In : Collected Prose : Autobiographical Writings, True Stories, Critical Essays, Prefaces, and Collaborations with Artists. Picador. 2005. ISBN 0-312-42468-X.

Voir aussi[modifier | modifier le code]