Lars Frederiksen and the Bastards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lars Frederiksen and the Bastards

Description de l'image  Larslive.jpg.
Informations générales
Pays d'origine San Francisco Californie Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Street punk, punk rock
Années actives 2001 à 2004
Labels Epitaph
Composition du groupe
Membres Lars Frederiksen
Craig Fairbaugh
Big Jay Bastard
Scott Abels
Logo

Lars Frederiksen and the Bastards est un projet parallèle de Lars Frederiksen de Rancid. C'est un groupe de punk rock aux influences diverses, allant du rock au hardcore.

Membres[modifier | modifier le code]

Bien que Craig n'apparaisse pas sur le premier album, il a toujours fait partie du groupe pour les tournées.

Historique[modifier | modifier le code]

Le groupe se forme après que Tim Armstrong, ami et partenaire de Lars au sein de Rancid, ait suggéré à Lars d'écrire des chansons sur son parcours et ses histoires lorsqu'il grandit à Campbell (Californie).

Lars débauche alors ces musiciens parmi son entourage, ainsi, Scott Abels est le batteur du groupe Hep Cat et ancien roadie batterie de Brett Reed avec Rancid, et Big Jay Bastard est le roadie guitare de Tim Armstrong et Matt Freeman.

Le groupe réalise alors un premier album éponyme Lars Frederiksen and the Bastards, sorti en 2001 chez Epitaph, contenant à la fois des compos et des reprises, comme "To Have and to Have Not" de Billy Bragg, "Leaving here" de Holland, Dozier & Holland (précédemment repris par Motörhead), ou encore une version à peine déguisée de "Tommorow Belongs To Me" de Skrewdriver, renommé "Campbell california".

Le deuxième opus du groupe, mixé par Brett Gurewitz de Bad Religion, sort en 2004, sous le nom Viking, clin d'œil aux origines danoises de Lars. On y trouve aussi quelques reprises comme "Marie marie" des Blasters, "For you" d'Anti-Nowhere League et aussi "Little Rude Girl" qui était à l'origine un projet destiné à Rancid. On note sur cet album les interventions de Tim Armstrong sur le titre "My life to live" et de Rob Aston sur "Switchblade".

Discographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]