Kim Hyesoon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kim Hyesoon
Kim Hye-soon.jpg

Hangeul 김혜순

Kim Hyesoon (en hangeul 김혜순) est une poète coréenne née en 1955.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kim Hyesoon est née en 1995 à Uljin, Gyeongsangbuk-do. Elle obtient son doctorat en littérature coréenne à l'Université Konkuk et débute en tant que poète en 1979 avec la publication de Le poète fumant sa cigarette (Dambaereul piuneun si-in) ainsi que quatre autres poèmes dans la revue Munhakkwa jiseong (Littérature et Intellect)[1]. Kim est une poète contemporaine très importante en Corée, elle vit à Séoul et enseigne l'écriture à l'Institut des Arts de Séoul. Elle fut également l'une des auteures d'avant-garde dans la revue Munhakkwa jiseong [2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Kim a commencé à recevoir un accueil favorable de la critique à partir des années 1990 estimant elle-même que cet accueil était en partie lié à l'effervescence de l'écriture féminine durant cette période[3]. Kim a reçu de nombreux prix littéraires durant sa carrière incluant le prix littéraire Kim Su-yong (1997) pour son poème Une pauvre machine d'amour (Bulssanghan sarang gigye), le prix de poésie Sowol (2000)[4] et le prix littéraire Midang (2006), prix dont les titres reprennent le nom de poètes coréens prestigieux. Kim fut la première poète femme à recevoir ces prestigieuses distinctions.

L'oeuvre poétique de Kim inclut notamment : D'une autre étoile (Tto dareun byeoleseo,1981), L'épouvantail de mon père (Abeojiga se-un heosuabi, 1984), L'enfer d'une certaine étoile (Eoneu byeolui jiok, 1987), Nos photos négatives (Urideurui eumhwa, 1991), Mon Upanishad, Séoul (Naui upanisyadeu, Seo-ul, 1994), Une pauvre machine d'amour (Bulssanghan sarang gigye, 1997), Pour le calendrier du directeur d'usine (Dalyeok gongjang gongjang jangnim boseyo, 2000), Un verre fait de miroirs rouges (Hanjanui bulgeun geo-ul, 2004), Votre premier (Dangsinui cheot, 2008), Dentifrice de chagrin et Crème de miroir (Seulpeum chiyak Geo-ul krim, 2011).

Kim a participé à des lectures de poésies dans plusieurs festivals à travers le monde : Centre de poésie du collège Smith (2003), Festival de poésie de Taipei (2008), 41ème festival international de poésie de Rotterdam (2010), etc.

Le talent poétique de Kim réside dans sa facilité à combiner des images poétiques avec une expérimentation du langage tout en donnant « un style féminin » à son écriture à l'aune de ses expériences de femme[5]. Son langage est à la fois violent et agile, approprié pour ses thèmes privilégiés comme la mort et l'injustice[6]. À plusieurs reprises, la poésie de Kim est traversée par la couleur du sang comme dans des expressions, "bébé rouge", "fluide embryonnaire rouge", "rosée pourpre"[7].

Bibliographie en coréen (partielle)[modifier | modifier le code]

  • 또 다른 별에서 D'une autre étoile, Seoul : Munhakkwa jiseongsa, 1981
  • 아버지가 세운 허수아비 L'épouvantail de mon père, Seoul : Munhakkwa jiseongsa, 1984
  • 어느 별의 지옥 L'enfer d'une certaine étoile, Seoul : Cheongha, 1988. Reprinted by Munhakdongnae, 1997
  • 우리들의 음화 Nos photos négatives, Seoul : Munhakkwa jiseongsa, 1991
  • 나의 우파니샤드, 서울 Mon Upanishad, Séoul, Seoul : Munhakkwa jiseongsa, 1994
  • 불쌍한 사랑 기계 Une pauvre machine d'amour, Seoul : Munhakkwa jiseongsa, 1997
  • 달력 공장 공장장님 보세요 Pour le calendrier du directeur d'usine, Seoul : Munhakkwa jiseongsa, 2000
  • 한잔의 붉은 거울 Un verre fait de miroirs rouges, Seoul : Munhakkwa jiseongsa, 2004
  • 당신의 첫 Votre premier, Seoul : Munhakkwa jiseongsa, 2008
  • 슬픔치약 거울크림 Dentifrice de chagrin et Crème de miroir, Seoul : Munhakkwa jiseongsa, 2011

Essai[modifier | modifier le code]

  • Ecrire en tant que femme : l'amour, la patience, le poète et vous (Seoul, Munhakdongne, 2002) - Essai sur la poésie

Analyse critique[modifier | modifier le code]

  • Ruth Williams. "“Female Poet” as Revolutionary Grotesque: Feminist Transgression in the Poetry of Ch’oe Sŭng-ja, Kim Hyesoon, and Yi Yŏn-ju." Tulsa Studies in Women's Literature 29.2 (2010): 395-415. Project MUSE. Web. 28 Mar. 2012. <http://muse.jhu.edu/>.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]