Jules Mascaron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir mascaron (homonymie).
Jules Mascaron

Jules Mascaron[1] (1634 - 1703) est un prédicateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Marseille, d'un père avocat à Aix-en-Provence, il entra très tôt à la Congrégation de l'Oratoire et devint vite un prédicateur réputé. Paris confirma bientôt l'appréciation de la province ; en 1666 on lui demanda de prêcher devant la Cour, et il devint un des favoris de Louis XIV, qui prétendait que son éloquence était « une des rares choses qui ne vieillissent pas ».

En 1671, il fut nommé évêque de Tulle, puis huit années plus tard, évêque d'Agen. Il continua néanmoins de prêcher régulièrement à la Cour, surtout à l'occasion de funérailles. Son panégyrique de Turenne, en 1675, est considéré comme son chef-d'œuvre. Son style est marqué par la préciosité.

Il fut admiré par Mme de Sévigné et par Mlle de Scudéry, avec laquelle, il correspondit. Cette relation bâtie sur une admiration partagée a duré 40 ans. Elle était à la fois sa confidente et sa lectrice avisée qu’il attendait son opinion avant de prononcer ses discours. Comme orateur, il avait régulièrement recours aux citations tirées des auteurs de l'Antiquité gréco-romaine sans pour autant oublier de faire des allusions aux progrès scientifiques de son siècle. Ses élans imaginaires, sa trivialité, sa naïveté, familiarité figurent parfois comme des défauts. Néanmoins, il était un orateur qui communique avec ses auditeurs.

Il consacra ses dernières années à son diocèse, où il mourut en 1703.

Six de ses plus fameux sermons ont été édités en 1704.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Charles Bordes, Recueil des oraisons funèbres prononcées par Messire Jules Mascaron, G. Dupuis, 1704
  • Esprit Fléchier, Choix d'oraisons funèbres de Bossuet, Fléchier, Massillon, Bourdaloue, Mascaron, et de M. de Beauvais, accompagné de notes, et précédé d'un essai sur l'oraison funèbre, par M. Villemain, Testu, 1813
  • Jules Mascaron, "Les Oraisons funèbres - texte présenté, établi et annoté par Bernard Gallina", Schena Editore - Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 2002

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ou Jules de Mascaron selon le Dictionnaire des lettres françaises : Le XVIIe siècle, Fayard, 1996

Liens internes[modifier | modifier le code]