Juan Nuñez de Lara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Représentation du blason de la maison de la Cerda depuis le XIIIe siècle, résultat de la combinaison de la Castille et León, par l'infant Ferdinand, et de la France, par Blanche de France

Juan Nuñez de Lara (Juan Núñez de Lara IV en espagnol) (1313 - Burgos, 1350, à l'âge 37 ans) a été l'Infant [1] Castille et Seigneur de Lara, fils de l'Infant Don Ferdinand de la Cerda et de Juana Núñez de Lara[2]. Bien qu'appartenant au Lignage de la Cerda, une branche collatérale de prétendants avec de meilleurs droits de la régnante Casa de la Borgoña, a préféré porter le nom de famille de sa mère et à la fois celui de sa seigneurie (bien qu'elle n'était rien de plus que Seigneure Consorte de Biscaye en réalité).

En 1331, il épouse Maria Diaz II de Haro, treizième Seigneure, titulaire de Biscaye, en tant que fille de Juan de Haro, de douzième seigneur de Biscaye, assassiné à Toro en 1326 et d'Isabel de Portugal et la petite-fille de l'Infant Juan de Castille et de Maria Diaz I de Haro, Seigneure Titulaire de Biscaye. De ce mariage naitra :

Son mari le bâtard royal alfonsino Tello de Castille, mort en 1370, a continué s'autoproclamant Seigneur de Biscaye (bien qu'en réalité le Seigneur Consort veuf), ce qui facilitera les choses à la Chancellerie castillanne Henri II (roi entre 1369 et 1379), régie par Pero López de Ayala (enterré à Quejana, Alava, mort en 1407), en alléguant qu'en réalité, Henri II était le conjoint de Juana Manuel, fille de l'Infant Juan Manuel (1282 - mariée trois fois, et fini avec une Infante la Cerda, Blanche, mère de Juana Manuel, conjoint d'Henri II - Cordoue, 1348) Juana Manuel était la Reine Consort castillanne, conjoint Henri II, le successeur légal à la seigneurie de Biscaye et par conséquent, le fils aîné d'Henri II et de Juana Manuel, serait Seigneur de Biscaye lorsqu'exerçait le roi Juan Ier de Castille (Roi depuis 1379). Tombait donc la seigneurie de Biscaye, après presque un siècle de conflits, pour toujours, dans le réseau des rois Trastamares castillans, par l'intermédiaire d'héritages féminins qui pouvaient remonter jusqu'avant la destitution d'Alphonse X de Castille et de l'usurpation assistée de leur fils, déshérite pour cela par le père, Sanche IV de Castille.

Il a été ainsi effectivement, très bien ficelé par l'opportuniste et luisant basco-toledan Pero ou Pedro López d'Ayala, apprenti sorcier avec les Papes d'Avignon dans sa jeunesse, affaire qui ne paraîtra jamais avoir été mise en doute dans aucune succession jurée à Gernika de ses juridictions dans les six derniers siècles.

  • Lope Diaz de Haro (1336 - 1343): supposé seigneur (héritier) de Biscaye, mais mort à l'âge de 7 ans. Ne figure pas comme Seigneur pour quelques généalogistes, mais d'autres en effet l'incluent.
  • Isabel de Lara (1340 - assassinée en 1361): seizième Seigneure Lara et de Biscaye, entre 1359 et 1361. Successeur de son frère plus jeune. Elle s'est mariée en 1354 avec l'Infant Juan d'Aragon, Consort de Biscaye, assassiné par Pierre le Cruel à Bilbao, en ayant le même sort que sa sœur Juana ;
  • Nuño Diaz de Haro (1348 - 1352): quatorzième Seigneur Lara et de Biscaye. Successeur de son père, théoriquement, en 1350, à l'âge de 2 ans, mais mort à l'âge de 4 ans.

De sa relation avec Mayor Leguizamón est né :

  • Pedro de Lara (1348 - 1384): Comte de Mayorga, s'est marié avec Beatriz de Castro.

Descendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les généalogistes qui travaillent sur la dénommée Casa Real de la Cerda appellent par Infante/Infant, presque tous les hommes et femmes descendants de la supposée Maison Royale pendant plusieurs générations, sans expliquer précisément les raisons juridiques pour cela, traditionnelles alors dans le royaume castillan.
  2. Juana Núñez de Lara, dite la Palomilla ( ? , 1285 - Palencia, 12 juin 1351). Noble castillanne, de la puissante Famille Lara. Doña Lara et Herrera (province de Burgos). Fille de Juan Nuñez de Lara III et de Teresa Diaz de Haro.