Famille Haro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blason de la maison des Haro[1]

Les Haro, ont été une lignée de la noblesse féodale de la cour castillane, titulaires de la seigneurie de Biscaye entre les XIe et XIVe siècles, origine du territoire historique postérieur et province de Biscaye, au Pays basque.

Diego Lopez I de Haro[modifier | modifier le code]

Diego Lopez I de Haro (vers 1075 - 1124) surnommé le Blanco (le blanc), fils de Lope Iñiguez[2]. Il a été le troisième seigneur de Biscaye entre les années 1093 et 1124. A peuplé la ville de Haro, probablement dans la zone de Villabona, et a incorporé le nom de ville à son nom de famille, la famille étant connue depuis lors sous ce nom. Soutient d' Alphonse le Batailleur[3], Roi d'Aragon et de Navarre dans la conquête de Saragosse ainsi que d'autres batailles.

Il a épousé Doña Almicena, fille du Seigneur de Saint-Jean-Pied-de-Port, avec laquelle il aura un fils, Don Lope Diaz, et en secondes noces avec Doña Maria Sánchez (selon un écrit de 1121).

Lope Diaz I de Haro[modifier | modifier le code]

Lope Diaz I de Haro (vers 1110 - 1170), quatrième seigneur de Biscaye entre 1124 et 1170. Comme son père, il a continué à soutenir Alphonse le Batailleur jusqu'à ce que ce dernier meure, moment où Alphonse VII de León et Castille gendre d'Alphonse et fils d' Alphonse VI[4],[5] et Urraque[6]. On a considéré son droit à la succession. Celui-ci avec l'appui de Lope Díaz, pénétra dans toute la Rioja s'appropriant de celle-ci. Après le décès d'Alfonso VII, Lope a continué à servir son successeur, Sanche le Désiré[7], en obtenant le titre de sous-lieutenant royal, comme il est mentionné depuis 1158.

Il est probable (bien qu'il y a des données contradictoires) qu'il épousera Aldonza Rodriguez de Castro, fille de Rui Fernández El Calvo (le chauve), en ayant au moins trois fils. Diego Lopez II Haro, Martin Lopez de Haro et Urraca Lopez de Haro, femme du roi Don Ferdinand II[8] de León.

Diego Lopez II de Haro[modifier | modifier le code]

Diego López II de Haro dit le Bon ou encore le Mauvais (av. 1162 - 16/10/1214). Fils de Lope Diaz I de Haro, comte de Nájera (av. 1126-1170) et de la comtesse Aldonza. Il fut un magnat de toute première importance dans le royaume de Castille sous le règne d'Alphonse VIII (1158-1214). Il joua un rôle décisif dans l'ascension du lignage Haro ainsi que dans la construction de l'identité nobiliaire de ce groupe, appelé à dominer la société politique castillane puis castillano-léonaise pendant tout le XIIIe siècle. Une lutte de propagande autour de ce personnage clé entre ses successeurs et la monarchie à un moment de graves troubles politiques, conduisit à la fin du XIIIe siècle à l'élaboration d'une image noire et d'une légende dorée, qui aboutirent à la création de ses surnoms opposés[9].

Lope Diaz II de Haro[modifier | modifier le code]

Lope Diaz II de Haro, Cabeza Brava (vers 1170 - 1236), sixième Seigneur de Biscaye entre les années 1214 et 1236 Combattit avec son père dans la Bataille de Las Navas de Tolosa, ainsi que dans beaucoup d'expéditions contre les Maures en Andalousie, la plus importante étant la prise de Baeza en 1227.

Mencia Lopez de Haro, Reine du Portugal

Il a contracté un mariage avec Urraca Alfonso, fille du roi Don[10] Alphonse IX de León, avec qui Il aura six fils. Diego Lopez III de Haro, Sancho Lopez de Haro, Lope el chico, Alonso Lopez de Haro père de Juan Alonso de Haro el viejo, Berenguella Lopez de Haro mariée avec Rodrigo González Girón, Urraca Diaz de Haro mariée avec Fernando de Castro. Il aura trois autres fils avec Toda de Santa Gadea, seigneure très noble et principale de la lignée des Salcedos, seigneurs d'Ayala, qui ont été Mencía López de Haro Reine du Portugal, la femme du roi Sanche II de Portugal, Lope Diaz de Haro, évêque de Ségovie, et Diego Lopez de Salcedo[11] marié avec Doña María Álvarez, fille Alvaro Fernández Potesta.

Diego Lopez III de Haro[modifier | modifier le code]

Diego Lopez III de Haro (? - Baños de Rioja (Rioja), 1254), septième seigneur de Biscaye entre 1236 et 1254. Durant les premières années il a servi avec fidélité le roi San Fernando contre lequel il se rebellera plus tard à plusieurs reprises, mais obtenant son pardon. Il a été maintenu à ses côtés jusqu'à son décès, après lequel est arrivé au trône Alphonse X le Sabio[12] avec lequel Diego López a continué dans sa position.

Il épousera Doña Constanza de Bearne[13], a d'abord aidé Jacques le Conquérant[14] (1208-1276) dans sa lutte contre les Maures pour incorporer les Iles Baléares à la Couronne d'Aragon entre 1229 et 1235. De son mariage il a eu quatre fils : M. Lope Diaz III de Haro[15], qui le succédera dans la Seigneurie de Biscaye, Don Diego Lopez V de Haro, qui l'a aussi occupé, Doña Urraca Diaz de Haro, qui épousera son cousin au second degré, Fernán Ruiz Castro[16] et de Doña Teresa Diaz de Haro, qui s'est mariée avec Don Juan Nuñez de Lara, dont la descendance a arrêté la seigneurie biscayenne.

Lope Diaz III de Haro[modifier | modifier le code]

Lope Diaz III de Haro (? - Alfaro, 1288), huitième seigneur de Biscaye, entre 1254 et 1288. Il a succédé à son père dans la seigneurie de Biscaye en étant le moins âgé.

Le 21 avril 1282, Don Alphonse X le Sabio a été destitué du royaume, et le roi de Castille Don Sanche a été nommé. Celui-ci était marié à une sœur de la femme de Don Lope Diaz III de Haro, raison pour laquelle, le seigneur de Biscaye a été politicien du roi Don Sanche IV de Castille. Ceci a donné à Lope un grand pouvoir, qui, uni à son ambition démesurée a provoqué beaucoup de problèmes au roi.

Le 8 juin 1288 Lope Diaz se trouvait à Alfaro discutant des questions du châteaux et des femmes avec Sancho IV. Celle-ci s'élevant, Don Sanche a ordonné l'arrestation de Lope de Haro. Ce dernier se jeta alors contre le roi avec un couteau et c'est un chevalier du roi lui coupa la main droite avec une grande épée et deux coups de massues ont mis un terme à sa vie.

Il a été marié avec Doña Juana de Molina avec laquelle il a eu deux fils. Diego Lopez IV Haro et Maria Diaz I de Haro.

Diego Lopez IV de Haro[modifier | modifier le code]

Diego Lopez IV de Haro (? - 1289), neuvième seigneur de Biscaye entre 1288 et 1289. Avec le décès de leur père ont commencé les confrontations entre la Biscaye et la Castille. Diego Lopez (Diego López en espagnol) on a uni la Navarre et l'Aragon pour combattre Don Sanche et reconnaître comme roi de Castille Alphonse de La Cerda. Les choses se compliquent puisque plusieurs communes sont tombées entre les mains de Don Sancho, dont Labastida, Orduña et Balmaseda (Valmaseda en espagnol). Dans tout ceci, la Biscaye a répondu à l'appel de Don Diego et on arme ses maisons forte et châteaux, le nommant seigneur des terres de biscaye. Sanche a finalement occupé la Biscaye.

Le décès de Diego Lopez IV sans descendance a fait que son héritage a été disputé.

Diego Lopez V de Haro[modifier | modifier le code]

Diego Lopez V de Haro (? - 1310), surnommé El intruso (l'Intrus) et le frère de Lope Diaz III de Haro. Seigneur de Biscaye entre 1295 et 1310. Le 25 avril 1295, meurt Don Sanche le Brave[17] et Don Diego Lopez de Haro V profitera des troubles de la Cour et de la faiblesse de Ferdinand IV[18], il entre en Biscaye et la prend sans résistance, sans que Maria Diaz I de Haro, légitime de Biscaye puisse opposer la moindre résistance. Son mari, le fantassin Don Juan se trouvait encore en prison depuis la catastrophe d'Alfaro (où mourra Lope Diaz III de Haro).

Le fantassin Don Juan étant libre, il tentera d'obtenir que lui soit restituée la seigneurie. Ne l'obtenant pas, il s'alliera à d'autres mécontentents pour combattre la reine regente Maria de Molina[19], qui a été défendu par Diego Lopez V de Haro.

Diego Lopez V de Haro a transformé le village maritime de Bilbao en ville le 15 juin 1300.

En mars 1307, Diego Lopez trouve un accord avec Maria Díaz de Haro pour que celle-ci soit son successeur à son décès.

La guerre contre les Maures continuant, Diego Lopez V de Haro accompagnera le roi Ferdinand IV, pendant le siège d'Algésiras, où Diego meurt durant les premiers jours de janvier 1310.

Maria Diaz I de Haro[modifier | modifier le code]

Maria Diaz I de Haro (? - 3 novembre 1342). Seigneure de 1310 à 1322 et 1326 à 1334.

Mariée avec le fantassin Don Juan le 10 janvier 1287, avec lequel elle a eu Lope, qui est mort jeune, Maria, qui a épousé Juan Nuñez de Lara III, et Juan dit le borgne.

Les escarmouches continuaient entre les lignées du pays et Maria Diaz de Haro s'est retirée pour une saison des affaires publiques, en laissant la charge de la seigneurie à son fils Juan.

Après l'assassinat de son fils Juan, par ordre d' Alphonse XI, Maria Diaz a abandonné la Castille. Alphonse XI a tenté de prendre la seigneurie de Biscaye, et a feint de l'obtenir habilement par l'intermédiaire de Garcilaso de la Vega, qui rendit visite à Doña Maria, mais le droit de celle-ci est resté intact.

Juan de Haro[modifier | modifier le code]

Juan de Haro, dit el Tuerto (le Borgne) (? - 1326). Seigneur de Biscaye entre 1322 et 1326. Le 31 octobre 1326 il a été assassiné à Toro sur ordre du roi Alphonse XI.

Juan le borgne, a été le père de Maria Diaz II de Haro.

Maria Diaz II de Haro[modifier | modifier le code]

Maria Diaz II de Haro (? - 1350). Seigneure de Biscaye entre 1334 et 1349. Elle a été le conjoint Juan Núñez de Lara IV[20],[21]. Au début de sa seigneurie, elle essaiera à nouveau d'arracher à Alphonse XI, en déclarant une véritable guerre civile entre castillans et biscayens. Comme, tant au roi qu'à Juan Núñez de Lara, leur convenait la paix, ils sont arrivés à un accord et Alphonse s'affaiblit dans sa persistance.

Le 16 septembre 1348 elle meurt, peu après avoir donné naissance à son fils Nuño. En décédant, son mari, Juan Núñez de Lara qui décédera à son tour en 1350, a continué avec la seigneurie de Biscaye. Ses fils ont été Juana Núñez de Lara[22] qui sera l'épouse de Tello Castille et Seigneure de Biscaye, Isabel Núñez de Lara et Nuño de Lara[23], ce dernier, étant un enfant, héritera de la seigneurie de Biscaye. Dans ceci le roi Don Pedro tentera de s'approprier de l'enfant Don Nuño, mais les biscayens le protègeront en mettant avec la nourisse, madame Mencía, non sans que le roi la poursuive jusqu'à Santa Gadea (province de Burgos). Il mourra à l'âge de 5 ans.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle on rassemble des histoires sur l'origine des Seigneurs de Biscaye. En se référant à Don Diego López de Haro, on dit ceci :

"Era Don Diego López de Haro muy buen montañero, y estando un día en la parada aguardando que viniese el jabalí, oyó cantar en muy voz alta a una mujer encima de una peña; y fuese para ella muy fuertemente y preguntole quien era; y ella le dijo que era una mujer de muy alto linaje, y él le dijo que pues era mujer de muy alto linaje que casaría con ella, si ella quisiese, porque él era señor de aquella tierra; y ella le dijo que lo haría, pero con la condición de que le prometiese no santiguarse nunca, él se lo otorgó, y ella se fue luego con él. Esta dama era muy hermosa y muy bien hecha en todo su cuerpo, salvo que tenía un pie como de cabra. Vivieron gran tiempo juntos y tuvieron dos hijos, varón y hembra, y llamose el hijo Íñigo Guerra".
"Don Diego López de Haro était un très bon montagnard, et un jour, attendant un sanglier, il a entendu chanter à très haute voix à une femme sur un rocher; il lui demanda qui elle était ; elle répondit qu'elle était une femme de lignée très haute, et il lui dit que, parce qu'il était une femme de très haute lignée il se marierait bienavec elle, si elle le voulait, parce qu'il était le Seigneur de cette terre ; et elle lui a dit qu'elle le ferait, mais à la condition qu'il lui promette de ne jamais se signer, il le lui a accordé, et elle a donc été avec lui. Cette dame était très belle et très bien faite dans tout son corps, sauf qu'elle avait un pied de chèvre. Ils ont vécu ensemble un grand moment et ont eu deux enfants, un garçon et une fille, le fils s'appelait Íñigo Guerra".

Voir : Mari

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Salazar y Castro, Luis (1959): Historia genealógica de la Casa de Haro, Dalmiro de la Válgoma y Díaz-Varela. Madrid.
  • Baury, Ghislain, "Diego López 'le bon' et Diego López 'le mauvais' : comment s'est construite la mémoire d'un magnat du règne d'Alphonse VIII de Castille", Berceo, no 144, 2003, p. 37-92. Consulter sur Dialnet.
  • Baury, Ghislain, « Los ricoshombres y el rey en Castilla : El linaje Haro, 1076-1322 », Territorio, Sociedad y Poder : Revista de Estudios Medievales, 6, 2011, p. 53-72. [1].
  • Baury, Ghislain, « La grande aristocratie et le système judiciaire dans le royaume de Castille (XIIe-XIIIe s.). Les sentences des ricoshombres du lignage Haro », Bruno Lemesle et Benoît Garnot (dir.), Autour de la sentence judiciaire du Moyen Âge à l'époque contemporaine, Dijon, EUD, 2012, ISBN = 978-2-36441-028-2, p. 239-248.
  • Baury, Ghislain, Les religieuses de Castille. Patronage aristocratique et ordre cistercien, XIIe-XIIIe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, ISBN = 978-2-7535-2051-6.

Blasonnement de la famille (À traduire en langage héraldique)[modifier | modifier le code]

À partir de Diego Lopez de Haro el Bueno (le bon): a los primitivos lobos de sable en campo de plata, por alusión al nombre "Lope", añadió los corderos atravesados en las bocas de los lobos y la bordura con aspas de San Andrés en alusión a su participación en la batalla de las Navas de Tolosa y de la toma de Baeza

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. grandesp.org.uk
  2. Lope Íñiguez (c.1050-1093), second seigneur de Biscaye. Il a succédé à son père Íñigo López dans la seigneurie.
  3. Alphonse Ier d'Aragon (v. 1073 - Poleñino, 7 septembre 1134), dit Le Batailleur, a été roi d'Aragon et de Navarre de 1104 jusqu'à sa mort en 1134.
  4. Alphonse VI de León et Castille, surnommé le Brave, né avant juin 1040, mort le 1er juillet 1109, roi de León (1065-1109), roi de Castille (1072-1109) à la mort de son frère, roi de Tolède (1085-1109) par conquête et roi de Galice (1090-1109) à la mort de son autre frère. Il était le fils de Ferdinand Ier de Castille, de León et Asturies et de Sancha de León.
  5. Il prit le nom d'Alphonse VI comme successeur des rois de León. En Castille, il devrait s'appeler Alphonse IV. Mais tous les rois de Castille, dans leur numéro de règne, tiennent compte des numéros des rois de León, le royaume de Léon étant plus ancien que celui de Castille.
  6. Urraque Ire de Castille (1081 – 8 mars 1126) reine de Castille et de León (1109-1122), reine de Galice (1109-1112), fille d'Alphonse VI (1039-1109) et de Constance de Bourgogne (v.1046-v.1093).
  7. Sanche III de Castille, dit Sanche le Désiré (Sancho El Deseado), né vers 1133, mort en 1158, fut roi de Castille de 1157 à 1158. Il était le fils d'Alphonse VII (1105-1157), roi de Galice (1112-1157), roi de Castille et León (1122-1157), empereur d'Espagne (1135-?), et de Bérengère de Barcelone (morte en 1149).
  8. Ferdinand II de Castille, né en 1137, mort à Benavente le 22 janvier 1188, fut roi de Léon de 1157 à 1188. Il était fils d'Alphonse VII, roi de Castille et de Léon, et de Bérengère de Barcelone.
  9. Ghislain Baury, "Diego López 'le bon' et Diego López 'le mauvais' : comment s'est construite la mémoire d'un magnat du règne d'Alphonse VIII de Castille", Berceo, no 144, 2003, p. 37-92. http://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=698041
  10. Don est un titre honorifique castillan qui ne s'emploie à l'origine (et encore de nos jours en espagnol) que devant un prénom. C'est un dérivé du bas-latin dominus, qui signifie seigneur. Il fut utilisé au Moyen Âge pour les nobles les plus importants (les « riches-hommes ») de Castille et d'Aragon, avant d'être employé pour tous les nobles à l'époque moderne.
  11. Le conquistador Diego López Salcedo y Rodriguez, né en Alcántara (Cáceres) était neveu de frère Nicolás de Ovando avec lequel il passera à Saint-Domingue en 1502. Durant les premières années il a exclusivement été au service de son oncle, il a maître d'hôtel et il s'est chargé de l'administration des immenses propriétés que Nicolás de Ovando a réunies dans l'île, jusqu'à ce que, en 1509, celui-ci soit remplacé par Diego Colomb.
  12. Alphonse X le Sage ou le Savant (en Espagnol, Alfonso X el Sabio) (Tolède, 1221 - Séville, 1284)
  13. Constanza de Bearne, dame de la noblesse franco-aragonaise qui a vécu pendant le XIIIe siècle. Bien que sa vie ne soit pas très connue ainsi que celles de son père et de son mari. Guillaume Ier de Béarn, comte de Béarn et Seigneur de Moncade
  14. Jacques Ier dit le Conquérant (Jaume I el Conqueridor en catalan, Jaime I el Conquistador en castillan), né le 2 février 1208 à Montpellier, mort le 27 juillet 1276 à Valence (Espagne), roi d'Aragon, comte de Barcelone et seigneur de Montpellier à partir de 1213, roi du royaume de Majorque à partir de 1229 et de Valence à partir de 1232.
  15. Lope Diaz III de Haro (? - Alfaro, 8 juin 1288) fils de Diego Lopez III de Haro et Constance de Béarn. Il a été le huitième seigneur de Biscaye entre 1254 et 1288.
  16. Fernan Ruiz de Castro ( ? - 1377, Bayonne (France), III Comte de Lemos, Trastamare et Sarria à titre non héréditaire. Fils Pedro Fernández de Castro « celui la guerre », le premier seigneur juridictionnel de Monforte de Lemos et le frère de la malheureuse Inés de Castro et de Juana de Castro la mal aimée, a été une des figures galiciennes des plus importantes et influentes du XIVe siècle.
  17. Sanche IV de Castille dit Sanche le Brave, né le 12 mai 1258 (ou en 1257 selon d'autres sources), mort le 25 avril 1295 à Tolède, a été roi de Castille et de León de 1284 à 1295. Il était le fils d'Alphonse X de Castille et frère puîné de Ferdinand de la Cerda.
  18. Ferdinand IV de Castille, dit l'Ajourné, est né à Séville le 6 décembre 1285, il meurt à Jaen, le 7 septembre 1312. Il est le fils de Sanche IV de Castille et de Maria Alfonso de Molina. Inhumé tout d'abord en la chapelle royale de la cathédrale de Cordoue, son corps sera finalement transféré en l'église collégiale de San Hipolito à Cordoue.
  19. María Alfonso de Meneses ( ? , 1265 - Valladolid, 1321), connue comme María de Molina, a été reine consorte de Castille et de León par son mariage avec Sanche IV le Brave, de 1284 à 1295, et reine regente pendant la minorité de son fils, Fernando IV dit l'Ajourné, et de son petit-fils, Alfonso XI le Justicier.
  20. Juan Núñez de Lara IV (1313 - Burgos, 1350, à l'âge de 37 ans) a été Fantassin (voir référence suivante) Castille et du Seigneur de Lara, fils de l'Infant Don Fernando de la Cerda et de Juana Núñez de Lara. Bien qu'appartenant au Lignage la Cerda, une branche collatérale de «prétendants avec de meilleurs droits» de la régnante Maison de la Bourgogne, a préféré porter le nom de famille de sa mère et à la fois celui de sa seigneurie (bien qu'il n'était rien de plus que Seigneur Consort de Biscaye en réalité).
  21. Les généalogistes qui travaillent sur celle appelée «Casa Real de la Cerda» l'appellent par Infant/Infante, comme presque tous les hommes et femmes descendants de cette supposée Casa Real pendant plusieurs générations, sans expliquer précisément les raisons juridiques pour cela, traditionnelles alors dans le royaume castillan.
  22. Juana Núñez de Lara, dite la Palomilla ( ? , 1285 - Palencia, 12 juin 1351). Noble castillanne, de la puissante famille Lara. Dame de Lara et de Herrera. Fille Juan Núñez de Lara III et de Teresa Diaz de Haro. Elle épouse en 1308 l'Infant Fernando de la Cerda, petit-fils Alphonse X.
  23. Nuño Díaz de Haro ou Nuño de Lara (1348 - 1352). Infante de Castille et Seigneure de Biscaye et de Lara. Fils de Juan Núñez de Lara IV et de Maria Diaz II de Haro.