Jibal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lagekarte Dschibal.jpg

Jibâl[1] ou Al-Jibâl est le nom d'une éphémère province arabe située dans le centre-ouest de l'Iran, durant le califat abbasside de Bagdad en particulier pendant la tutelle Bouyide sur le califat où elle a formé un petit état indépendant (932-977). Elle constituait une zone frontière entre l'Irak et la Perse sur le versant Ouest du Zagros correspondant à peu près aux provinces iraniennes de l’Azerbaïdjan de l'ouest, du Kermânchâh, du Kurdistan et du Lorestan. Le contrôle de cette région permet de verrouiller le passage de Bagdad vers Ray (Téhéran). Elle coïnciderait avec l'ancien pays des Mèdes.

Dans la deuxième moitié du XIe siècle, avec l'arrivée des Seldjoukides au pouvoir, la région est morcelée en plusieurs unités administratives, elle change de nom et devient l'Irak `Ajamî[2] (L'Irak des Perses)[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. arabe : (n.m.) jabal, جبل), pl. jibāl, جبال, montagne(s)
  2. arabe : al-ʿirāq al-ʿajamīy, العراق العجمي, L'Irak des Perses ; L'Irak non-arabe
  3. Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, Éd. PUF, (ISBN 978-2-130-54536-1), article Jibâl, pp. 435-436

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, PUF. ISBN 978-2-130-54536-1 (article Jibâl, p. 435-436)