Je suis légion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Je suis légion est une série de bande dessinée de science-fiction conçue sur le principe de l’uchronie.

Auteurs[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1942, les nazis testent une nouvelle arme (Wunderwaffe) : une entité étrange qui s’insinue dans le corps des êtres humains et peut ainsi les contrôler à distance. En Roumanie, l’officier SS Rudolf Heyzig dirige le programme de recherche et propose de se servir des juifs déportés comme de soldats contrôlés par l’entité qui s’est logé dans le corps d’une petite fille.

Pendant ce temps, à Londres, la police enquête sur l’incendie de la maison d’un notable britannique. L’inspecteur Pilgrim découvre que cette mort est peut-être liée à une opération que Churchill prépare contre un projet secret mené par le nazi Heyzig.

Analyse[modifier | modifier le code]

Le titre de cette série vient d’une citation de l’Évangile selon Marc (5,9) : « mon nom est Légion, car nous sommes nombreux ».

Le titre du tome 1 vient du nom de la statue qui trônait sur la table d’une salle au War Office où Winston Churchill tenait les réunions les plus confidentielles.

Thématique[modifier | modifier le code]

Cette série s'inscrit dans une uchronie imaginée par les auteurs, où les nazis recherchent de nouvelles armes dans la quête d’objets aux pouvoirs légendaires ou d’entités maléfiques. Parmi les œuvres les plus connues utilisant ce genre d’intrigue, on peut citer :

On peut également citer le roman Le Temps paralysé de Dean Koontz, où l’arme utilisée n’est pas magique mais technologique (de science-fiction).

Albums[modifier | modifier le code]

  1. Le Faune dansant (2004)
  2. Vlad (2006)
  3. Les Trois Singes (2007)

Publication[modifier | modifier le code]

Éditeurs[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Une adaptation cinéma de la série devrait sortir prochainement, produit par les Français Pierre Spengler et Fabrice Giger[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hitler Victorious: 11 Stories of the German Victory in World War II sur l’Internet Speculative Fiction Database
  2. Annonce du film sur www.scifi-universe.com