Lunar Park

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lunar Park
Auteur Bret Easton Ellis
Genre Roman
Horreur
Version originale
Titre original Lunar Park
Éditeur original Alfred A. Knopf
Langue originale Anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 16 août 2005
ISBN original 0-375-41291-3
Version française
Traducteur Pierre Guglielmina
Lieu de parution Paris
Éditeur Robert Laffont
Collection Pavillons
Date de parution 6 octobre 2005
Type de média Livre papier
Nombre de pages 378
ISBN 978-2221104118

Lunar Park (titre original : Lunar Park) est le sixième roman de Bret Easton Ellis, paru en 2005. L'auteur y surprend ses lecteurs en adoptant un genre nouveau, l'autofiction. Salué par la critique, il a été élu meilleur roman de l'année 2005 par la rédaction du magazine Lire[1] et a été nommé au prix World Fantasy du meilleur roman 2006[2].

Résumé[modifier | modifier le code]

Le héros du livre est Bret Easton Ellis qui narre, en guise d'introduction au roman, l'histoire de son fulgurant succès littéraire, de sa famille, de sa vie, de la drogue et de la débauche. Le roman débute au moment où l'écrivain se rachète une conduite en épousant l'actrice Jayne Dennis (dans la réalité Ellis n'aurait jamais été marié) et en s'installant dans une banlieue riche de la cote est américaine avec sa femme et son fils (reconnu après de multiples procès).

Où la fiction prend-elle exactement le pas sur la réalité ? La maison s'avère hantée et Ellis y croisera les personnages qu'il a créés, tel le fantôme de son père, Patrick Bateman, ou même une peluche vivante qui n'hésitera pas à l'attaquer. Tous étant des manifestations de ses démons intérieurs liés à l'écriture.

Parallèlement à cela, Lunar Park est également un roman sur l'enfance et la paternité aujourd'hui aux États-Unis ; on y croise d'innombrables parents et enfants plus paumés les uns que les autres. Une sensation saisissante d'angoisse, d'étouffement et de paranoïa plane sur le récit ; une angoisse que les parents essaient de traiter en injectant à leurs enfants du Ritalin et autres anxiolytiques en vogue aux É.-U. Ce qui manifestement ne suffit pas puisqu'une intrigue secondaire du roman, concerne des disparitions d'enfants (le fameux « Disparaître ici », leitmotiv de Moins que zéro ?).

Dans ce roman, Ellis suggère l'idée que son père lui aurait inspiré le personnage de Patrick Bateman, le tueur en série du roman le plus controversé de l'auteur, American Psycho.

Le roman explore les relations avec un fils, et notamment ce qu'un homme peut comprendre de son propre père quand il le devient à son tour.

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les 20 meilleurs livres de l'année 2005 », sur lire.fr (consulté le 7 mars 2014)
  2. (en) « World Fantasy Awards 2006 », sur sfadb.com (consulté le 7 mars 2014)