Javier Buendía

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Javier Buendía Ramírez de Arellano
{{#if:
Présentation
Nom de naissance Javier Buendía Ramírez de Arellano
Apodo Javier Buendía
Naissance 17 août 1951
Séville
Nationalité Espagnol
Carrière
Distinction trophée de la Real Maestranza de Séville en 1987, 1989, 1991, 1992, 1993, 1994
Entourage familial
Père Juan Buendía Ramírez de Arellano
Famille José Luis Buendía Ramírez de Arellano (frère)

Javier Buendía Ramírez de Arellano, dit « Javier Buendía », né à Séville (Espagne) le 17 août 1951, est un rejoneador espagnol.

Présentation[modifier | modifier le code]

Fils d'un des plus célèbres ganadero d'Espagne, c'est un cavalier hors pair : son cheval a été primé avec lui en 1992 à la Real Maestranza de Séville où il a été plusieurs fois lauréat du trophée de la Real Maestranza[1] .

Carrière[modifier | modifier le code]

Il fait ses débuts le 15 août 1978 à Cabeza la Vaca Estrémadure (Province de Badajoz). Il se présente à Las Ventas le 10 août 1980 dans une corrida mixte et en 1981, il est présent dans cinquante et une courses en Espagne et au Portugal.

Le 28 mai 1983 il participe à la Feria de San Isidro avec Álvaro Domecq Díez, João Moura, Manuel Vidrié, le 28 juillet de la même année il triomphe à Valence avec les mêmes cavaliers. En 1985, il participe à 61 corridas de rejón et en 1986 il commence une longue série de triomphes à Séville où il torée en compagnie de Ángel Peralta et Rafael Peralta[1], et à Arles (1994). En 1995, il totalise plus de cinquante corridas.

Style[modifier | modifier le code]

Il sait se faire apprécier des publics les plus larges, aussi bien que d'un public très connaisseur. Sa spécialité est de se laisser poursuivre par le taureau en laissant trainer la garrocha. (long manche utilisé par les vaqueros au Portugal)[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont,‎ 2003 (ISBN 2221092465)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Bérard 2003, p. 338

Voir aussi[modifier | modifier le code]