Incitatus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Incitatus est le nom du cheval favori de l'empereur romain Caligula, qui régna de 37 à 41.

Biographie[modifier | modifier le code]

Incitatus était le cheval vedette de l'écurie verte de courses de chars, dont Caligula était un très fervent supporter. Comme tous les chevaux vedettes des grandes écuries de courses de chars, Incitatus bénéficiait d'un traitement de faveur.

D'après Suétone (auteur né 30 ans après la fin du règne de Caligula) dans la Vie des douze Césars, Incitatus avait une écurie de marbre avec une mangeoire en ivoire, une couverture pourpre et un collier incrusté de pierres précieuses. Suétone écrivit également que Caligula envisageait de nommer Incitatus consul. Il a aussi été dit que Caligula prétendait que son cheval était une « combinaison de tous les dieux » et devait être adoré comme tel.

Le cheval aurait également « invité » des dignitaires à partager sa table, et avait une maison avec des serviteurs pour entretenir de tels invités.

Considérations politiques[modifier | modifier le code]

Des historiens tels qu'Anthony A. Barret s'interrogent sur le portrait négatif de Caligula[1]. Ils attribuent le traitement d'Incitatus par Caligula, à une façon de ridiculiser et d'irriter les sénateurs, plutôt qu'à une preuve de sa folie. Ils suggèrent que les historiens Suétone et Dion Cassius, qui écrivirent plus tard, étaient motivés par la politique de leur temps et que leurs histoires furent déformées par le désir d'inclure des sources plus colorées, mais peut-être moins fiables.

Autres animaux divinisés ou entrés en politique[modifier | modifier le code]

Incitatus n'est ni le premier ni le dernier animal domestique à se trouver malgré lui divinisé ou appelé à de hautes fonctions politiques. Alexandre avait déjà élevé son cheval Bucéphale au rang de divinité, fondant sur son tombeau la ville de Bucéphalie (Alexandria Boukephalous), actuelle Phalia au Pakistan. Plus près de nous, le cochon Pigasus fut, en 1968, un candidat satirique au poste de président des États-Unis d'Amérique. Plus tard, François Mitterrand envisagea par dérision de nommer sa chienne Baltique au Conseil économique et social, et le chien Saucisse fut porté candidat à la mairie de Marseille, aux élections municipales de 2001[2]. Aux État-Unis, le chat Stubbs est maire désigné de la petite ville de Talkeetna en Alaska depuis 1997.[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Caligula: The Corruption of Power, Yale, 1990
  2. Mildiou, « Place du Chien Saucisse », marseilleforum.com (consulté le 29 août 2009)
  3. http://en.wikipedia.org/wiki/Stubbs_(cat)

Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]