Impostor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Impostor ou L'Imposteur au Québec, est un film américain réalisé par Gary Fleder, sorti en 2002 au cinéma et adapté d'une nouvelle de Philip K. Dick.

Impostor

Titre québécois L'Imposteur
Titre original Impostor
Réalisation Gary Fleder
Scénario Caroline Case
Ehren Kruger
David Twohy
Philip K. Dick (roman)
Acteurs principaux
Sortie 2002
Durée 102 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Synopsis[modifier | modifier le code]

Nous sommes en 2075. Les extra-terrestres d'Alpha du Centaure (ou Centauriens) essayent d'envahir la planète depuis plus d'une décennie. Spencer Olham est à la tête d'un programme gouvernemental secret visant à la création d'une arme permettant l'anéantissement final des Centauriens. Ses travaux touchent à leur fin ... mais le major Hathaway le fait soudainement arrêter pour haute trahison.

Spencer Olham est soupçonné d'être un réplicant à la solde des Centauriens. Il arrive toutefois à s'enfuir mais il ne sait plus à qui il peut faire confiance. Sa femme, qui travaille dans un des grands hôpitaux militaires, doit pouvoir l'aider à prouver qu'il est vraiment humain ... mais cette preuve convaincra-t-elle les autorités ? Qui Spencer Olham cherche-t-il à convaincre de son humanité ? Les autorités ou ... lui-même ?

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende : Version française selon le carton de doublage français.

Thèmes du film[modifier | modifier le code]

Impostor met en scène une société totalitaire, dont les sujets semblent dénués de tout discernement. Le système de justice présenté semble quelque peu inexistant, le héros est condamné sans procès (mais simplement par l'opinion publique, incarnée par le groupe de proches assistant à son calvaire) à des tortures héritées du Moyen Âge. La ville dans laquelle se déroule l'action est elle aussi digne du Moyen Âge : les sujets soumis au gouvernement vivent dans l'opulence et protégés par le "bouclier", tandis que les indigents vivent en dehors de celui-ci dans des conditions sanitaires déplorables. C'est le modèle socio-politique féodal et son Chateau-Fort appliqués au pied de la lettre.

Impostor est l'exemple typique de l'antagonisme holywoodien qui consiste à mettre en scène un futur dans lequel l'humain semble évoluer dans une société s'approchant de la vision contemporaine de la perfection (d'un point de vue scientifique, progressiste et sociologique), mais qui dévoile en réalité une constante temporelle de non-progrès, voir de régression sociale et libertaire. Ce contexte scénaristique est la plupart du temps justifié par l'existence d'un ennemi qui doit être tenu pour acquis et dont le but est de s'en prendre, soit aux ressources de la société humaine, soit à son modèle socio-économique.

Impostor reprend des thèmes présents dans d'autres films inspirés de l'œuvre de Philip K. Dick. Le thème le plus important est le doute du personnage principal sur sa propre identité, l'interrogation sur ce qui crée la spécificité de l'homme. Dans les films Blade Runner et Total Recall, le doute plane sur l'identité des héros.

De la même manière, les souvenirs, réellement vécus ou artificiels, jouent un rôle important dans l'interrogation sur l'identité du héros.

Impostor évoque une société marginale, pauvre, malade, persécutée par la police et enfermée dans une "zone". Une société similaire était déjà présente dans Total Recall.

La guerre paranoïaque des humains contre des androïdes infiltrés était déjà présente dans Blade Runner. De la même manière, les androïdes extrêmement proches des humains, possèdent des sentiments et une mémoire artificielle.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Initialement, l'adaptation de la nouvelle Impostor de Philip K. Dick devait être un segment de 40 minutes d'un film de science fiction en trois parties. À la visualisation de cette partie, Dimension Films a été particulièrement enthousiaste et a décidé d'en faire un long métrage.

Au début du film, Spencer Olham jeune est incarné par McCanna Sinise, fils de Gary Sinise.

Ce film n'est jamais sorti en salle en France.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]