Herbert York

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Herbert York en 1957

Herbert Frank York (24 novembre 192119 mai 2009) est un physicien nucléaire américain. Il a conduit des recherches au sein du gouvernement américain et d'instituts éducatifs.

Biographie[modifier | modifier le code]

York est né à Rochester, dans l'État de New York où il obtient son B.S. puis son M.S. à l'université de Rochester, en 1943. Il obtient par la suite son Ph.D. à l'université de Californie à Berkeley, en 1949[1]. Durant la Seconde Guerre mondiale, il devient scientifique au Berkeley Radiation Laboratory et à celui de Oak Ridge, dans le Tennessee. Il participe alors au projet Manhattan aux côtés d'Enrico Fermi.

Il devient le premier directeur du Lawrence Livermore National Laboratory de 1952 à 1958. Par la suite, dès 1958, il est responsable de plusieurs programmes au sein du gouvernement et d'universités. Il est notamment directeur scientifique à l'Advanced Research Projects Agency et directeur des recherches et de l'ingénierie militaire (Director of Defense Research and Engineering).

York est ensuite professeur de physique à l'université de Californie à Berkeley. Il est promu chancelier de l'université de Californie à San Diego (1961–1964, 1970–1972) puis ambassadeur américain lors des négociations du Comprehensive Test Banqui se tient à Genève, en Suisse (1979–1981)[2].

York devient directeur émérite de l'Institute on Global Conflict and Cooperation à l'université de San Diego puis devient président du university's Scientific and Academic Advisory Committee. Il poursuit ses activités scientifiques aux laboratoires de Livermore et de Los Alamos. Il a également participé au conseil d'administration du Council for a Livable World, une association pour la régulation des armes nucléaires basée à New York, et pour laquelle il donne des conférences.

Herbert York meurt le 19 mai 2009 à San Diego, à l'âge de 87 ans[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Arms Control (Readings from Scientific American, W.H. Freeman, 1973
  • (en) The Advisors: Oppenheimer, Teller and the Superbomb, W.H. Freeman, 1976
  • (en) Autobiography, « Race to Oblivion: A Participant's View of the Arms Race », Simon and Schuster,‎ 1978 (consulté le 2008-10-23)
  • (en) Making Weapons, Talking Peace: A Physicist's Journey from Hiroshima to Geneva, Harper & Row, 1987
  • (en) A Shield in Space ? Technology, Politics and the Strategic Defense Initiative, U.C. Press, 1988, avec Sanford Lakoff
  • (en) Arms and the Physicist, American Physical Society, 1994

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Herbert York » (voir la liste des auteurs)

  1. « Biographies: Herbert York (b. 1921 d. May 19 2009) », sur The Atomic Archive, National Science Digital Library,‎ 2008 (consulté le 14 octobre 2011)
  2. (en) Sylvia Tiersten, « Herbert F. York, UC San Diego's first Chancellor », @UCSD,‎ 2009 (lire en ligne)
  3. William Grimes, « Herbert York, 87, Top Nuclear Physicist Who Was Arms Control Advocate, Dies », sur The New York Times,‎ 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]