Halte de Fey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Chemin de fer Lausanne-Échallens-Bercher.
Fey
Image illustrative de l'article Halte de Fey
Vue du bâtiment de la halte de Fey
Localisation
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Commune Fey
Adresse route de Possens
1044 Fey
Coordonnées géographiques 46° 40′ 27″ N 6° 41′ 06″ E / 46.674303, 6.68502746° 40′ 27″ Nord 6° 41′ 06″ Est / 46.674303, 6.685027  
Gestion et exploitation
Propriétaire LEB
Exploitant C-V (1889-1912)
LEB (dès 1913)
Services D, R
Caractéristiques
Ligne(s) 101
Voies 1
Quais 1
Zone 51,52 (Mobilis)
Altitude 647 m
Historique
Mise en service 1889

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Fey

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Fey

La Halte de Fey est une halte ferroviaire de Suisse. Elle se situe sur le territoire de la commune de Fey, dans le canton de Vaud.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 647 m d'altitude, la halte de Fey est située au point kilométrique 20,16 de la ligne Lausanne – Bercher (101). Elle se situe entre la gare de Sugnens et la gare de Bercher. Bien qu'elle aie été longtemps une gare, depuis la suppression de l'évitement dans les années 1930, elle est devenue une halte. Elle ne comporte en effet pas de signalisation indiquant son entrée et sa sortie. Seule un signal de demande d'arrêt facultatif indique au mécanicien du train s'il doit marquer l'arrêt ou non.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construite en bois en 1889, la halte de Fey a été mise en service suite à la création de la compagnie du Central-Vaudois. Au début du XXe siècle le bâtiment en bois a été remplacé par une construction en maçonnerie. La halte est dotée à l'origine d'un évitement. Il sera supprimé après les années 1930 pour être remplacé par l'actuelle voie de garage.

En 1991, le quai est entièrement refait et s'allonge désormais sur une longueur de 90 mètres[B 1].

L'actuelle construction est celle ayant remplacé la première en bois. N'ayant été que peu rénové, cela fait du bâtiment de la halte de Fey celui qui est, comme l'illustre la photographie dans l'infobox ci à droite, dans le plus mauvais état de toutes les stations de la ligne.

Le mardi 15 janvier 2013, la compagnie du LEB met à l'enquête la construction d'un nouveau bâtiment pour cette station. En effet, plusieurs travaux de modernisation vont être entrepris au cours de l'été 2013. La halte sera dotée d'un P+R d'environ trente places. Le quai d'actuellement 50 m sera allongé de 40 m pour atteindre 90 m afin de permettre la desserte de compositions en unité multiple de deux rames formées de trois voitures chacune. Le bâtiment sera déplacé plus au sud de l'actuel afin d'augmenter l'espace pour les véhicules accédant à la station. Les travaux sont prévus pour l'été 2013 et auront lieu en même temps que la réfection de la voie entre Sugnens et Fey. L'ensemble des travaux est devisé aux alentours des 8 millions de francs[1].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Cette halte n'offre pas d'infrastructures particulières. Une salle d'attente ainsi qu'un automate à billets CFF, un interphone d'urgence, un oblitérateur pour les cartes multicourses et un dispositif de demande d'arrêt du train sont présents comme pour toutes les autres stations. Il y a aussi un petit parc à vélos qui est abrité dans le bâtiment. La halte est protégée par vidéosurveillance.

Desserte[modifier | modifier le code]

La halte de Fey est desservie par des trains régionaux et directs à destination de Bercher, d'Échallens et de Lausanne-Flon.

Direction précédente Gare précédente Trains Gare suivante Direction suivante
Lausanne-Flon Sugnens LEB Bercher Bercher

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sylvain Müller, « Une nouvelle gare pour Fey et deux kilomètres de voies à refaire », L'Echo du Gros-de-Vaud, vol. 83, no 2,‎ 18 janvier 2013, p. 1

Références[modifier | modifier le code]

  1. ROCH00, p. 240

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [ROCH86] Gérald Hadorn et Jean-Louis Rochaix, Voies étroites de la campagne vaudoise, Lausanne, BVA,‎ 1986 (ISBN 2-88125-004-1)
  • [ROCH00] Michel Dehanne, Michel Grandguillaume, Gérald Hadorn, Sébastien Jarne, Anette Rochaix et Jean-Louis Rochaix, Chemins de fer privés vaudois 1873 - 2000, Belmont, La Raillère (anciennement BVA),‎ 2000 (ISBN 2-88125-011-8[à vérifier : isbn invalide])
  • « Graphique horaire 2012 de la ligne 101 »,‎ 2011 (consulté le 24 janvier 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]