Haganon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Haganon, connu pour avoir été favori du roi Charles le Simple, serait, selon Jacques François Laurent Devisme, natif de Laon et issu du milieu militaire[1].

D'autres sources le donnent cousin de la reine Frédérune (Frérone)[2],[3].

Lorsque Charles III devient roi de Lotharingie en 911, il s'appuie sur les parents de son épouse Frédérune, qui appartient à une puissante famille germanique implantée dans ce royaume, et leur concède des honores (honneurs) pour faire contrepoids aux grands de Francie occidentale.
En 919, il prend Haganon comme notaire-chancelier[4] ce qui déplait fortement aux grands seigneurs. Jaloux d'Haganon qu'ils accusent d'« être né de parents obscurs »[5], mécontents des fréquents séjours du roi en Lotharingie[6], ils fomentent une révolte, avec à leur tête le Robert, duc des Francs, frère du précédent roi Eudes. Elle éclate en 922, quand Charles retire à sa tante Rothilde, fille de Charles II le Chauve et belle-mère d'Hugues le Grand, l'abbaye de Chelles pour la donner à Haganon[7].
Cette rébellion se termine par la proclamation de la déchéance de Charles, qui doit s'enfuir en Lotharingie, et l'élection comme roi de Robert Ier le , sacré le lendemain, 30 juin, à Reims par Gautier, l’archevêque de Sens.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques-François-Laurent Devisme, Histoire de la ville de Laon, volume 1, Le Blan-Courtois, 1822, p. 72
  2. Auguste Eckel, Charles Le Simple, E. Bouillon, 1899, (rééd. Slatkine Reprints), 1899, p. 99.
  3. Régine Le Jan, « Le royaume franc vers 900 : un pouvoir en mutation? », in Pierre Bauduin (éd.), Les Fondations scandinaves en Occident et les débuts du duché de Normandie, Publications du CRAHM, 2005, 271 pages, [1] p.  94 (ISBN 9782902685288).
  4. Robert-Henri Bautier, La Chancellerie carolingienne et les actes royaux dans les royaumes carolingiens, Bibliothèque de L'école des Chartes, vol. 127, partie 2, Librairie Droz, 1969, p. 22
  5. Haganon, cousin de Gérard de Brogne et de Frérone, accompagne la reine en Francie lorsque celle-ci épouse Charles. Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc: VIIe-Xe siècle, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 59-60 (ISBN 9782859442682).
  6. Augustin Fliche, L'Europe occidentale de 888 à 1125, Presses universitaires de France, 1930, 672 pages, p. 78
  7. Régine Le Jan, La Royauté et les élites dans l'Europe carolingienne, Centre d'Histoire de l'Europe du Nord-Ouest, 1998, p. 13 (ISBN 9782905637222).