Gebhard de Zähringen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gebhard III de Constance
Biographie
Nom de naissance Gebhard III de Zähringen
Naissance vers 1040
Décès 12 novembre 1110
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 22 décembre 1084
Constance
printemps 1086 – 12 novembre 1110
Précédent Othon Ier
Autres fonctions
Fonction religieuse
prévôt de Kanten

Blason

Gebhard III de Zähringen (né vers 1040 – mort le 12 novembre 1110), évêque de Constance, prit le parti du pape au cours de la Querelle des investitures.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Berthold de Carinthie, et frère de Berthold de Souabe et d'Hermann Ier de Brisgau, il fut d'abord prévôt de Kanten, puis rejoignit le monastère bénédictin de Hirschau et, le 22 décembre 1084, fut consacré évêque de Constance par le cardinal-légat Othon d'Ostie, futur pape sous le nom d'Urbain II. La chaire de Constance était alors occupée par l'anti-évêque gibelin Othon Ier qui, quoiqu’excommunié et déposé par le pape Grégoire VII en 1080, se maintenait au pouvoir par la force des armes. Lors d'un synode impérial tenu à Mayence, en avril 1085, Gebhard fut déposé, en même temps que quatorze autres évêques demeurés fidèles à Grégoire VII, et Othon Ier fut reconnu comme l'évêque légitime de Constance. Mais ce dernier mourut au printemps 1086, laissant la charge d'évêque à Gebhard, dont l'un des premiers décrets fut la réforme de l'Abbaye de Petershausen près de Constance, où il fit venir des moines de Hirschau. En 1089 il consacra la nouvelle cathédrale de Constance (l'ancienne s'était effondrée en 1052).

Le 18 avril 1089, le pape Urbain II le nomma, conjointement avec l’évêque Altmann de Passau, vicaire-apostolique d’Allemagne. Arnold, un moine de St-Gall dont l’empereur Henri IV avait fait l’anti-évêque de Constance le 28 mars 1092, essaya en vain de s'imposer au diocèse ; car Gebhard avait pour frères Bertold II et Welf Ier de Bavière ; en outre, il était apprécié des moines de Hirschau et Petershausen, et des bourgeois de Constance. En 1094 Gebhard tint un synode promulgant la réforme clunisienne à Constance, et en 1095 il prit part au Concile de Plaisance. La même année, il assista à la consécration d’Arnolphe III, évêque de Milan. Mais bientôt, l'autorité politique et religieuse d'Henri IV commença à s'imposer à toute l'Allemagne. En 1103 Gebhard fut démis de ses titres, et l’anti-évêque impérial, Arnold, usurpa l'évêché. Gebhard reprit son diocèse en 1105 avec l’aide d’Henri V, leva au nom du pape Pascal II la mise au ban qui accablait le nouveau roi, et l’accompagna en Saxe. Gebhard prit part au Synode de Nordhausen le 27 mai 1105, à la diète de Mayence à la Noël de 1105, fut dépêché à Rome en tant que légat impérial au printemps 1106, assista au Concile de Guastalla en octobre de la même année. Dans le différend qui mit aux prises Pascal II et Henri V, Gebhard parut d'abord soutenir l'empereur mais, ayant été sévèrement blâmé par le pape, il se retira de la vie publique et consacra ses dernières années à l'administration de son diocèse.

Source[modifier | modifier le code]

Charles Herbermann, Catholic Encyclopedia, Robert Appleton Co.,‎ 1913, « Gebhard (III) of Constance »

Voir également[modifier | modifier le code]