GNU gettext

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
gettext
Image illustrative de l'article GNU gettext
Logo

Développeur Projet GNU
Dernière version 0.19.2 (le 14 juillet 2014,
il y a 43 jours
[1]
)
[+/-]
Environnement Multiplate-forme
Type Internationalisation
Licence GNU GPL
Site web (en) Site officiel

gettext est la bibliothèque logicielle du projet GNU qui sert à l'internationalisation de logiciels (i18n). Elle est couramment utilisée pour écrire des programmes multilingues.

Processus[modifier | modifier le code]

Programmeur[modifier | modifier le code]

Le code source est d'abord modifié pour utiliser les appels à la fonction GNU gettext. Pour la plupart des langages, ceci se fait en insérant les chaînes destinées à l'utilisateur dans la fonction gettext. Pour gagner du temps de saisie et clarifier le code, l'alias de substitution _ est habituellement utilisé pour cette fonction de sorte que le code C :

printf(gettext("My name is %s.\n"), my_name);

devienne

printf(_("My name is %s.\n"), my_name);

gettext utilise alors la chaîne fournie comme clef de recherche de traductions et renvoie la chaîne d'origine si aucune traduction n'est disponible, à la différence de systèmes comme catgets ou de l'utilisation de Loadstring sous Microsoft Windows, où une identité de programmation est utilisée (souvent un entier).

Outre le C, la fonction GNU gettext est implémentée en : C++, Objective C, SH script, bash script, Python, OCaml, GNU CLISP, Emacs Lisp, librep, GNU Smalltalk, Ruby, Java, GNU awk, Pascal, wxWidgets (par wxLocale), YCP (langage de YaST2), Tcl, Perl, PHP, Pike, et R. Dans la plupart des cas, son utilisation s'y apparente à celle du C.

xgettext est appliquée aux sources pour produire un fichier .pot, ou modèle, qui contient une liste de toutes les chaînes traduisibles extraites du code. Pour l'exemple ci-dessus, une entrée du fichier .pot ressemblerait à ceci :

#: src/name.c:36
msgid "My name is %s.\n"
msgstr ""

Commentaires pour les traducteurs[modifier | modifier le code]

Si le développeur désire donner au traducteur une indication pour une chaîne spécifique, il peut le faire dans le code source à l'aide d'une étiquette (TAG) destinée à xgettext, pour lui permettre de filtrer ces indications et de les mettre dans le fichier .pot. Ces indications seront montrées par KBabel et PoEdit.

 printf(_("My name is %s.\n"), my_name);
 // TRANSLATORS: Please leave %s as it is, because it is exchanged by the program.
 // Thank you for contributing to this project.

Dans cet exemple, l'étiquette est // et doit être fournie à xgettext pour lui permettre d'extraire les commentaires pour les traducteurs lors de la construction du fichier .pot. D'autres caractères peuvent être utilisés comme étiquette du moment qu'ils sont utilisés de manière cohérente dans tout le code.

xgettext -c=//

Avec les commentaires, le fichier .pot ressemblerait à ceci :

#. TRANSLATORS: Please leave %s as it is, because it is exchanged by the program.
#. Thank you for contributing to this project. 
#: src/name.c:36
msgid "My name is %s.\n"
msgstr ""

Traducteur[modifier | modifier le code]

Le traducteur dérive un fichier .po du modèle en utilisant le programme msginit puis remplit les traductions. msginit initialise les traductions de sorte que pour créer une traduction en français, par exemple, il faut exécuter :

msginit --locale=fr --input=name.pot

Ceci engendre fr.po. Un exemple d'entrée serait :

#: src/name.c:36
msgid "My name is %s.\n"
msgstr "My name is %s.\n"

Le traducteur doit les corriger, à la main ou à l'aide d'un outil de traduction comme PoEdit. Ceci fait, l'entrée prendrait la forme suivante :

#: src/name.c:36
msgid "My name is %s.\n"
msgstr "Je m'appelle %s.\n"

Finalement, les fichiers .po sont compilés en fichiers binaires .mo avec msgfmt. Ils sont alors prêts à être distribués dans le paquet logiciel.

Utilisateur[modifier | modifier le code]

L'utilisateur, sur des systèmes de type Unix, ajuste la variable d'environnement LANG ou, si la langue doit être différente de LANG, LC_MESSAGES et le programme affiche alors les chaînes dans la langue sélectionnée, si un fichier .mo est présent et si les locales de la langue en question sont installées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « GNU gettext », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 14 juillet 2014

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ulrich Drepper, Jim Meyering, François Pinard et Bruno Haible, GNU gettext tools : for version 0.18.2, FSF,‎ 25 février 2013, 253 p. (lire en ligne) ;

Liens externes[modifier | modifier le code]