Liste des paquets GNU

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir GNU.
Liste des paquets GNU
{{#if:1
Logo du système GNU.
GNU N’est pas Unix

Notice technique
Liste Paquets GNU
Type Logiciels libres
Licence GPLv3, LGPLv3 ou AGPLv3

Gouvernance
Projet Projet GNU
Responsable Richard Stallman
Auteurs Mainteneurs du projet
Ayant droit Free Software Foundation
Mouvement Mouvement du logiciel libre

Richard Stallman
Richard Stallman, « Chief GNUisance » et responsable de l’ensemble.

Informations pratiques
Forge GNU Savannah
Site (en) gnu.org
Historique
Premier paquet GNU Emacs
Dernier paquet GNU Direvent[1]

Cet article liste les paquets logiciels du système GNU maintenus par le projet GNU et soutenus par la Free Software Foundation.

Historique[modifier | modifier le code]

Emacs est le premier paquet réalisé dans le cadre du projet, la seconde implémentation d’Emacs, par Richard Stallman, à partir de la version originelle développée en 1976 au laboratoire d'intelligence artificielle du MIT (en).

Paquets GNU[modifier | modifier le code]

Logiciels système[modifier | modifier le code]

  • icône GNU GNU Bash : interpréteur de commandes UNIX.
  • GNU Emacs GNU Emacs[3], éditeur de texte de la famille Emacs et outil de développement privilégié des mainteneurs du projet.

commandes du système[modifier | modifier le code]

icône GNU GNU Coreutils, regroupe les commandes de base du système. Ce paquet est composé de trois sous-ensembles, fileutils pour les fichiers, textutils pour le texte et shellutils pour les terminaux :

  1. fileutils : chgrp, chown, chmod, cp, dd, df, dir, du, ln, ls, mkdir, mkfifo, mknod, mv, rm, etc.
  2. textutils : cat, cksum, head, tail, md5sum, nl, od, pr, tsort, join, wc, tac, paste, etc.
  3. shellutils : basename, chroot, date, dirname, echo, env, groups, hostname, nice, nohup, printf, sleep, etc.

Logiciels de programmation[modifier | modifier le code]

GNU build system[modifier | modifier le code]

Autotools[modifier | modifier le code]

Autotools désigne un ensemble de projets, parmi lesquels Autoconf, AutoGen et Automake :

  • icône GNU GNU Autoconf : produit les scripts nécessaires à la configuration des paquets.
GNU Binutils[modifier | modifier le code]

icône GNU GNU Binutils : contient l’assembleur GNU (as) et l’éditeur de liens GNU (ld).

Briques logicielles[modifier | modifier le code]
  • icône GNU GNU M4 : processeur de macros.

Bibliothèques logicielles[modifier | modifier le code]

  • icône GNU Gnulib (en) : bibliothèque de portabilité conçue pour une utilisation avec le système de compilation GNU.
  • icône GNU GNU Readline : bibliothèque utile pour la lecture des lignes de commande.
  • icône GNU GNU cgicc[7] : bibliothèque C++ pour écrire des applications CGI.


Outils spécifiques[modifier | modifier le code]

  • icône GNU GNU Bison : générateur d’analyse syntaxique visant à remplacer yacc.
  • GNU Pth GNU Pth : threads logiciel pour systèmes UNIX.
  • icône GNU GNU ease.js[14] : cadritiel JavaScript orienté objet, selon un modèle à classe.

Environnement de développement[modifier | modifier le code]

Programmation[modifier | modifier le code]
GNU Emacs

GNU Emacs : éditeur de texte extensible (Elisp), modes graphique et console plein écran, auto-documenté, très complet (nav. web, lecteur de mails, shell, etc.), outils de développement pour Perl, Ruby, Python, Haskell, Lisp, Common Lisp, ELisp, Scheme, R, Erlang, OCaml, C, C++, Smalltalk, Lua, Scala, scripts shell sh/Bash/ksh/zsh/csh, Tcl, JavaScript, HTML, CSS, TeX/LaTeX, XML, JSON, Awk, sed, PHP, Rails, etc. Éditeur pour fichiers Makefiles, info, man ou pour la gestion décentralisée du code avec Git, Mercurial, Monotone, Darcs ou Bzr.


Compilation et débogage[modifier | modifier le code]

Langages de programmation[modifier | modifier le code]

GNU Guile[modifier | modifier le code]

GNU Guile GNU Guile[3], implémentation du langage Scheme, utilisé comme langage d’extension du système mais aussi pour le développement d’applications.

Autres implémentations[modifier | modifier le code]
  • icône GNU GNU APL : interprète APL conforme à la norme ISO 13751, dite « Programming Language APL, Extended ».
  • icône GNU MathProg  : GNU MathProg modeling language, un sous-ensemble du langage AMPL distribué avec GLPK.
  • GNU R GNU R : implémentation du langage S.
  • icône Kawa Kawa : autre implémentation Scheme.
  • icône GNU SCM : autre implémentation Scheme.
  • icône GNU Elisp : langage de la famille Lisp utilisé pour le développement d’applications Emacs.

Logiciels d’application[modifier | modifier le code]

GNU Emacs[modifier | modifier le code]

GNU Emacs
Emacs est un éditeur de texte, mais aussi un client de messagerie, un client de messagerie instantanée pour le réseau Jabber. un client IRC, un agenda électronique, un calendrier, un gestionnaire de fichiers, une calculatrice, un dictionnaire électronique, un agrégateur de flux RSS/Atom, un lecteur de fichiers PDF, un logiciel GTD, un logiciel de gestion de projet, une interface utilisateur pour documents TeX/LaTeX, etc. Accessoirement, il peut servir de navigateur web, de lecteur multimédia audio et vidéo[17]. On peut également l’utiliser pour administrer son système.

Logiciels utilitaires[modifier | modifier le code]

  • icône GNU GNU grep[18] : programme de recherche de chaînes de caractères.
  • icône GNU GNU time : programme pour régler l’horloge d’un ordinateur.
  • icône GNU sharutils[19] : implémentation du format d’archive Shar (SHell ARchive en).
  • icône GNU GNU Gzip bibliothèque et programme de compression pour remplacer Zip.
  • icône GNU GNU Rush : shell UNIX adapté pour l’accès à distance à des sites web ou autres ressources limitées.
  • icône GNU GNU Parted : programme de partitionnement des disques durs.
  • icône GNU GVPE : création de réseaux ethernet virtuels.
  • icône GNU GNU acct : outils de statistiques sur les utilisateurs et les processus du système.
  • logo GNU GNU trueprint[d] : utilitaire pour programmeurs dédié à l’impression du code source.
  • icône GNU GNU Xnee : automatisation des actions utilisateurs en environnement X11.
  • icône GNU GNU datamash[27] : traitement statistique sur des flux de données textuelles.

Applications informatiques[modifier | modifier le code]

Logiciels graphiques et environnements de bureau[modifier | modifier le code]
  • icône GNU GWorkspace : gestionnaire graphique pour GNUstep.
Applications Internet[modifier | modifier le code]
  • icône GNU GNU Wget : programme servant à récupérer des fichiers par le réseau au moyen de divers protocoles Internet.
  • icône GNU GNU Serveez : framework fournissant des routines et une aide à la mise en œuvre serveurs basés sur IP (actuellement TCP, UDP et ICMP)[31].
  • icône GNU GNU Anubis : programme pour traiter les messages de courrier électroniques sortants. Se trouve entre le MUA (Mail User Agent) et le MTA (Mail Transport Agent).
  • icône GNU MediaGoblin : plateforme décentralisée de services multimedia.
Bureautique et Multimédia[modifier | modifier le code]
  • Gnash Gnash : alternative libre au lecteur Flash d’Adobe.
  • GNU PDF GNU PDF : projet d’une suite logicielle et de bibliothèques autour du format de fichier PDF.
  • icône GNU GNU gv : interface utilisateur pour afficher les fichiers PS/PDF.
  • GNU LilyPond LilyPond : notation musicale permettant de décrire et d’imprimer des partitions.
  • icône GNU Denemo : interface graphique pour notation musicale.
  • icône GNU GNU gcal : programme permettant le calcul et l’affichage de calendriers.
  • icône GNU GNU Dico : serveur de dictionnaire avec l’iimplémentation du protocole de communication DICT.
Téléphonie[modifier | modifier le code]
  • icône GNU Bayonne : service de téléphonie multi-ligne.
  • icône GNU Alexandria : paquet du système GNU utilisant GNU bayonne pour permettre aux aveugles d’accéder à du contenu et des services électronique au moyen du réseau de téléphonie publique.
  • icône GNU GNU Telephony : rassemble toutes les briques technologiques du projet GNU pour la téléphonie.
  • icône GNU GNU Free Call : projet visant à créer une alternative libre à Skype.
Jeux et logiciels éducatifs[modifier | modifier le code]
  • icône GNU XBoard : interface graphique pour programmes d’échecs.
  • icône GNU GNU shogi[33] : programme pour jouer au shōgi.
  • icône GNU GNU Sqltutor[37] : outil en ligne pour l’apprentissage du SQL.
  • icône GNU FísicaLab[38] : logiciel éducatif pour formaliser des notions de physique.
Logiciels scientifiques[modifier | modifier le code]
  • icône GNU Octave GNU Octave : programme de calculs numériques semblable à MATLAB, mais sans les solveurs graphiques. Une partie des toolboxes est disponible en installant octave-forge.
  • icône GNU GSL : bibliothèque scientifique de GNU.
  • icône GNU GNU MPFR : bibliothèque de calcul multiprécision en virgule flottante.
  • icône GNU GNU MPC : bibliothèque de calcul multiprécision sur les nombres complexes en virgule flottante.
Applications métiers[modifier | modifier le code]
  • icône GNU GNUmed : progiciel médical.
  • icône GNU GNUtrition : logiciel d’analyse nutritionnelle[i].
  • icône GNU remotecontrol GNU remotecontrol : outil de gestion en ligne d’appareils d'immotique.

Projets non maintenus[modifier | modifier le code]

  • GCIDE : version électronique du dictionnaire CIDE. Ce projet n’est plus maintenu comme un paquet GNU[45].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « GNU Direvent », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 6 septembre 2014
  2. icône Wikinews « Informatique : le projet GNU annonce la sortie d’un nouveau gestionnaire de paquets », sur wikinews,‎ 23 novembre 2012.
  3. a, b et c (en) Guile et Emacs sont à l’origine des éléments de base d’un système GNU certes inspiré d’UNIX mais très orienté Lisp comme les machines Lisp du MIT.
  4. (en) « Nettle », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 7 juin 2014
  5. « GNU libiconv 1.14 released », lists.gnu.org, 8 août 2011.
  6. (en) « GNU libunistring », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 31 août 2014
  7. (en) « cgicc », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 9 juin 2014
  8. (en) « GNU lightning », sur directory.fsf.org, Répertoire du logiciel libre,‎ 4 novembre 2013 (consulté le 9 novembre 2013)
  9. (en) Jim Meyering (16-03-2013), « vc-dwim-1.7 released », info-gnu.
  10. (en) « DDD - Data Display Debugger - GNU Project - Free Software Foundation (FSF) », sur gnu.org,‎ 4 mai 2011 (consulté le 7 décembre 2012)
  11. (en) « GNU Linear Programming Kit », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 22 août 2014
  12. (en) « balgol – Based on GNU MARST – ALGOL with some Burroughs extensions », sur code.google.com, Google Project Hosting,‎ 23 mars 2013 (consulté le 23 mars 2013)
  13. (en) Andrew Makhorin (09-03-2013), « GNU Marst 2.7 release information », info-gnu.
  14. (en) « GNU ease.js », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 7 août 2014
  15. (en) « GNU CSSC », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 11 juillet 2014
  16. (en) « GNU Forth », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 14 juin 2014
  17. a et b (en) « EMMS », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 25 juillet 2014
  18. (en) « GNU Grep », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 3 juin 2014
  19. (en) Bruce Korb (19-10-2013), « Release of version 4.14 of sharutils », info-gnu. Consulté le 20 octobre 2013.
  20. (en) « GNU Tar », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 27 juillet 2014
  21. (en) « GNU dmd », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 7 juillet 2014
  22. (en) « gnu-pw-mgr », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 5 janvier 2014
  23. (en) Jeffrin Jose (12-03-2013), « Trueprint 5.4 Released », info-gnu.
  24. (en) « GNU Spool », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 21 octobre 2010
  25. (en) Simon Josefsson (03-04-2013), « Shishi 1.0.2 released », info-gnu.
  26. (en) Lorenzo Bettini (07-11-2012), « GNU Gengetopt 2.22.6 », info-gnu.
  27. (en) « GNU datamash », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 29 juillet 2014
  28. (en) Adam Spiers (18-02-2012), « GNU Stow 2.2.0 released », info-gnu.
  29. (en) « GNU SRC », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 6 juillet 2014
  30. (en) Hartmut Rosch (19-03-2013), « Announcing of maverik release 6.5 », info-gnu.
  31. (en) Thien-Thi Nguyen (02-02-2013), « GNU Serveez 0.2.0 available », info-gnu.
  32. (en) « GNU LibreJS », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 27 août 2014
  33. (en) « GNU shogi », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 16 janvier 2014
  34. (en) « GNU ACM », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 8 décembre 2010
  35. (en) « GNU FreeDink », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 1er septembre 2014
  36. (en) « GNU rpge », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 6 janvier 2014
  37. (en) « GNU Sqltutor », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 1er juin 2014
  38. (en) « FísicaLab », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 27 décembre 2013
  39. (en) « GNU Circuit Analysis Package », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 23 avril 2013
  40. (en) Jason Self (31-03-2012), « GNUtrition 0.31.1 Released », info-gnu.
  41. (en) « GNU fcrypt », sur gnu.org,‎ 17 février 2013 (consulté le 17 février 2013)
  42. (en) LSH
  43. (en) « GNU Font Editor », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 5 juillet 2000
  44. (en) Dernière version de Sovix en tant que paquet GNU, le 13 juillet 2008.
  45. (en) Dernière version de GCIDE en tant que paquet GNU pour la version 0.46 (janvier 2002).
  46. « Aeneas », sur gnu.org,‎ 13 mai 2012 (consulté le 13 mai 2012)
  47. Jean Michel Sellier (13-05-2012), « Aeneas new release », info-gnu.
  48. (en) « GNU adns », sur directory.fsf.org, FSF,‎ 17 septembre 2000

Notes[modifier | modifier le code]

  1. GNU Nettle est une bibliothèque de cryptographie développée par Niels Möller en 2001 puis maintenue pour le projet GNU depuis juin 2009. La dernière version a été réalisée le 7 juin 2014[4].
  2. Data Display Debugger (GNU DDD), frontal graphique pour débogueurs en ligne de commande comme gdb, dbx, wdb, ladebug, jdb, xdb, bashdb, etc.[10].
  3. En informatique, un logiciel qui traduit le code source d’un programme écrit en langage de haut niveau vers un autre langage de haut niveau est aussi appelé traducteur, de l’anglais translator. Par facilité de langage, on parlera de compilateur source à source (on parle de compilateurs lorsqu’on opère d’un langage de haut niveau vers un langage de bas niveau, d’interpréteur si on traduit le code écrit en langage de haut niveau vers du code intermédiare exécuté immédiatement, de décompilateur quand on opère du code machine vers le langage source dans lequel un programme a été initialement codé, d’assembleur pour la traduction du langage d’assemblage ou langage assembleur vers du code machine, enfin, de désassembleur pour l’opération inverse). GNU Marst est un logiciel libre distribué selon les termes de la licence GNU GPL, ce qui a permis par ailleurs le développement d’une extension GNU Marst pour le support du langage Algol des systèmes Burroughs (en)[12]. La dernière version GNU Marst a été réalisée en mars 2013[13].
  4. génération d’un document PostScript pouvant être acheminé vers un périphérique d’impression ou sauvegardé dans un fichier .ps. Ce logiciel utilitaire supporte les langages C, C++, Java, Pascal, Perl, Pike, sh et Verilog. La dernière version a été réalisée en mars 2013[23].
  5. Le programme génère une fonction C qui utilise la fonction getopt_long pour analyser les options en ligne de commande, les valider et remplir un enregistrement (struct). La dernière version (GNU Gengetopt 2.22.6 a été réalisée en novembre 2012[26].
  6. Inspiré du programme depot de l’université Carnegie-Mellon. La dernière version a été réalisée en février 2012[28].
  7. Le GIMP ToolKit, contient les bibliothèques GTK, GDK, et glib (utilisé par le GIMP et GNOME).
  8. logiciel de programmation utilisant Mesa 3D et OpenGL pour former un véritable cadriciel pour environnments de réalité virtuelle en 3D. La dernière version a été réalisée en mars 2013[30].
  9. Le logiciel utilise comme source la base de données américaine des valeurs nutritives. Son utilisation reste donc pour l’heure confinée au sol américain. La dernière version en développement a été réalisée le 31 mars 2012[40].
  10. Le projet GNU s’est depuis orienté vers une alternative développée au sein du projet GNUnet, appelée GNS (GNU Name System).
  • Le projet GNUnited Nations permet la traduction des pages du site gnu.org dans de nombreuses autres langues, dont le français.
  • Le logiciel gnuplot n’a rien à voir avec le projet GNU, lui préexistant de plusieurs années, mais peut fonctionner sous le système GNU.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]