Frontière linguistique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
En gris, la Haute-Bretagne de langue gallèse en 1950. Les différents tons de gris racontent la perte progressive de l'usage du breton dans les campagnes au profit du gallo, puis du français. La limite entre la Haute et la Basse Bretagne a peu à peu glissé vers l'Ouest.

Une frontière linguistique est une frontière séparant deux territoires dans lesquels sont parlés deux variétés linguistiques différentes (langues ou dialectes). Si les deux variétés sont rattachées à des systèmes linguistiques non apparentés, la frontière marque ainsi la limite de l'intercompréhension mutuelle. Au contraire, dans le cas d'un continuum linguistique, il est souvent malaisé d'établir précisément une frontière car la transition s'effectue sur une superficie plus ou moins étendue ; la frontière est alors souvent définie sur la base d'une isoglosse déterminée, ou d'un faisceau isoglossique lorsqu'il existe.

Parmi les exemples connus de frontières linguistiques, on peut citer :

Une enclave linguistique (ou îlot linguistique) est une zone linguistique complètement délimitée par une frontière linguistique.

Exemples[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles de Tourtoulon et Octavien Bringuier, Étude sur la limite géographique de la langue d’oc et de la langue d’oïl (avec une carte), Paris: Imprimerie Nationale, 1876

Voir aussi[modifier | modifier le code]