Franz Dahlem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Franz Dahlem

Franz Dahlem (14 janvier 1892 à Rohrbach-lès-Bitche en Moselle - décédé le 17 décembre 1981 à Berlin), est un homme politique et résistant allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jacques Pierre Dahlem, cheminot, et de Marie Wagner, Franz Dahlem naît à Rohrbach-lès-Bitche, le 14 janvier 1892[1], durant la première annexion allemande. Il s'engage très tôt dans la politique. Il devient membre d'une association de jeunes travailleurs socialistes à partir de 1910. Pendant la Première Guerre mondiale, il sert comme simple soldat dans l'armée allemande, de 1914 à 1918. Après guerre, il poursuit ses activités politiques au Parti social-démocrate indépendant d'Allemagne, le USPD. Il devient rédacteur du journal communiste Die Rote Fahne en 1924.

À l'arrivée des nazis au pouvoir, Dahlem poursuit clandestinement ses activités politiques. En 1937, il est nommé chef de la Commission politique des Brigades internationales en Espagne, puis chef du Comité central du Parti communiste à Paris en 1938. De 1939 à 1942, il est interné avant d'être extradé vers l'Allemagne. De 1943 à 1945, Dahlem est interné au camp de concentration KZ de Mauthausen, et survit grâce à la solidarité des anciens membres des Brigades internationales [2]. À la libération, il devient membre du comité du camp, cosignataires de la proclamation du Parti communiste du 11 juin 1945.

De retour à Berlin, Dahlem devient membre du Comité central et du Secrétariat du Comité central du Parti communiste. De 1949 à 1953, il est élu membre du Politburo et du secrétariat du comité central du SED. Il est en même temps membre de la Chambre du peuple. En 1953, il est victime d'une purge politique visant à écarter les membres originaires de l'Ouest, avant d'être réhabilité en 1956. Nommé Secrétaire d'État adjoint pour l'enseignement supérieur et d'enseignement spécialisé en 1957, il enseigne régulièrement ensuite. De 1967 à 1974, Dahlem sera nommé Vice-ministre de l'enseignement supérieur et secondaire spécialisé de RDA et présidera un comité antifasciste franco-allemand.

Il reçoit en 1970 et en 1977 l'étoile de l'amitié des peuples.

Franz Dahlem décéda le 17 décembre 1981, à Berlin[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Weg und Ziel des antifaschistischen Kampfes, Berlin 1952
  • Am Vorabend des Zweiten Weltkrieges. Erinnerungen, Berlin 1977-78
  • Jugendjahre. Vom katholischen Arbeiterjungen zum proletarischen Revolutionär, Berlin 1982

Sources[modifier | modifier le code]

  • Heinz Bergschicker: Deutsche Chronik 1933-1945. Ein Zeitbild der faschistischen Diktatur, Verlag der Nation, Berlin 1981.
  • Hermann Weber: Deutsche Kommunisten. Dietz, Berlin 2004.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dahlem, Franz sur luise-berlin.de.
  2. Gerhard Leo: Deutsche im französischen Widerstand - ein Weg nach Europa, DRAFD-Information August 1999 [1]