Francisco Mendoza de Bobadilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mendoza et Bobadilla (homonymie).
Francisco Mendoza de Bobadilla
Image illustrative de l'article Francisco Mendoza de Bobadilla
Biographie
Naissance 25 septembre 1508
à Cuenca Drapeau de l'Espagne Espagne
Décès 1er décembre 1566
à Arcos de la Llana Drapeau de l'Espagne Espagne
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
19 décembre 1544 par le
pape Paul III
Titre cardinalice cardinal-prêtre de S. Maria in Aracoeli
cardinal-prêtre de S. Giovanni a Porta Latina
cardinal-prêtre de S. Eusebio
Évêque de l’Église catholique
Fonctions épiscopales évêque de Coria
évêque de Burgos

Francisco Mendoza de Bobadilla (né à Cuenca en Espagne, le 25 septembre 1508 et mort à Arcos de la Llana le 1er décembre 1566) est un cardinal espagnol du XVIe siècle. Il est de la famille des cardinaux Pedro González de Mendoza (1473), Diego Hurtado de Mendoza (1500) et Íñigo López de Mendoza y Zúñiga (1530).

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Francisco Mendoza de Bobadilla est professeur à Évora et Coimbra et archidiacre de Tolède.

Il est élu évêque de Coria en 1533 et transféré au diocèse de Burgos en 1550. Le pape Paul III le crée cardinal lors du consistoire du 19 décembre 1544. Le cardinal Mendoza participe au conclave de 1549-1550 lors duquel Jules III est élu, mais il ne participe pas au premier conclave de 1550 (élection de Marcel II). Il participe au deuxième conclave de 1555 (élection de Paul IV) , mais ne participe pas au conclaves de 1559 (élection de Pie IV) et de 1565-1566 (élection de Pie V).

Mendoza donne 935 livres au roi Philippe II d'Espagne pour la bibliothèque du monastère de l'Escorial et est l'auteur de plusieurs livres sur la théologie. Il est un ancien ami du saint Ignace de Loyola et il protège et promeut l'ordre des jésuites. Il est considéré comme des personnes dirigeants de l'humanisme aristocratique de l'Espagne. Erasme cherche son amitié et Luis Vives dédie De ratione vivendi à lui.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]