Francesc Berenguer i Mestres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Francesc Berenguer i Mestres

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Llimona vue par Ramon Casas (MNAC)

Nom de naissance Francesc Berenguer i Mestres
Naissance 21 juillet 1866
Reus
Décès 8 février 1914
Barcelone
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagne
Profession


Francesc d'Assís Berenguer i Mestres (Reus, 21 juillet 1866[1]- Barcelone, 8 février 1914)[2] fut un architecte moderniste catalan. Il exerça comme architecte sans en avoir le titre grâce à une amitié liée avec Antoni Gaudí en 1887 et qui dura jusqu'à sa mort. L'absence de titre fit que ses projets furent signés par un autre architecte – Gaudi en l’occurrence – notamment pour la Casa Museu Gaudí au Parc Güell[2] ce qui provoqua des difficultés et des polémiques lors de l'étude de son œuvre.


Biographie[modifier | modifier le code]

Francesc Berenguer i Mestres naquit le 21 juillet 1866 à Reus. Ses parents étaient instituteurs à Reus et avaient eu comme élève Antoni Gaudí, avec qui Francesc eut une relation professionnelle et une relation d'amitié étroite[3],[4]

Quand Francesc Berenguer i Mestres passa son baccalauréat à l'âge de 15 ans, toute la famille déménagea à Barcelone pour qu'il puisse commencer des études d'architecture, selon le souhait de son père[5]

Pour survivre dans la capitale Catalane, la famille donna des cours particuliers à des élèves envoyés par Gaudí.

Il se maria à 20 ans avecAdelaida Bellvehí et eurent sept fils: Francisco de Assise, Adelaida, Jose, Maria, Carmen, Luis et Conception. Cependant son travail l'empêcha de jouir pleinement de sa famille[6]. Son fils aîné Francesc Berenguer i Bellvehí, suivit les pas de son père et ils collaborèrent à la construction de la Colonie Güell.

Études[modifier | modifier le code]

Il comença ses études d'architecte en 1881 et les abandonna en 1888. De ses résultats académiques, on note une facilité pour l'expression graphique et des difficultés avec les éléments plus techniques. Durant les deux premières années d'études il ne valida que la discipline de dessin industriel.

Ses aptitudes artistiques le poussèrent à étudier diverses disciplines à l'école des beaux-arts qu'il valida avec aisance. Ses difficultés dans ses études d'architecte et son mariage précoce sembrent avoir précipité l'abandon de ses études[6]

Mort[modifier | modifier le code]

Il souffrit durant les dernières années de sa vie de problèmes respiratoires. Le 8 février 1914 à 48 ans, Berenguer subit une attaque d'urémie qui le tua le lendemain. Gaudi confessa après sa mort, qu'il « avait perdu sa main droite »[4] selon Ràfols, Gaudí embrassa le cadavre de son ami[7].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il travailla sur divers chantiers architecturaux[4]. Ce fut tout d'abord pour August Font i Carreras, ancien professeur de l'École d'architecte, puis avec Miquel Pascual i Tintorer, architecte municipal de Gràcia et avec Josep Graner i Prat, son maître d’œuvres.

August Font ne le chargea que de tâches de base. Avec Miquel Pascual, il réalisa de nombreux projets, certains en collaboration avec l'architecte, comme l'église majeure de Santa Coloma de Gramenet; d'autre furent délégués directement par Pascual Tintorer comme l'autel de Sant Josep de Calasanz au Monastère de Montserrat, le marché de la Liberté de Gràcia, la façade de la mairie de Gracia, le panthéon de la famille Regordosa au cimentière Sud-ouest et le sanctuaire Sant Josep de la Muntanya. Plusieurs ouvrages signés par Pascual Tintorer furent exclusivement réalisés par Berenguer comme la casa Burés, ou la maison – aujourd'hui détruite – du 50 - 52 rue Principale de Gracia, à Barcelone[6]

En 1892 Berenguer gagna l'appel d'offre de la mairie de Gràcia en tant qu'aide architecte alors que l'architecte municipal était Pascual Tintorer.

Relation avec Gaudí[modifier | modifier le code]

Devant ses difficultés pour obtenir son titre d'architecte, son ami Antoni Gaudí lui permit de travailler dans son atelier et lui garantit des revenus réguliers[3]

Berenguer travailla à l'atelier de Gaudi de 1887 jusqu'à sa mort. Cette participation lui apporta des connaissances pratiques qui paraient au manque de formation théorique.

Au-delà de cette collaboration professionnelle, les deux hommes maintinrent une relation amicale qui se fit plus étroite à partir de 1911 lorsque Gaudi à l'issue d'une grave maladie, mangea pratiquement toujours avec la famille Berenguer[6].

Berenguer devint l'homme de confiance à l'atelier de Gaudi, chargé des tâches administratives, du contrôle des projets de la Sagrada Familia et de la Colonie Güell, en plus d'intervenir dans les travaux du maître par ses dessins et études.

Berenguer travaillait à mi-temps pour pouvoir collaborer avec d'autres bureaux d'architectes.

Réalisations et polémiques[modifier | modifier le code]

L'étroite collaboration de Berenguer avec Gaudi donna lieu à diverses polémiques sur sa participation aux œuvres du maître ; par exemple pour le Palau Güell pour lequel Berenguer dessina plus de vingt propositions alternatives à la façade[6]

La tour "la Miranda" à Llinars del Vallès réalisée par Damià Mateu i Bisa est un autre exemple ; si d'un côté Gaudi visita ce chantier, Mateu demanda dans une lettre l'avis de Berenguer[8].

Un des cas les plus polémiques fut pour la maison de l'intendant la chapelle et le Cellier Güell. Ce fut une commande d'Eusebi Güell où les avis sont partagés : Roisin, Celso Gomis i Amós Salvador la considèrent de Gaudí. D'autres comme Ràfols, Cirici Pellicer, Bohigas, David Mackay, Martinell, Infiesta, Camps, et Quintana attribuent l’œuvre à Berenguer ; enfin Bassegoda, et Carlos Flores défendent une collaboration des deux hommes.

Le problème de l'attribution des projets est présent dans toute l'œuvre de Berenguer. Son étroite collaboration avec Gaudi rend difficile l'établissement d'une ligne de démarcation nette entre les deux architectes. Selon Bohigas, certains des détails les plus emblématiques de l'œuvre de Gaudi furent dessinés par ses collaborateurs, notamment Berenguer[9]

Cependant, l'impossibilité pour Berenguer de signer ses projets fait que ses œuvres apparaissent signées par les architectes avec qui il collaborait..


Bibliographie consultée[modifier | modifier le code]

Spécifique[modifier | modifier le code]

  • Jaume Serrallonga Gasch, Geometria i mecànica en els models de Gaudi, Thèse Doctorale,‎ 2003 (ISBN 84-688-2908-0, lire en ligne)
  • Oriol Bohigas, Arquitectura Modernista, Barcelona, LUMEN,‎ 1968

Complémentaire[modifier | modifier le code]

  • Isabel Coll, Arquitectura de Sitges 1800-1930, mairie de Sitges,‎ 2001 Seconde edition (ISBN 84-931852-0-5)
  • Joan Bassegoda i Nonell, La Quadra de Garraf, Barcelone, Reial Càtedra Gaudí,‎ 2001
  • Joan Bassegoda i Nonell, Las Bodegas Güell, de Garraf: una obra de Gaudí y Berenguer., Barcelona: [Diputación Provincial],‎ 1976
  • José Luis Ros Pérez, Los Dibujos de un modernista : claroscuro de Francisco de Asís Berenguer i Mestres, Barcelona., Escola Tècnica Superior d'Arquitectura de Barcelona,‎ 1983
    : Thèse doctorale.
  • COLLÈGE D'ARQUITECTES DE CATALOGNE. Division de Barcelone. Archives Historiques. Fond Francesc Berenguer i Mestres: catalogue. 1999.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Centre de Documentació - Col·legi d'Arquitectes Barcelona - Descripció Francesc Berenguer i Mestres
  2. a et b Antoni Gaudí, Museo Español de Arte Contemporáneo, Antoni Gaudí(1852-1926): Museo español de Arte Contemporáneo, Madrid, mayo, Edicions UPC,‎ 2001 (ISBN 8483015382)
  3. a et b David Mackay, Modern Architecture in Barcelona (1854, The Anglo-Catalan Society,‎ 1985
  4. a, b et c Breu Biografia - Caixa Tarragona
  5. Treball acadèmic sobre la rectoria de la Colònia Güell
  6. a, b, c, d et e Estudi històric i gràfic de l'Escola i Casa del Mestre a la Colonia Güell (UPC)
  7. Serrallonga Gasch. p. 314
  8. Revista LAURO, n.24
  9. "La participació de Berenguer és clara a les reixes de la Casa Vicens, a la façana del Palau Güell, a la finca Güell de Pedralbes, a Bellesguard a la cripta Güell, a les escoles de la Sagrada Família i en molts aspectes del temple, com la façana interior del Neixement.". Oriol Bohigas. Arquitectura Modernista, p. 274