François-Marie de Camporosso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Marie de Camporosso
Image illustrative de l'article François-Marie de Camporosso
Capucin
Naissance 27 décembre 1804
Camporosso, Ligurie
Décès 17 septembre 1866 
Gênes
Nationalité Flag of Italy.svg Italienne
Vénéré à Gênes en l'église della SS. Concezione
Béatification 30 juin 1929
par Pie XI
Canonisation 9 décembre 1962
par Jean XXIII
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 17 septembre
Attributs Habit de capucin avec corbeille et crucifix
La Châsse du saint dans la chapelle de la Concezione à Gênes.

Giovanni Croese, en religion François Marie de Camporosso (en italien, Francesco Maria da Camporosso) (né le 27 décembre 1804 à Camporosso et mort le 17 septembre 1866 à Gênes) est un capucin italien du XIXe siècle, reconnu saint par l'Église catholique.

Béatifié en 1929 par le pape Pie XI, il a été canonisé le 9 décembre 1962 par Jean XXIII. Sa fête est célébrée le 17 septembre, jour anniversaire de sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giovanni Croese naît au village de Camporosso (diocèse de Vintimille) en 1804 dans une famille de cultivateurs, ses parents Anselmo Croese et Maria Antonia Garzo lui donnent le prénom de Jean. Très tôt son père lui confie leur petit troupeau puis plus tard les travaux agricoles. En 1816 il fait sa première communion puis tombe malade, ses parents décident de l'amener au sanctuaire de Notre-Dame de Laghet (près de Nice) où il est guéri.

À l7 ans, il entend la voix de Dieu l'appelant à une vie plus parfaite et entre chez les frères Mineurs Conventuels de Sestri Ponente. Mais après de ferventes prières à la Sainte Vierge, et avec l'avis d'hommes éclairés, il fait son noviciat comme frère lai le 7 décembre 1825 au couvent des Capucins de Saint-Barnabas à Gênes avec le nouveau nom de François Marie.

Peu de temps après il fait sa profession religieuse, le supérieur du couvent, malgré son jeune âge, l'envoya immédiatement à la maison principale de la province, dans le couvent de la Santissima Concezione de Gênes. Il est d'abord aide en cuisine puis infirmier et enfin affecté comme frère quêteur. C'est pour lui une occasion d'évangéliser surtout dans le quartier du port où il exerce une fascination extraordinaire sur tous ceux qui l'approche en particulier les marins et des immigrants pour l'Amérique. Sa grande charité fait que les gens le surnomme le "padre santo" malgré ses protestations.

Extrêmement dur avec lui-même, il s'impose plusieurs pénitences, dormant sur des planches nues, se nourrissant de croûtes de pain trempé dans de l'eau chaude, portaient des vêtements grossiers et rapiécés, il a toujours été vu avec les pieds nus. En 1866, Une épidémie de choléra s'abat sur la ville et il s'offre en victime pour faire cesser la maladie et meurt le 17 septembre.

Culte[modifier | modifier le code]

Après sa mort les fidèles ont continué à l'invoquer et plusieurs miracles furent attribués à son intercession. En 1911, ses restes ont été transférés du cimetière de Staglieno dans l'église du couvent des SS. Conception de Gênes où il repose, exposée à la vénération des fidèles dans une chapelle à gauche de l'autel principal. La cause de béatification a été introduite le 9 août 1896 et s'est terminée le 30 juin 1929 par le pape Pie XI. Il a été proclamé saint par le pape Jean XXIII le 9 décembre 1962. Le calendrier de l'Ordre des Frères Mineurs Capucins honore sa mémoire le 19 septembre.

L'iconographie populaire le représente grand, mince, austère, avec son sac pour l'aumône parfois accompagné d'un enfant. Il y a beaucoup d'images du saint représenté par les peintres et sculpteurs célèbres, parmi lesquels une gravure sur cuivre par le peintre Antonio Frixione réalisé alors que le saint était encore en vie. La ville de Gênes a fait ériger une sculpture dans la zone portuaire par Guido Galletti.

Le musée[modifier | modifier le code]

En 2008, la rénovation de la chapelle a permis la création d'un musée consacré au saint, avec la reconstitution de sa cellule des pièces originales du couvent de Maria Voltri où François vécu en 1824 ; et dans des vitrines, des objets et des images nous racontent sa vie de travail et le dévouement au peuple de l'enfance à la canonisation jusqu'à nos jours avec de nombreux ex-voto.

Sources et références[modifier | modifier le code]