Ernst Bacon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ernst Bacon

alt=Description de l'image defaut.svg.
Naissance 26 mai 1898
Chicago, Illinois
Décès 16 mars 1990 (à 91 ans)
Orinda, Californie
Activité principale Compositeur, pianiste, chef d'orchestre
Formation Université Northwestern, Université de Chicago, Université de Californie à Berkeley
Maîtres Ernest Bloch, Alexander Raab (en), Eugene Goossens, Karl Weigl
Élèves Carlisle Floyd (piano)
Récompenses Prix Guggenheim, Prix Pulitzer de musique

Ernst Lecher Bacon (26 mai 189816 mars 1990) est un compositeur, pianiste et chef d'orchestre américain. Auteur prolifique, Bacon a composé plus de 250 chants durant sa carrière. Il a été récompensé par le Prix Guggenheim et le Prix Pulitzer de musique en 1932 pour sa deuxième symphonie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ernst Bacon est né à Chicago, Illinois le 26 mai 1898 de Maria von Rosthorn Bacon (sœur d'Alfons von Rosthorn (en) et d'Arthur von Rosthorn) et du Dr. Charles S. Bacon. À 19 ans, Bacon entre à l'Université Northwestern où il étudie les mathématiques. Après trois ans d'études, il part à l'Université de Chicago. Il termine finalement ses études à l'Université de Californie à Berkeley où il reçoit un master pour la composition de The Song of the Preacher en 1935. Il a eu entre autres comme professeurs Ernest Bloch (composition), Alexander Raab (en) (piano), et Eugene Goossens (direction).

À 19 ans Bacon écrit un traité complexe, intitulé « Our Musical Idiom, » qui explore toutes les harmonies possibles. Cependant lorsqu'il commence à composer dans les années 1920 il rejette toutes approche purement cérébrale. Il affirme que la musique est un art, pas une science, et que sa source doit être humaine et imaginative plutôt qu'abstraite en analytique.

Bacon est autodidacte en composition, excepté les deux années où il étudie avec Karl Weigl à Vienne en Autriche. Vivant la dépression post-guerre en Europe, il comprend que le mouvement d'avant-garde reflète le pessimisme de ses origines. Bacon décide à la place d'écrire de la musique exprimant la vitalité et l'affirmation de son propre pays. Parfois comparé à Béla Bartók, Bacon incorpore dans sa musique l'histoire et le folklore, la musique indigène, la poésie, la chanson populaire, les rythmes jazz et les paysages de l'Amérique.

Comme Franz Schubert, un ensemble de plus de 250 chants compose le chœur de son répertoire qui comprend également plusieurs œuvres orchestrales, de musique de chambre et chorales. Selon Marshall Bialosky, Ernst Bacon a été « un des premiers compositeurs à découvrir Emily Dickinson… et il a mis en musique un grand nombre de ses poèmes, une des plus belles musique chorale, si ce n'est la plus belle, des compositeurs américains de notre histoire. » Il était profondément attiré par l'amplitude de la vision de Walt Whitman ainsi que par l'économie poignante de Dickinson. Il avait également des affinités avec d'autres poètes comme Carl Sandburg (un ami personnel), Blake, Emily Brontë, Teasdale et Housman.

Bacon a eu plusieurs postes qui l'ont emmené à travers les États-Unis. De 1925 à 1928 Bacon a été professeur d'opéra à l'Eastman School of Music. En 1928 Bacon voyage de New York jusqu'à la Californie pour travailler au San Francisco Conservatory of Music (en) où il reste jusqu'en 1930. En 1935, Bacon est le chef d'orchestre invité au Carmel Bach Festival en Californie. Une année plus tard il supervise le Works Progress Administration (WPA) Federal Music Project (en) et dirige l’Orchestre symphonique de San Francisco. De 1938 à 1945 il est doyen et professeur de piano au Converse College (en), Spartanburg SC. De 1945 à 47 il dirige une école de musique et de 1947 à 1963 il est professeur et compositeur en résidence à l'Université de Syracuse. Il devient professeur émérite en 1964. Il continue à composer presque jusqu'à sa mort le 16 mars 1990 à Orinda, Californie.

Discographie[modifier | modifier le code]

FORGOTTEN AMERICANS, Arabesque Recordings Z6823, Inclut: "A Life," Joel Krosnick, violoncelle et Gilbert Kalish, piano.

ABRAHAM LINCOLN PORTRAITS, Naxos 8.559373-74, Nashville Symphony, Leonard Slatkin, chef d'orchestre, Inclut: "Ford’s Theatre: A Few Glimpses of Easter Week, 1865."

THE BACK OF BEYOND, Musique pour flûte et piano, Lea Kibler, Flûte; Irina Viritch, Piano, Inclut: "Buncombe County, N.C.," "Burnt Cabin Branch," "Holbert's Cove."

FOND AFFECTION, CRI CD 890 (maintenant New World Records), 25 pièces de Bacon : Janet Brown, soprano ; Herbert Burtis piano, Willam Sharp, baryton ; John Musto, piano, Amy Burton, soprano ; John Musto, piano, Sonate pour violon et piano (1983) - Ronald Copes, violon ; Alan Feinberg, piano.

REMEMBERING ANSEL ADAMS AND OTHER WORKS, CRI CD 779 (maintenant New World Records), Remembering Ansel Adams (1985) - Richard Stoltzman, clarinette ; Warsaw Philharmonic, Jerzy Swoboda, direction, Sonate pour violoncelle et piano (1948) - Bernard Greenhouse, violoncelle ; Menahem Pressler, piano, Recueil de petites pièces pour piano (1950 -1965) - Emily Corbato, piano, Tumbleweeds (1979) Dorothy Bales, violon ; Allan Sly, piano.

SONGS OF CHARLES IVES AND ERNST BACON, CRI CD 675 (maintenant New World Records), 21 pièces de Bacon, Enregistré en 1954 et 1964 avec Helen Boatwright, soprano et Ernst Bacon au piano.

ROSI & TONI GRUNSCHLAG PIANO DUO, CRI CD 606 (maintenant New World Records), Inclut: "Coal-Scuttle Blues," (par Bacon et Otto Lueining).

THE LISTENERS, New World Records, William Parker, baryton, Inclut: "Billy in the Darbies."

SHAKESPEARE AND THE MODERN COMPOSER, Soundmark, The Louisville Orchestra, Robert Whitney, Jorge Mester, "The Enchanted Isle/The Tempest."

Notes et références[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]