Dinitramide d'ammonium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dinitramide d'ammonium
Ammonium dinitramide.png
Structure du dinitramide d'ammonium
Identification
Nom IUPAC dinitroamidure d'azanium
No CAS 140456-78-6
PubChem 10219428
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute H4N4O4  [Isomères]
Masse molaire[1] 124,0562 ± 0,0023 g/mol
H 3,25 %, N 45,16 %, O 51,59 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le dinitramide d'ammonium (ADN, pour ammonium dinitramide en anglais) est un composé chimique de formule [NH4]+[N(NO2)2]. Il s'agit formellement du sel d'ammoniac NH3 et d'acide dinitraminique HN(NO2)2. Il a été découvert initialement en URSS mais son développement est demeuré classifié jusqu'à sa découverte indépendante aux États-Unis en 1989 par SRI International, un institut de recherche à but non lucratif émanant de l'université Stanford, en Californie ; c'est lorsque le SRI breveta cette molécule, au milieu des années 1990, que des chercheurs Soviétiques firent savoir qu'ils l'avaient découverte dans les années 1970.

L'ADN est un ergol solide oxydant possédant une impulsion spécifique légèrement plus élevée que celle du perchlorate d'ammonium NH4ClO4. Ce dernier est un constituant essentiel des propergols composites à perchlorate d'ammonium (PCPA), lesquels présentent l'inconvénient de libérer des vapeurs de chlorure d'hydrogène HCl ; a contrario, le dinitrate d'ammonium ne libère que des composés non toxiques de faible masse moléculaire, ce qui le fait étudier comme alternative plus « écologique » au perchlorate d'ammonium[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Subbiah Venkatachalam, Gopalakrishnan Santhosh et Kovoor Ninan Ninan, « An Overview on the Synthetic Routes and Properties of Ammonium Dinitramide (ADN) and other Dinitramide Salts », Propellants, Explosives, Pyrotechnics, vol. 29, no 3,‎ juin 2004, p. 178-187 (lire en ligne) DOI:10.1002/prep.200400043