Diebold Schilling le Vieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diebold Schilling le Jeune et Schilling.
Le Chevalier de Hohenberg et son valet exécutés sur le bûcher en 1482 pour sodomie

Diebold Schilling le Vieux (1445 - 1486) (ou « le Majeur ») est l'auteur de plusieurs chroniques illustrées, la « Berner Schilling (de) » en 1483, la « Spiezer Schilling (de) » dans les années 1480 et la « Zürcher Schilling » en 1484.

Il était l'oncle du chroniqueur Diebold Schilling le Jeune et travailla à Lucerne dans la chancellerie de Berne. En 1460, il fut engagé à Berne dans un poste de script pour le conseil de la ville. Intéressé par les affaires étrangères mais hostile à l'ingérance française dans les affaires nationales, Schilling le Vieux s'opposa en partie aux revenus provenant des butins de guerre bourguignons mais s'inclina devant la manne providentielle apportée par le mercenariat aux villes suisses.

En 1468, il devient membre du Grand Conseil bernois puis juge. En 1474, il commence la rédaction et l'illustration de l'histoire de la ville de Berne. Il travaille sur ce projet durant 9 ans et publie trois tomes. Le dernier tome correspond à la « Grande chronique des guerres de Bourgogne », œuvre qui fut en partie censurée à sa sortie. Schilling y rapporte notamment la bataille de Grandson (1476) qui opposa le duc de Bourgogne, Charles le Téméraire aux Confédérés, et se solda par la victoire des troupes helvétiques.

Diebold Schilling le Vieux est mort en 1486. Ses chroniques restent des témoignages importants d'une époque tourmentée et frappée par les conflits au sein d'une Confédération cernée par les guerres européennes.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Diebold Schilling de Berne: La grande chronique des guerres de Bourgogne

Sur les autres projets Wikimedia :