Diebold Schilling le Jeune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diebold Schilling le Vieux et Schilling.
Mercenaires suisses traversant les Alpes après le saccage de Crémone en 1499

Diebold Schilling le Jeune ou « le Mineur » (mort le ) est l'auteur de la chronique illustrée « Luzerner Schilling (en) ». Il la présenta, incomplète, le au concile de Lucerne.

Diebold Schilling le Jeune était le neveu de Diebold Schilling le Vieux de Berne et le fils de Hans. Schilling le Vieux fut également l'auteur de plusieurs chroniques. Contrairement à son père Hans, Schilling était un aventurier et n'hésita pas à dilapider sa forture à la cour de Matthias Ier de Hongrie avant de revenir ruiné en 1488.

Diebold fut secrétaire à Lucerne en 1479 et devint prêtre en 1481. Toutefois, son comportement incompatible avec sa charge força le conseil de la ville à l'enfermer dans une tour en 1487, cellule où il reste détenu pendant deux ans. Après avoir promis d'adopter une attitude digne à l'avenir, les autorités décidèrent de le libérer. Mais ces bonnes résolutions ne furent que de courte durée. Lors d'une altercation dans une taverne, il tua un homme et fut condamné à célébrer une messe chaque année en souvenir de sa victime.

Schilling était un farouche opposant de la France. Il accusa en particulier les Bernois et son confrère chroniqueur Petermann Etterlin, d'être à la solde des Français. Les sympathies de Schilling allaient pour Maximilien Ier du Saint-Empire, l'empereur l'invita au Reichstag de Constance en 1507. En tant qu'auteur et historiographe, les contributions les plus importantes de Schilling concernèrent les années 1507-1509.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :