Diagraphie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Carottage.
Une diagraphie s'effectue pendant ou après un forage.

Une diagraphie (well log) consiste à mesurer, à l'aide de différentes sondes, les caractéristiques des roches traversées lors d'un forage. D'une manière générale, on appelle diagraphie tout enregistrement d'une caractéristique d'une formation géologique traversée par un sondage en fonction de la profondeur.

Une diagraphie instantanée enregistre les caractéristiques de la formation pendant le forage (logging while drilling soit LWD) tandis qu'une diagraphie différée détermine les caractéristiques de la formation après le forage, la garniture de forage ayant été retirée du puits. Les outils de mesures sont alors connectés à un câble électrique (wireline logging) et descendus dans le sondage (avant tubage), la stabilité étant assurée par le fluide de forage.

Démarche[modifier | modifier le code]

Objectifs[modifier | modifier le code]

Les mesures diagraphiques permettent d'estimer le contenu (les « saturations ») en eau et en hydrocarbures des réservoirs traversés. Elles permettent également de déterminer le pendage des couches, la détermination des caractéristiques du puits de forage, la comparaison des différents puits entre eux, et de repérer les couches productrices des couches isolantes (non-productrices).

Une fois le puits tubé et cimenté (cased hole), la mesure diagraphique la plus fréquemment effectuée est celle de la qualité de l'étanchéité verticale obtenue grâce au ciment. Elle est effectuée dans le but d'isoler les zones poreuses (ou réservoirs) les unes des autres.

Principes[modifier | modifier le code]

Cette évaluation est basée sur deux principes physiques différents:

  1. La mesure de l'atténuation en amplitude d'une onde acoustique se propageant dans le tube d'acier. Plus l'atténuation est grande et meilleure est l'intégrité du cylindre de ciment situé entre le tubage et le sondage initial.
  2. Le traitement des principales caractéristiques d'une onde ultra-sonore réfléchie normalement à la surface du tubage et dont le taux d'atténuation varie comme la qualité du ciment.

Une analyse complémentaire de cette onde ultra-sonore réfléchie, à savoir la détermination de la fréquence, qui est une mesure de l'épaisseur du tubage, de l'amplitude de l'onde réfléchie, qui est d'autant plus grande que l'état de surface du tubage est poli, et du temps de propagation de l'onde incidente, qui est une mesure du rayon interne du tubage, permet une évaluation du degré de corrosion du tubage métallique, utile dans les puits équipés de longue date et pouvant être endommagés par des causes variées telles que la salinité de l'eau produite avec les hydrocarbures, les particules solides en suspension, les tremblements de terre, etc.

Intérêts[modifier | modifier le code]

Les diagraphies étaient initialement dénommées « carottage électrique ».

Les diagraphies sont déterminantes pour l'efficacité de l'exploration pétrolière. Elles permettent de confirmer ou non les indices décelés durant les phases préliminaires de sismique de surface et de forage. Si les indications sont favorables, elles seront suivies des phases d'essais de puits (afin de tester les capacités de production du puits étudié) et d'équipement (« complétion ») si le puits est estimé commercialement rentable.

Ce sont les frères Conrad et Marcel Schlumberger qui ont inventé les diagraphies — initialement dénommées « carottage électrique » car elles se substituaient partiellement au carottage tubulaire usuel.
La première mesure de ce type date du 5 septembre 1927. Elle fut réalisée sur le puits Pechelbronn en Alsace[1].

Données enregistrables[modifier | modifier le code]

Diagraphies différées[modifier | modifier le code]

Les diagraphies différées peuvent enregistrer, lorsqu'elles traversent un matériau :

Diagraphies instantanées[modifier | modifier le code]

Les diagraphies instantanées peuvent enregistrer, lorsqu'elles traversent un matériau :

  • sa teneur en hydrocarbures et/ou eau
  • la vitesse d'avancement du trépan qui fore;
  • sa porosité et sa densité
  • sa perméabilité;

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « La première des Schlumberger », sur Le Musée du pétrole (consulté le 30 octobre 2009)