Daniel Kehlmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Daniel Kehlmann

Description de l'image  DanielKehlmann Buchmesse2009 2.jpg.
Activités Écrivain
Naissance 1975
Munich
Langue d'écriture allemand
Distinctions Prix Candide, prix Kleist

Daniel Kehlmann, né le 13 janvier 1975 à Munich, est un écrivain germano-autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniel Kehlmann est le fils du réalisateur Michael Kehlmann et de l’actrice allemande Dagmar Mettler. Sa famille s'installe en 1981 à Vienne où Kehlmann étudiera la philosophie et la littérature à partir de 1993.

Après ses études, Kehlmann commença une thèse sur le thème du sublime chez Kant, qu'il doit finalement bientôt abandonner. Cela est dû entre autres au fait qu'il préférait se consacrer à l'écriture de romans[1].

Il a commencé sa carrière d'écrivain avec son premier roman Beerholms Vorstellung publié en 1997. Il publia ensuite Mahlers Zeit (1999) et Der fernste Ort (2001). Il acquit une renommée international avec son quatrième roman Moi et Kaminski (2003). Il écrivit des critiques et des essais pour différents magazines, dont Süddeutsche Zeitung, Frankfurter Rundschau, Frankfurter Allgemeine Zeitung et Literaturen.

En 2001, Kehlmann fut professeur invité de poésie à l'université de Mainz, puis durant le semestre d'hiver 2005-2006 à la conférence de poésie du FH Wiesbaden et durant le semestre d'hiver 2006-2007 à la conférence de poésie de l'université Göttingen. Daniel Kehlmann est membre de l'académie des sciences et de littérature à Mainz.

Il a reçu en 2006 le prestigieux prix Kleist, ainsi que le prix de la Fondation Konrad Adenauer.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Daniel Kehlmann décrit ses travaux ainsi : « Un narrateur opère avec la réalité. Avec le désir de corriger l'existant selon son imagination, il en invente une deuxième, privée... »[2] - « Narrer, cela signifie dessiner un arc là où il n'y en a pas, puis donner une structure et une logique au développement, notamment aux endroits où la vérité n'en offre pas. »[3]

L'œuvre de Kehlmann n'est pas autobiographique. Il invente ses protagonistes et ses histoires et se place, avec le lecteur - comme dans une sorte d'expérience - dans la perspective de ces protagonistes. Ses héros sont généralement d'une façon ou d'une autre des figures extrêmes : extrêmement superficielles et vaines comme dans Moi et Kaminski ou bien extrêmement douées et arrogantes dans Mahlers Zeit. Le lecteur peut alors rarement s'identifier avec ces personnages. Le suspense se construit entre autres autour de la question de savoir si et comment ces caractères extrêmes échouent.

Dans le roman Moi et Kaminski, le protagoniste, un carriériste superficiel, sent dans la mort proche du célèbre peintre Kaminski la chance de se construire une réputation en écrivant sa biographie. Après ses discussions avec l'artiste, il se rend compte finalement du peu de valeur qu'a sa vie jusqu'à présent.

Le roman de Kehlmann qui a eu le plus de succès est Les Arpenteurs du monde, atteignant la seconde place du classement du New York Times du 15 avril 2007 sur les livres internationaux les plus vendus durant l'année 2006. Il raconte l'histoire de deux chercheurs, Alexander von Humboldt et Carl Friedrich Gauß, que Kehlmann a enrichi de nombreuses anecdotes. C'est un roman sur la naissance de la science moderne et sur le classicisme de Weimar. Le livre est écrit en grande partie en style indirect, ce qui lui donne souvent un effet comique voire burlesque.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1998 Prix de promotion du groupe culturel de Bundesverband der Deutschen Industrie
  • 2000 Bourse du colloque littéraire de Berlin
  • 2003 Prix de promotion de la chancellerie fédérale autrichienne
  • 2005 Prix Candide pour Literarischen Vereins Minden
  • 2005 Finaliste du Deutscher Buchpreis pour son livre Les Arpenteurs du monde
  • 2006 Prix de littérature de Konrad-Adenauer-Stiftung (Documentation); Prix Heimito-von-Doderer ; Prix Kleist
  • 2010 Prix Cévennes du roman européen pour Gloire

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres en allemand[modifier | modifier le code]

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

Ce roman a connu en Allemagne un succès de critique et de lecture sans équivalent depuis fort longtemps.
Kehlmann évoque dans ce roman la vie et la rencontre de l'explorateur Alexander von Humboldt (1769-1859) et du mathématicien et astronome Carl Friedrich Gauss (1777-1855).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. falter.at - faltershop - Buch Musik Film
  2. „Ein Erzähler operiert mit Wirklichkeiten. Aus dem Wunsch heraus, die vorhandene nach seinen Vorstellungen zu korrigieren, erfindet er eine zweite, private ...“, Wo ist Carlos Montúfar?
  3. „Erzählen, das bedeutet einen Bogen spannen, wo zunächst keiner ist, den Entwicklungen Struktur und Folgerichtigkeit gerade dort verleihen, wo die Wirklichkeit nichts davon bietet.“, Wo ist Carlos Montúfar?

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :