Cunedda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cunedda ap Edern (en latin : Cunetacius, en anglais : Kenneth) (386460) , également connu sous le nom de Cunedda Wledig (le chef en gallois) était un roi breton guerrier du pays des Gododdin, qui fonda la dynastie royale de Gwynedd dans le nord du Pays de Galles

Généalogie[modifier | modifier le code]

Le mot Cunedda dérive du mot brittonique (breton ancien) counodagos, qui signifie 'bon seigneur'. Sa généalogie se retrace jusqu'à Padarn Beisrudd, qui peut littéralement se traduire par Paternus à la Robe Écarlate. Traditionnellement, on imagine Padarn comme un officier romain (ou britto-romain) de rang relativement élevé à qui l'Empereur Magnus Maximus avait confié les troupes des Votadini (tribu écossaise) stationnées dans la région d'Écosse de Clackmannanshire, vers 380, ou un peu plus tôt. Mais il aurait également pu être un chef frontalier à qui on avait accordé un poste militaire romain, pratique déjà attestée à l'époque le long de la frontière de l'Empire. On suppose que le poste de Padarn en Écosse fut pris en charge par son fils, Edern (en latin Aeturnus), lequel incomba enfin au fils de ce dernier : Cunedda.

Polémiques[modifier | modifier le code]

Cunedda et ses ancêtres menèrent les Votadini contre les incursions pictes et irlandaises au sud du Mur d'Hadrien. Puis les Votadini s'établirent dans le nord du Pays de Galles pour défendre la région contre une invasion irlandaise. Cunedda s'installa en personne sur le territoire des Venedotians, qui devait devenir le centre du royaume de Gwynedd. Deux hypothèses ont été suggérées pour tenter d'expliquer cette action :

  • Soit Cunedda agissait sous les ordres de Magnus Maximus (ou de ses successeurs)
  • Soit il agissait sous les ordres de Vortigern, le haut roi des Britanniques du début de la période suivant l'ère postromaine.

PC Bartrum situe l'évènement entre la fin de la décennie 370 (en faveur de Magnus Maximus) et celle de 440 (en faveur de Vortigern).

Plusieurs historiens ont mis en doute l'hypothèse selon laquelle Cunedda agissait sous les ordres de Rome. David Dumville rejette en bloc le concept même de délocalisation de féodés entre l'Écosse et le pays de Galles, surtout si l'on considère l'état politique de la Grande-Bretagne romaine qui aurait eu du mal à exercer un pouvoir centralisé au Ve siècle. De plus, Magnus Maximus mourut en 388 et Constantin III quitta la Grande-Bretagne avec les dernières forces militaires romaines en 407, moins d'une génération plus tard. Il apparaît alors douteux que Rome ait pu exercer une influence directe sur les actions militaires des Votadini, que ce soit via Maximus ou n'importe quel autre émissaire.

Maximus (ou ses successeurs) aurait éventuellement pu laisser le contrôle des frontières aux chefs de guerre locaux à une date plus reculée, mais probablement pas dans les années 370. Les fouilles archéologiques montrent cependant que les Irlandais se sont effectivement installés dans la péninsule de Lleyn et auraient effectivement pu mener des incursions aussi loin que Wroxeter aux alentours du IVe siècle, mais il est difficile de concevoir que les Romains ou les Britanniques aient pu organiser une défense suffisante.

Certains théoriciens, comme Sheppard Frere, ont supposé que c'était sans doute Vortigern qui, en adoptant des éléments de diplomatie romaine, fit délocaliser les Votadini au sud de la même façon qu'il invitait les colonisateurs saxons à protéger d'autres régions de l'île. Si on suit cette version des événements, Vortigern aurait ordonné à Cunedda et à ses sujets de s'établir au Pays de Galles pour réagir face aux incursions irlandaises. Ceci aurait alors eu lieu avant l'année 442, date à laquelle les anciens alliés saxons se rebellèrent contre Vortigern.

Le petit-fils supposé de Cunedda, Maelgwn Gwynedd, fut un contemporain de Saint Gildas et les Annales Cambriae (annales du Pays de Galles) fixent sa mort en 547. Mais il faut prendre en compte le fait que les généalogies des premiers Gallois est mise en doute et la plupart des textes mentionnant le nombre et l'identité des héritiers de Cunedda ne datent que du Xe siècle. Mais en les tenant pour acquis et en remontant la chronologie, l'hypothèse de Sheppard Frere se tient.

Postérité[modifier | modifier le code]

On ne sait presque rien de Cunedda lui-même. Probablement célébré pour sa force, son courage et son aptitude à rallier les forces romano britannique en difficulté de la région, il parvint selon la tradition à établir un mariage politique avantageux avec Gwawl, fille de Coel Hen (le chef de Eboracum, qui correspondrait aujourd'hui à York) et aurait eu neuf fils fondateurs éponymes de petits royaumes :

Source[modifier | modifier le code]

  • (en) Mike Ashley The Mammoth Book of British Kings & Queens Robinson (Londres 1998) (ISBN 1841190969) « Cunedda Lohian (Gododdin) 430s; North Wales 450s - c460s. » p. 141-142.
  • (en) David Walker Medieval Wales Cambridge University Press, Cambridge 1990 réédition 1999 (ISBN 0521311535) p. 235

Liens externes[modifier | modifier le code]