Chrestomathie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une chrestomathie (du grec ancien khrestos, utile, et mathein, savoir ; la prononciation [kʁɛs.tɔ.ma.si] se maintient à côté de [kʁɛs.tɔ.ma.ti]) est une anthologie de textes choisis parmi des œuvres d'auteurs réputés classiques, notamment assemblée pour l'apprentissage d'une langue.


Quelques chrestomathies[modifier | modifier le code]

  • Paul Aebischer, Chrestomathie franco-provençale, 1950, Berne
  • Louis Jacques Bresnier[1], La Djaroumia, l’Anthologie, la Chrestomathie arabe et les Principes élémentaires de la langue arabe.
  • Caspar Decurtins[2], Chrestomathie rétho-romanche.
  • Hartwig Derenbourg et Jean Spiro, Chrestomathie élémentaire de l'arabe littéral, avec un glossaire, 1885
  • Hermann Wilhelm Ebel[3],section vieil irlandais de August Schleicher, Indogermanische Chrestomathie" 1869
  • Albert Henry[4], Chrestomathie de la littérature en ancien français, 1953
  • Joseph Loth[5], Chrestomathie bretonne, armoricain, gallois, cornique. Paris, Émile Bouillon Libraire-éditeur, 1890.
  • Auguste-François Maunoury[6],Chrestomathie ou Recueil de morceaux gradués tirés des auteurs grecs, à l'usage des commençants, avec dictionnaire. Delagrave, Poussielgue-Rusand, Paris, 1856
  • Gaston Paris[7] et E. Langlois, Chrestomathie du Moyen Âge, extraits publiés avec des traductions, des notes, une introduction grammaticale et des notices littéraires (1897)
  • Proclos[8], Chrestomathie (consacrée aux poètes du cycle troyen)
  • Eloi Ragon, Chrestomathie grecque, J. de Gigord éditeur, Paris 1914
  • Olivier-Charles-Camille-Emmanuel Rougé[9], Chrestomathie égyptienne, ou Choix de textes égyptiens transcrits, traduits et accompagnés d'un commentaire perpétuel et précédés d'un abrégé grammatical, (1867-1876)
  • Antoine-Isaac Silvestre de Sacy, Chrestomathie arabe, ou extraits de divers écrivains arabes, tant en prose qu’en vers, à l’usage des élèves de l'École spéciale des Langues Orientales vivantes, 3 volumes, Paris, 1806; 2e édition. 1826
  • Henri Sensine, Chrestomathie française du XIXe siècle, Paris, 1902. Choix de poésies francophones.
  • Nadine Stchoupak, Chrestomathie sanskrite, préfacée par Louis Renou, publication de l'institut de civilisation indienne, Librairie d'Amérique et d'Orient, Adrien Maisonneuve, Jean Maisonneuve successeur, Paris, 1977, 88 pages.
  • Jude Stéfan[10], Epitomé ou Chrestomathie à l’usage des débutants en littérature, Le Temps qu’il fait, 1993
  • Garcin de Tassy[11]Chrestomathie hindie et hindouie à l'usage des élèves de l'École spéciale des langues orientales vivantes, 1849
  • Alexandre Vinet[12], Chrestomathie française, 1829
  • A. Chassang[13], Chrestomathie grecque à l'usage des commerçants, Garnier, 1887

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Orientaliste né à Montargis en 1814 et mort le 21 juin 1869 à Alger d’une attaque d’apoplexie, en entrant à la Bibliothèque où il allait faire son cours
  2. (1855 – 1916), homme politique suisse, surnommé "le lion de Trun"
  3. (1820- 1875) - Philologue allemand, spécialiste des langues celtiques
  4. (1910-2002) Philologue romaniste belge et un militant wallon
  5. Né à Guémené-sur-Scorff le 27 décembre 1847 et mort le 1er avril 1934 - linguiste et historien français qui s'est particulièrement intéressé aux langues celtiques, dont le breton
  6. (1811-1898)
  7. (1839-1903), Médiéviste et philologue français
  8. (Byzance, 8 février 411–Athènes, -17 avril 487), surnommé « Proclos le Successeur », philosophe néo-platonicien et grammairien: C'est par le biais de Photios que nous disposons de sa Chrestomathie, consacrée aux poètes du Cycle troyen. L'attribution de cette œuvre est sujette à controverse, certains commentateurs estimant qu'il s'agit là d'un Proclos différent.
  9. (1811-1872), égyptologue et philologue français, membre de la maison de Rougé
  10. de son vrai nom Jacques Dufour - Poète français né à Pont-Audemer le 1er juillet 1930
  11. (1794 –1878), Orientaliste et indianiste français
  12. (1797-1847) Suisse - critique littéraire et théologien
  13. Inspecteur général de l'instruction publique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]