Causa sui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Causa sui (latin : cause de soi-même) dénote quelque chose qui est généré à partir de lui-même (en particulier Dieu en tant que Cause première). Ce concept, déjà présent en philosophie scolastique et chez Descartes, fut central dans les travaux[Lesquels ?] de Spinoza, Freud et Ernest Becker, où il se réfère à l'idée que des objets peuvent se désigner[Comment ?] eux-mêmes. Dans le cas de Freud et de Becker, le concept fut souvent utilisé en tant qu'immorale construction[Quoi ?], où quelque chose peut créer du sens ou continuer à créer du sens au-delà de sa propre vie[Comment ?].

Dans la Phénoménologie de la perception, Maurice Merleau-Ponty critiqua le cogito de Descartes en disant que ce concept a une structure causa sui. En effet, pour être soi-même conscient, il faut être conscient d'être conscient de quelque chose au moment où l'on est conscient de cette chose ; cela est particulièrement vrai lorsqu'il s'agit d'être conscient que l'on est conscient. D'après ce phénoménologue, la conscience propre doit donc être interprétée comme cause d'elle-même.

Dans la tradition théologique, en particulier chez Thomas d'Aquin, Dieu ne peut pas être créé et ne peut donc pas être causa sui ; en outre, à l'instar de la cause finale, la cause de soi est un concept qui apparut contradictoire à beaucoup de penseurs, raison pour laquelle il fut aussi rejeté en théologie. Ce rejet ne fut cependant pas unanime, et certains philosophes maintinrent que Dieu s'est créé lui-même.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]