Camp de concentration de Yodok

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Camp de concentration de Yodok
Hangeul 요덕 제15호 관리소
Hanja 耀德 第十五號 管理所
Romanisation révisée Yodeok Je Sipo-ho Gwalliso
McCune-Reischauer Yodŏk Che Sibo-ho Kwalliso
Camp de Yodok
Présentation
Type Camp de concentration
Superficie 378 km2
Gestion
Date de création 1969
Dirigé par État Agence de Sécurité
Victimes
Nombre de détenus 50 000
Géographie
Pays Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Région Hamgyong du Sud
Coordonnées 39° 40′ 27″ N 126° 51′ 05″ E / 39.674163, 126.85140639° 40′ 27″ Nord 126° 51′ 05″ Est / 39.674163, 126.851406  

Géolocalisation sur la carte : Corée du Nord

(Voir situation sur carte : Corée du Nord)
Camp de Yodok

Le camp de concentration de Yodok (également transcrit Yodŏk, Yodeok, ou Yoduk) est un camp de concentration en Corée du Nord. Le nom officiel est Kwanliso (Colonie de travail pénal) No. 15. Le camp est utilisé pour écarter les personnes considérées comme hostiles au régime et les punir pour les fautes politiques[1], et les exploiter avec des travaux forcés[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le camp de Yodok est à environ 110 km au nord-est de Pyongyang[3]. Il est situé dans l’arrondissement de Yodok, dans la province de Hamgyong du Sud et s'étend dans la vallée de la rivière Ipsok, entouré par des montagnes : Paek-san 1 742 m au nord, Modo-san 1 833 m au nord-ouest, Tok-san 1 250 m à l'ouest, et Byeongpung-san 1 152 m au sud[4]. L'entrée de la vallée est le passage de 1 250 m de Chaebong à l'est. Les cours d'eau des vallées de ces montagnes forment la rivière Ipsok, qui se jette dans la rivière Yonghung en aval et finalement dans la mer près de la ville de Wonsan[5].

Description[modifier | modifier le code]

Yodok camp comporte deux parties[4]:

  • La Zone de contrôle total (Chosŏn'gŭl: 특별독재대상구역), avec les colonies de travail pénitentiaire de Pyongchang-ri et Yongpyong, est pour les gens suspectés par les autorités d'avoir commis des crimes contre le régime ou qui ont été dénoncés comme politiquement peu fiables (p.e. les rapatriés du Japon ou les chrétiens)[6]. Ces prisonniers ne sont jamais libérés[7].
  • La Zone révolutionnaire (Chosŏn'gŭl: 혁명화대상구역), avec les camps de rééducation d'Ipsok-ri, de ri-Kuup et de Daesuk-ri, sert à punir les gens pour des crimes politiques moins graves (par exemple quitter illégalement le pays, écouter des émissions de Corée du Sud, ou critiquer la politique du gouvernement). Ces prisonniers sont libérés après avoir purgé leur peine[8].

Dans les années 1990, la zone de contrôle total avait environ 30 000 prisonniers alors que la plus petite zone révolutionnaire avait environ 16 500 prisonniers[5] ; cependant, des images satellites récentes indiquent que le camp s'est agrandi de manière significative[9]. La plupart des prisonniers sont déportés vers Yodok sans procès, ou à la suite de procès inéquitables, sur la base d'aveux obtenus sous la torture. Les gens sont souvent incarcérés avec les membres de leur famille et leurs proches parents, y compris les jeunes enfants et les personnes âgées[10], fondée sur la culpabilité par association (Sippenhaft)[11].

Le camp a une superficie d'environ 378 km2[12]. Il est entouré d'une clôture de barbelés de 3 à 4 mètres de haut avec du fil électrique et des miradors à intervalles réguliers. Le camp est patrouillé par des gardes avec 1000 fusils automatiques et des chiens de garde[5].

En 2004, une station de télévision japonaise a diffusé ce qu'elle a dit être des images issues du camp[13].

Conditions dans le camp[modifier | modifier le code]

Conditions de vie[modifier | modifier le code]

Les prisonniers vivent dans des cabanes primitives poussiéreuses avec des murs faits de boue séchée, un toit (en mauvais état) fait de paille posée sur des planches de bois et un sol couvert de paille et de nattes végétales sèches[14]. Dans une pièce d'environ 50 m2, 30 à 40 prisonniers dorment sur un lit fait d'une planche de bois recouvert d'une couverture[15]. La plupart des cabanes ne sont pas chauffées, même en hiver, où les températures sont inférieures à -20 °C[5], et la plupart des prisonniers ont des gelures et des œdèmes des membres au cours de l'hiver[16]. Les détenus du camp souffrent également de pneumonie, tuberculose, pellagre, et d'autres maladies, sans aucun traitement médical[17].

Les nouveaux prisonniers reçoivent des vêtements que leurs prédécesseurs avaient portés jusqu'à leur mort[18]. La plupart des vêtements sont sales, usés, et plein de trous[19]. Les prisonniers n'ont pas de chaussures appropriées, de chaussettes, de gants, et généralement pas de vêtements de rechange[20]. Les morts sont enterrés nus, car leurs biens sont utilisés par d'autres prisonniers[21]. Tous les prisonniers sont recouverts d'une épaisse couche de saleté, car ils sont surchargés de travail et n'ont pratiquement aucune possibilité de se laver eux-mêmes ou leurs vêtements[11]. En conséquence, les cabanes des prisonniers sont nauséabondes et infestées de poux, de puces et autres insectes[22]. Les prisonniers doivent faire la queue devant les toilettes communautaires, sales, une pour 200 détenus[23], et utilisent des feuilles sèches pour s'essuyer[24].

Les gardiens du camp obligent les prisonniers à faire des compte-rendus les uns sur les autres, et désignent certains d'entre eux comme chefs d'équipes pour contrôler un groupe. Si une personne n'a pas travaillé assez dur, tout le groupe est puni. Cela crée de l'animosité entre les détenus, détruit toute solidarité, et les oblige à créer un système d'auto-surveillance[14].

Esclavage[modifier | modifier le code]

Hommes, femmes et enfants effectuent des travaux forcés sept jours par semaine[25] et sont traités en esclaves[26]. Le travail inclut l'extraction de gypse, d'or, le travail de plantes pour textiles, des distilleries, un atelier de forgeron[5], l'agriculture et l'exploitation forestière. De dangereux accidents du travail se produisent souvent[27].

Le travail en été commence à 4 heures et se termine à 20 heures[9]. Le travail pendant les autres saisons commence à 5h30, mais est souvent prolongé au-delà 20 heures lorsque les quotas de travail ne sont pas respectés, même dans l'obscurité[28]. Après le dîner, les prisonniers sont tenus d'assister à des séances d'éducation idéologique et des sessions de lutte de 9h à 11 h, où les détenus qui ne remplissent pas les objectifs sont sévèrement critiqués et battus[11]. Si les prisonniers ne se souviennent pas des instructions données par Kim Il-sung, ils ne sont pas autorisés à dormir, ou leurs rations alimentaires sont réduites[9].

La plupart des enfants de primaire vont à l'école le matin. Les principaux sujets sont l'histoire de la révolution de Kim Il-sung et Kim Jong-il[29]. L'après-midi, ils effectuent des travaux forcés avec des quotas de travail très élevés en termes de quantité et d'intensité. Les enfants sont battus avec un bâton en cas de non-respect des quotas de la journée[28]. Les enfants des écoles primaires doivent transporter de lourdes bûches 12 fois par jour sur 4 km[30] ou des seaux de fumier de 30 kg, 30 fois par jour[31]. Les enfants effectuent également d'autres travaux, comme ramasser 20 kg de plantes dans les montagnes, ou cultiver des champs de 200 m2[32]. Parfois, les enfants meurent dans des accidents de travail[33]. Les enfants plus âgés doivent travailler toute la journée, et se voient à partir de 16 ans attribuer les mêmes quotas de travail que les adultes[28].

Malnutrition[modifier | modifier le code]

Les prisonniers sont constamment maintenus au bord de la famine[34]. Les rations journalières pour les prisonniers sont entre 100 et 200 g de maïs bouilli en gaudes, servis trois fois par jour[35]. En fonction de la production agricole de l'année, les rations peuvent être réduites[36]. Si les prisonniers ne terminent pas leur quota de travail quotidien ou violent des règles, même mineures, les rations quotidiennes sont réduites ou temporairement interrompues[37], mêmes pour les malades, infirmes et handicapés[38]. Les détenus mangent tous les animaux sauvages qu'ils peuvent attraper, y compris les rats, les serpents, les grenouilles, les salamandres, les vers et les insectes[39], bien qu'ils soient sévèrement punis s'ils se font attraper par les gardes[40]. Pour éviter d'être détectés, ils mangent la viande crue, souvent sans enlever la peau[41]. Les animaux sauvages sont la seule source de viande et de graisse, puisque les rations alimentaires manquent à la fois de viande et d'huile végétale[42]. Certains prisonniers se faufilent dans les porcheries pour voler la nourriture des porcs[43] ou ramassent des grains de maïs non digérés dans les matières fécales d'animaux pour survivre[44].

Lee Young-kuk estime qu'à la fin des années 1990, environ 20 % des détenus de Daesuk-ri sont morts de malnutrition chaque année, avec de nouveaux prisonniers arrivant chaque mois[5]. Tous les anciens prisonniers disent avoir souvent vu des gens mourir[35].

Violations des droits de l'homme[modifier | modifier le code]

Torture[modifier | modifier le code]

Les méthodes de torture suivantes sont décrites dans les témoignages d'anciens prisonniers :

  • La torture du pigeon[45]: Les bras du prisonnier sont attachés derrière le dos, les membres liés ensemble, et il est suspendu au plafond pendant plusieurs jours[46].
  • L'ingestion forcée d'eau: Le prisonnier est attaché à une table et forcé à boire de grandes quantités d'eau. Les gardes sautent ensuite sur une planche posée sur le ventre gonflé pour en faire sortir l 'eau[11].
  • L'immersion dans l'eau: Un sac en plastique est placé sur la tête du prisonnier et il est immergé dans l'eau pendant de longues durées[11].
  • Les passages à tabac: Les prisonniers sont battus tous les jours si les quotas de travail n'ont pas été respectés[47], s'ils ne s'agenouillent pas assez vite devant les gardes, ou juste pour le plaisir de l'humiliation[48]. Les prisonniers deviennent souvent handicapés ou décèdent sous les coups[18]; même les enfants sont sévèrement battus[49] et suppliciés[50].

Les prisonniers sont totalement à la merci des gardes, ceux-ci peuvent en abuser sans modération. D'anciens prisonniers ont vu un homme être attaché par le cou à un véhicule et traîné sur de longues distances[18] et un enfant de l'école primaire roué de coups sur la tête[51]. Dans les deux cas, les prisonniers sont morts peu de temps après.

Exécutions[modifier | modifier le code]

Les prisonniers qui contreviennent aux règles du camp (comme vol de la nourriture ou tentative d'évasion) sont généralement exécutés en public (sauf ceux qui ont été abattus)[47]. Des exécution sommaires[52] ont lieu devant les prisonniers réunis plusieurs fois par an[53]; et tous les anciens prisonniers déclarent en avoir été les témoins[54]. Avant l'exécution, les prisonniers sont torturés et privés de nourriture[55]. Ceux qui sont forcés à assister à l'exécution ne peuvent souvent pas supporter la scène sans protester et sont ainsi abattus[18].

Une méthode commune pour tuer des prisonniers est de leur attribuer une charge de travail impossible. Quand le travail n'est pas terminé, les rations alimentaires du prisonnier sont réduites comme une punition. Finalement, la combinaison des travaux lourds et de nourriture réduite conduit à la mort par inanition[56].

Les prisonniers libérés de Yodok sont obligés de respecter un serment tatoué avec un tampon sur leur main. L'engagement est le suivant : « Je vais être exécuté si je révèle les secrets de Yodok »[57].

Abus et avortements forcés[modifier | modifier le code]

Les femmes du camp ne sont absolument pas protégées contre les agression sexuelles des gardiens[48]. Les prisonnières sont souvent obligées de se déshabiller pour être battues et harcelées[18], et un ancien prisonnier a affirmé qu'il est fréquent pour les gardes d'abuser sexuellement des femmes détenues[58]. Les femmes meurent parfois après avoir été violées[18]. Les femmes enceintes reçoivent habituellement un avortement forcé[59].

Demande de fermeture[modifier | modifier le code]

Amnesty International résume ainsi la situation des droits humains au camp de Yodok : "Les hommes, les femmes et les enfants se voient contraints dans le camp à un dur travail forcé, une nourriture insuffisante, des coups, des soins médicaux tout à fait insuffisants et des conditions de vie insalubres. Beaucoup tombent malades en prison, et un grand nombre meurent en détention ou peu après leur libération". L'organisation demande la fermeture immédiate de Yodok et de tous les autres camps de prisonniers politiques en Corée du Nord[15]. La demande est soutenue par International Coalition to Stop Crimes against Humanity in North Korea, une coalition de plus de 40 organisations des droits de l'homme[60].

Prisonniers (Témoins)[modifier | modifier le code]

  • Kang Chol-hwan (à Yodok de 1977 à 1987) a été emprisonné à 9 ans, parce que sa famille est rentrée du Japon et a été considérée comme politiquement peu fiable[10].
  • An Hyuk (à Yodok de 1987 à 1989) a été emprisonné à l'âge de 18 ans parce qu'il a quitté illégalement la Corée du Nord[28].
  • Kim Tae-jin (à Yodok de 1988 à 1992) a également été emprisonné à l'âge de 18 ans parce qu'il a quitté illégalement la Corée du Nord[61].
  • Lee Young-kuk (à Yodok de 1995 à 1999), ancien garde du corps de Kim Jong-il, a été enlevé en Chine et emprisonné parce qu'il avait quitté illégalement la Corée du Nord et critiqué le pays[62].
  • Kim Eun-cheol (à Yodok de 2000 à 2003) a été emprisonné à l'âge de 19 ans parce qu'il a quitté illégalement la Corée du Nord[57]. Il faisait partie d'un groupe de sept réfugiés rapatriés par la Russie, l'Organisation des Nations Unies leur a accordé le statut de réfugiés, mais n'a pas réussi à les protéger[63].
  • La sud-coréenne Shin Suk-ja et ses filles Oh Hae-won et Oh Kyu-won (à Yodok depuis 1987, quand les filles étaient âgées de 9 et 11 ans) ont été emprisonnées parce que son mari Oh Kil-nam n'est pas revenu d'un séjour à l'étranger[64]. La famille avait été attirée par l'Allemagne sur les fausses promesses d'agents nord-coréens deux ans auparavant[65]. Kang Chol-hwan et An Hyuk ont témoigné avoir rencontré Shin Suk-ja durant leur emprisonnement[66].
  • Le citoyen sud-coréen Jeong Sang-un (à Yodok depuis 2010) est un prisonnier de guerre sud-coréen jamais rapatrié de 84 ans qui a été emprisonné pour avoir illégalement quitté la Corée du Nord[67].

Littérature/Musique/Films[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « North Korea: A case to answer – a call to act », Christian Solidarity Worldwide,‎ 20 juin 2007 (consulté le 7 décembre 2011), p. 25–26
  2. (en) « North Korea: A case to answer – a call to act », Christian Solidarity Worldwide, June 20, 2007 (consulté le 7 décembre 2011), p. 44–45
  3. Martin Robinson, « Hell on earth': Detailed satellite photos show death camps North Korea still deny even exist », The Daily Mail,‎ 20 septembre 2011 (lire en ligne)
  4. a et b (en) « The Hidden Gulag – Satellite imagery: Kwan-li-so No. 15 Yodok Partial Overview », The Committee for Human Rights in North Korea (consulté le 14 septembre 2012), p. 197
  5. a, b, c, d, e et f (en) « The Hidden Gulag: Testimony Kwan-li-so No. 15 Yodok », The Committee for Human Rights in North Korea (consulté le 14 septembre 2012), p. 52-56
  6. (en) « A Christian Family Detained for life for Praying », The Daily NK, October 14, 2005 (consulté le 28 novembre 2011)
  7. (en) « End horror of North Korean political prison camps », Amnesty International,‎ 4 mai 2011 (consulté le 22 novembre 2011)
  8. (en) « North Korea: Political Prison Camps », Amnesty International,‎ 4 mai 2011 (consulté le 22 novembre 2011)
  9. a, b et c (en) « Images reveal scale of North Korean political prison camps », Amnesty International,‎ 3 mai 2011 (consulté le 24 novembre 2011)
  10. a et b (en) « Child prisoner: Kang Chol Hwan », NBC News, January 15, 2003 (consulté le 21 novembre 2011)
  11. a, b, c, d et e (en) « North Korea: Political Prison Camps », Amnesty International,‎ 4 mai 2011 (consulté le 24 novembre 2011)
  12. Blaine Harden, « North Koreas Hard Labor Camps with interactive map », Washington Post, July 20, 2009,‎ 20 juillet 2009 (lire en ligne)
  13. (en) « Yodok Concentration Camp - North Korea », YouTube (consulté le 9 octobre 2012)
  14. a et b (en) « Inside North Korea's gulag », The Independent, February 18, 2006 (consulté le 28 novembre 2011)
  15. a et b (en) « End horror of North Korean political prison camps », Amnesty International,‎ 4 mai 2011 (consulté le 22 novembre 2011)
  16. (en) « Prisoners Forced to Work at a Frozen River during the Winter », The Daily NK, February 14, 2006 (consulté le 24 novembre 2011)
  17. (en) « North Korea's Political Prison Camp », International Coalition to Stop Crimes against Humanity in North Korea,‎ 13 octobre 2011 (consulté le 2 décembre 2011)
  18. a, b, c, d, e et f (en) « I Was a Prisoner of North Korea’s Political Prison Camp », Citizens’ Alliance for North Korean Human Rights, December 20, 2007 (consulté le 28 novembre 2011)
  19. (en) « The physical appearance of typical prisoners », The Daily NK, January 31, 2006 (consulté le 28 novembre 2011)
  20. (en) « Prisoners Forced to Work at a Frozen River during the Winter », The Daily NK, February 14, 2006 (consulté le 28 novembre 2011)
  21. (en) « Prisoners Steal the Leftover Possessions of Dead Prisoners », The Daily NK, February 10, 2006 (consulté le 28 novembre 2011)
  22. (en) « Prisoners Harassed by Lice under Extremely Unsanitary Conditions », The Daily NK, February 23, 2006 (consulté le 28 novembre 2011)
  23. (en) « Speak out for the 50,000 forgotten prisoners of Yodok, North Korea », Amnesty International Australia, August 9, 2011 (consulté le 15 mai 2012)
  24. (en) « Prisoners Using Community Toilet », The Daily NK, February 27, 2006 (consulté le 28 novembre 2011)
  25. Martin Robinson, « 'Hell on earth': Detailed satellite photos show death camps North Korea still deny even exist », Daily Mail, September 20, 2011,‎ 20 septembre 2011 (lire en ligne)
  26. « Concentrations of Inhumanity (p. 47 – 48) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  27. (en) « Survey Report on Political Prisoners’ Camps in North Korea (p. 111 – 112) », National Human Rights Commission of Korea, December 2009 (consulté le 7 décembre 2011)
  28. a, b, c et d (en) « Children in North Korean Concentration Camps – 2 », Citizens’ Alliance for North Korean Human Rights, December 20, 2007 (consulté le 21 novembre 2011)
  29. (en) « Survey Report on Political Prisoners’ Camps in North Korea (p. 161 – 172) », National Human Rights Commission of Korea, December 2009 (consulté le 7 décembre 2011)
  30. (en) « Inside North Korea's gulag », The Independent, February 18, 2006 (consulté le 7 décembre 2011)
  31. (en) « Children Routinely Carry Heavy Loads », The Daily NK, October 26, 2005 (consulté le 7 décembre 2011)
  32. (en) « Survey Report on Political Prisoners’ Camps in North Korea (p. 156 – 159) », National Human Rights Commission of Korea, December 2009 (consulté le 7 décembre 2011)
  33. (en) « Labor of Death », Citizens’ Alliance for North Korean Human Rights, December 20, 2007 (consulté le 7 décembre 2011)
  34. (en) « Inside North Korea's labour camps », Al Jazeera, June 9, 2009 (consulté le 2 décembre 2011)
  35. a et b (en) « Images reveal scale of North Korean political prison camps », Amnesty International,‎ 3 mai 2011 (consulté le 2 décembre 2011)
  36. (en) « I Was a Prisoner of North Korea’s Political Prison Camp », Citizens’ Alliance for North Korean Human Rights, December 20, 2007 (consulté le 2 décembre 2011)
  37. (en) « The physical appearance of typical prisoners », The Daily NK, January 31, 2006 (consulté le 2 décembre 2011)
  38. (en) « People I met in No. 15 Camp », International Coalition to Stop Crimes against Humanity in North Korea,‎ 13 octobre 2011 (consulté le 2 décembre 2011)
  39. (en) « Prisoners Eating Salamanders, Frogs and Anything Else To Stay Alive », The Daily NK, October 25, 2005 (consulté le 2 décembre 2011)
  40. (en) « Prisoners Catching Rats for Survival », The Daily NK, February 21, 2006 (consulté le 2 décembre 2011)
  41. (en) « Children in North Korean Concentration Camps – 2 », Citizens’ Alliance for North Korean Human Rights, December 20, 2007 (consulté le 2 décembre 2011)
  42. (en) « North Korea's Political Prison Camp », International Coalition to Stop Crimes against Humanity in North Korea,‎ 13 octobre 2011 (consulté le 2 décembre 2011)
  43. (en) « Prisoners Eat Pig Slops to Avoid Starvation », The Daily NK, February 16, 2006 (consulté le 2 décembre 2011)
  44. (en) « Political Prison Camps Expand », Radio Free Asia, May 4, 2011 (consulté le 2 décembre 2011)
  45. (en) « 'NK gulags hellish for detainees' », The Korea Times, September 5, 2011 (consulté le 28 novembre 2011)
  46. (en) « Yodok, North Korea – Write for Rights 2011 (demonstration of pigeon torture 01:55 – 02:30) », Amnesty International USA, November 23, 2011 (consulté le 28 novembre 2011)
  47. a et b « Concentrations of Inhumanity (p. 48) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  48. a et b (en) « A Well-founded Fear: Punishment and Labor Camps in North Korea », Human Rights Watch, November 19, 2002 (consulté le 28 novembre 2011)
  49. (en) « A Child Brutally Beaten for a Minor Offense », The Daily NK, November 2, 2005 (consulté le 28 novembre 2011)
  50. (en) « Cruel Punishment for Children », The Daily NK, October 30, 2005 (consulté le 28 novembre 2011)
  51. (en) « A Child Kicked into a Dung Bucket and Beaten to Death », The Daily NK, November 3, 2005 (consulté le 28 novembre 2011)
  52. (en) « My Experience in a Political Prison Camp », Citizens’ Alliance for North Korean Human Rights, December 20, 2007 (consulté le 28 novembre 2011)
  53. (en) « North Korea: A case to answer – a call to act », Christian Solidarity Worldwide, June 20, 2007 (consulté le 7 décembre 2011), p. 36–37
  54. (en) « Survey Report on Political Prisoners’ Camps in North Korea », National Human Rights Commission of Korea, December 2009 (consulté le 6 décembre 2011)
  55. (en) « Child prisoner: Kang Chol Hwan », NBC News, October 28, 2003 (consulté le 28 novembre 2011)
  56. Mark Tran, « North Korean defectors tell of torture and beatings », The Guardian, November 4, 2009,‎ 4 novembre 2009 (lire en ligne)
  57. a et b (en) « After Repatriation: Three Years in Yodok », Citizens’ Alliance for North Korean Human Rights, December 20, 2007 (consulté le 21 novembre 2011)
  58. (en) « N. Korean Security Turns to Sexual Abuse, Seduction », Chosun Ilbo, March 16, 2010 (consulté le 28 novembre 2011)
  59. « Concentrations of Inhumanity » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  60. (en) « ICNK Letter To Kim Jong Il », International Coalition to Stop Crimes against Humanity in North Korea,‎ 13 octobre 2011 (consulté le 28 novembre 2011)
  61. (en) « North Korea Prison Camp Survivors Speak at UN Meeting », Christian Post, 10. April 2005 (consulté le 21 novembre 2011)
  62. Donald Macintyre, « The Supremo in His Labyrinth », Time Magazine, February 11, 2002,‎ 18 février 2002 (lire en ligne)
  63. Choe Sang-Hun, « An escapee tells of life and death in North Korea's labor camps », The New York Times, May 31, 2007,‎ 31 mai 2007 (lire en ligne)
  64. (en) « Document – North Korea: Summary of Amnesty International's concerns: 2.2 Shin Sook Ja and her daughters », Amnesty International, October 12, 1993 (consulté le 21 novembre 2011)
  65. Blaine Harden, « A family and a conscience, destroyed by North Korea's cruelty », Washington Post, February 22, 2010,‎ 22 février 2010 (lire en ligne)
  66. 아내·두 딸을 북한에 두고 탈출한 오길남 박사,‎ 3 septembre 2009 (lire en ligne)
  67. (en) « North Korea: Elderly prisoner's life at risk in North Korea: Jeong Sang-un », Amnesty International, August 19, 2010 (consulté le 21 novembre 2011)
  68. (en) « The Aquariums of Pyongyang: Ten Years in the North Korean Gulag », Brothers Judd Book Reviews, July 22, 2005 (consulté le 24 novembre 2011)
  69. (en) « Yoduk Story: Promotion Clip », yodukstory, 2006 (consulté le 22 novembre 2011)
  70. (en) « Yodok Stories: The Movie », Piraya Film, 2009 (consulté le 22 novembre 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]