Branko Ćopić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Portrait de Branko Ćopić

Branko Ćopić (Бранко Ћопић) est un écrivain et poète d'ex-Yougoslavie, né le 1er janvier 1915 dans le village de Hašani au nord-ouest de la Bosnie (sous contrôle austro-hongrois), et mort le 16 mars 1984 à Belgrade.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Hašani, dans l'actuelle municipalité de Krupa na Uni (République serbe de Bosnie), Branko Ćopić avait des parents d'origine serbe. Il suivit des études à l'École normale d'instituteur de Banja Luka et des études à la Faculté de philosophie de l'université de Belgrade. Doté d'un grand sens de l'écriture, il se fait remarquer pour ses critiques littéraires et reçoit le prix Milan Rakić.

À l'aube de la Seconde Guerre mondiale, il se trouva dans le bataillon de Maribor (actuellement en Slovénie). Dès le début du conflit, il se joignit à un groupe de résistants dans les environs de Mrkonjić Grad (Bosnie) et, durant toute la durée de la guerre, il fut journaliste de guerre de son ami de toujours Skender Kulenović. Après la guerre, il devint rédacteur en chef d'un magazine pour enfants mais rapidement commença à écrire des livres et ouvrages. Il est considéré comme l'un des plus grands auteurs de contes pour enfants de l'ex-Yougoslavie.

Dans les derniers jours de sa vie, Branko Ćopić fut hospitalisé. Il se suicida en sautant d'un pont à Belgrade. Ce pont est familièrement appelé Brankov Most (le « pont de Branko »).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ćopić a commencé sa carrière d'écrivain avec des poèmes et des contes, dans lesquels il a présenté la vie très difficile des agriculteurs bosniaques. Puis, pendant la Seconde Guerre mondiale, il privilégia des sujets sur les Partisans ; il écrivit également sur les problèmes de l'après-guerre.

Dans ses romans, il recourt au style de la chronique, notamment dans Glavni Barut, dans lequel il s'est efforcé de représenter le plus objectivement possible la lutte entre Partisans communistes et Tchetniks monarchistes. Ses ouvrages ont été traduits dans les langues d'Europe de l'Est, en anglais, allemand, français, russe et quelques autres[1].

Poèmes[modifier | modifier le code]

  • Pod Grmečom (1938),
  • Borci i bjegunci (1939),
  • Planinci (1940),
  • Rosa na bajonetima (1947),
  • Surova škola (1948),
  • Odabrane ratne pripovetke (1950),
  • Izabrane humorističke priče (1952),
  • Dragi likovi (1953),
  • Dožvljaji Nikoletine Bursaća (1955) i
  • Bašta sljezove boje (1969);

Romans[modifier | modifier le code]

  • Prolom (1952),
  • Gluvi barut (1957), i
  • Ne tuguj bronzana stražo (1958);

Chansons[modifier | modifier le code]

  • Ognjeno rađanje domovine (1944),
  • Pjesme (1945) i
  • Patnikovo proljeće (1947);

Œuvres pour enfants[modifier | modifier le code]

  • Priče partizanske (1944),
  • Pjesme pionirke (1945),
  • Vratolomne priče (1947),
  • Sunčana republika (1948),
  • Armija, odbrana tvoja (1949),
  • Priče ispod zmajevih krila (1950),
  • Pijetao i mačka (1952) i pomani
  • Orlovi rano lete (1959),
  • Slavno vojevanje (1960) et
  • Bitka u zlatnoj dolini – plus connu comme „Pionirska trilogija“.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Branko Čopić

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • [1] Biographie de Branko Ćopić - Site Krajina Pariz