Bréviaire Grimani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bréviaire Grimani
Image illustrative de l'article Bréviaire Grimani
Les attributs mystiques de la Vierge
Artiste Alexander Bening, Simon Bening, Gerard Horenbout
Date vers 1510-1520
Technique enluminures sur parchemin
Dimensions (H × L) 28 × 19,5 cm 832 folios reliés
Localisation Biblioteca Marciana, Venise (Drapeau de l'Italie Italie)
Numéro d'inventaire cod. Lat. I, 99 (=2138)

Le Bréviaire dit de Grimani est un bréviaire manuscrit enluminé. Il a été réalisé en Flandres entre 1510 et 1520. Il est actuellement conservé à la Biblioteca Marciana à Venise. C'est l'un des plus célèbres manuscrits de l'école ganto-brugeoise.

Historique[modifier | modifier le code]

Le commanditaire du manuscrit n'est pas identifié. Il est acquis par Antonio Siciliano, qui est ambassadeur du duc de Milan en Flandre à partir de 1514, auprès de la cour de Marguerite d'Autriche à Malines. Ses armes apparaissent bien au folio 81r, mais pas d'une manière suffisamment évidente pour pouvoir y voir le commanditaire de l'ouvrage. Il le vend pour 500 ducats en 1520 au cardinal Domenico Grimani à Rome ou à Venise. À sa mort, il le lègue à son neveu le cardinal Marino Grimani. Par l'intermédiaire de son descendant Giovanni Grimani (it), il est donné à la République de Venise en la personne du doge Pasqual Cicogna qui le dépose au sein du trésor de la basilique Saint-Marc. Il y reste jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Il est depuis conservé à la bibliothèque nationale Marciana de Venise[1],[2].

Attribution des miniatures[modifier | modifier le code]

Le style des enluminures est typique du style de l'école ganto-brugeoise du XVIe siècle. Plusieurs mains sont distinguées. Les miniatures les plus archaïsantes sont attribuées au peintre Alexander Bening. La plupart des autres sont attribuées à son fils Simon Bening et à son atelier. Quelques miniatures ont été toutefois attribuées au Maître de Jacques IV d'Écosse depuis identifié à Gerard Horenbout et d'autre à Gerard David dont une Marie Madeleine pénitente[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le manuscrit contient 50 miniatures en pleine page et 18 autres de plus petite taille. Par ailleurs, des décors couvrent la totalité des 832 folios du livre[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ingo Walther et Norbert Wolf, Codices illustres. Chefs-d'œuvre de l'enluminure, Paris, Taschen,‎ 2005 (ISBN 382285963X), p. 412-413
  • (en) Scot McKendrick et Thomas Kren, Illuminating the Renaissance : The Triumph of Flemish Manuscript Painting in Europe, Los Angeles, Getty Publications,‎ 2003, 591 p. (ISBN 978-0-89236-704-7, lire en ligne), p.420-424 (notice 126)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Codices illustres, p.413
  2. a et b Site de la Marciana