Bois de Misedon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le bois de Misedon ou Forêt de Misedon constitue l'élément nord-est d'une ancienne et vaste forêt située aux confins des départements de la Mayenne à l'est, et de l'Ille-et-Vilaine à l'ouest, qui comprenait, du nord-est au sud-ouest : le bois de Misedon, le bois des Gravelles (entre Saint-Pierre-la-Cour et La Brûlatte), le bois des Éffretais (entre Saint-Pierre-la-Cour et La Gravelle) et la forêt du Pertre (entre Mondevert et Le Pertre).

Le bois de Misedon, quant à lui, est situé entre Le Bourgneuf-la-Forêt (au nord), Saint-Ouën-des-Toits (au nord-est), Olivet (à l'est), Port-Brillet (au sud) et Launay-Villiers (à l'ouest). Il est bordé à l'ouest par le Vicoin. Il est situé sur les communes d'Olivet et Port-Brillet.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce bois, qui s'étendait du bourg d'Olivet au bourg de Launay-Villiers en 1444, sur une longueur de 4 km (est-ouest) sur 3 km (nord-sud), a toujours fait partie de l'apanage de la Maison de Laval.

En 1292, Guy VIII de Laval l'attribua aux enfants de sa seconde femme, Jeanne de Brienne, et il retourna avec la châtellenie d'Olivet à la branche aînée par le mariage de Guy XII de Laval Blason Guy XII de Laval-Châteaubriant.svg et de Jeanne de Laval-Tinténiac.

En 1680, écrit Le Clerc du Flécheray, il était réduit presque tout en taillis pour l'entretien de la forge de Port-Brillet.

Cette forêt constitua le premier "nid" et le premier asile de la Chouannerie, puisqu'à proximité s'y trouvait, à Saint-Ouën-des-Toits, la Closerie des Poiriers, demeure de la famille Cottereau. Jean Chouan y trouva la mort le 28 juillet 1794.

Séquestré pendant la Révolution française, le bois fut restitué, en vertu de la loi du 5 décembre 1814, au Prince de Tarente, qui l'afferma aux maîtres de forges de Port-Brillet, et le vendit le 21 mars 1818 à la Société Paillard-Collet-Bazouin. L'acquisition comprenait, outre Misedon (528 ha), Frageu (99 ha) et l'Éffretais (189ha).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Famille Chouan, Jean Chouan et Julien Delière.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maison de Laval, t. II, p.95)
  2. Archives de la Mayenne, E., compte)
  3. Aveu de Laval
  4. a et b Dict. topographique
  5. Descriptif du Comté de Laval

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

« Bois de Misedon », dans Alphonse-Victor Angot, Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Goupil, 1900-1910 [détail de l’édition]