Bataille du Trou du Diable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille du Trou du Diable
Pontiac
Informations générales
Date 14 septembre 1763
Lieu Gorges du Niagara
Issue Victoire amérindienne
Belligérants
Senecas Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Commandants
Cornplanter Robert Rogers
Forces en présence
300 soldats 134 soldats
Pertes
0 morts 80 morts
Rébellion de Pontiac
Coordonnées 43° 08′ 02″ N 79° 02′ 44″ O / 43.13388889, -79.0455555643° 08′ 02″ Nord 79° 02′ 44″ Ouest / 43.13388889, -79.04555556  

La bataille du Trou du Diable (en anglais : Battle of Devil's Hole), appelé également massacre du Trou du Diable, est une embuscade meurtrière tendue par les Amérindiens contre un convoi des troupes britanniques le 14 septembre 1763 pendant la rébellion de Pontiac le long des gorges du Niagara.

Contexte[modifier | modifier le code]

En 1763, les Nations amérindiennes alliées des Français refusent le traité de Paris qui cède à la Couronne britannique le Canada. Pontiac, le chef des Outaouais, réunit en avril 1763, à une quinzaine de kilomètres du Fort de Détroit, les différentes Nations amérindiennes vivant autour des Grands Lacs afin de les unirent dans la guerre contre les Britanniques. En mai, ils font le siège de Fort Détroit et attaquent victorieusement les troupes et garnisons anglaises du Haut-Canada ainsi que les colons anglais, protégeant par la même occasion les habitants canadiens.

L'embuscade du Trou du Diable[modifier | modifier le code]

En septembre 1763, un détachement du 80e régiment d'infanterie légère britannique, formé par Robert Rogers convoyait un convoi de marchandises pour la Fort Niagara.

Passant le long de la rivière Niagara, sur un chemin escarpé dominant les gorges du Niagara, plus de trois cents Sénécas commandés par le chef Cornplanter, dissimulés sous les frondaisons et la végétation, attaquent par surprise le détachement militaire marchant à l'avant-garde. Puis les Sénécas poursuivent les survivants tentant de fuir et poursuivent l'attaque du convoi situé à un bon kilomètre en arrière. Les chevaux et les chariots de marchandises tombent en contrebas dans la rivière tumultueuse avec leurs convoyeurs. Les troupes composant l'escorte et mise à mal par l'effet de surprise et tente de se protéger sans avoir le temps de riposter.

Plus de 80 soldats furent tués sur une troupe de 134 hommes, sans faire aucune victime du côté des Sénécas.

Averti des évènements, des renforts britanniques arrivent, mais par crainte d'une nouvelle attaque, ils s'en retournent dans leur campement. Ils reviendront quelques jours plus tard constater le nombre des victimes scalpées et leur corps jeté en contrebas dans la rivière.

Les Sénécas contrôleront la voie d'accès du Niagara pendant encore un certain temps jusqu'à la Guerre d'indépendance des États-Unis.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]