Arduin d’Ivrée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arduin.

Arduin, marquis d’Ivrée (né en 955 à Pombia et mort le 14 décembre 1014 à l'abbaye de Fruttuaria) est un usurpateur du trône d'Italie au début du XIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arduin né vers 955 il est le fils de Dadon, conte de Pombia, et d'une fille du comte de Turin Arduin le Glabre. Il succède à son cousin Conrad à la tête de la Marche d'Ivrée en 990. Il entre en conflit avec Pierre l'évêque de Verceil qu'il est soupçonné de faire tuer en 997. Il est excommunié par Varmondo, l'évêque d'Ivrée et reconnu responsable du meurtre, lors d'un synode tenu par le Pape Sylvestre II en 999, il est de nouveau excommunié et déclaré déchu. Son fils et homonyme Arduin II reçoit son titre mais les comtés d'Ivrée et de Verceil demeurent sous le contrôle du nouvel évêque de Verceil Léon [1].

À la mort d'Otton III, Arduin d'Ivrée réussit à se faire élire et couronner roi d'Italie, le 15 février 1002 en l'église Saint-Michel de Pavie et il est reconnu par l'Italie du nord et centrale. Cependant, l'empereur Henri II prend la route de l'Italie en mars 1004 et se fait couronner roi le 15 mai 1004. En 1013 Henri II doit effectuer une seconde expédition en Italie pour soumettre Arduin et il se fait couronner Empereur à Rome le 14 février 1014[2]. Vaincu, après un nouvelle tentative de prise de pouvoir à l'été 1014, Arduin dépose en septembre sa couronne royale sur l'autel de la Abbaye de Fruttuaria qu'il avait comblé de ses bienfaits, avant d'y devenir moine et d'y mourir le 14 décembre 1014[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Enciclopedia italiana: Arduino re d'Italia
  2. Carlrichard Brühl, Naissance de deux peuples, Français et Allemands (IXe-XIe siècle), éd. Fayard, août 1996, p.  276.
  3. Venance Grumel Traité d'études byzantines « Chronologie: Rois d'Italie après Charlemagne » Presses universitaires de France, Paris 1958 p. 418 .

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]