Famille Ardouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La famille Ardouin (aussi orthographiée Ardoin, Arduin ou Hardouin) est d'origine franque.

Le plus célèbre membre de cette famille est Ardouin le Glabre ou le Chauve, comte et marquis de Turin, comte d'Auriate.

Les origines probables de la famille Ardouin en Francie occidentale[modifier | modifier le code]

Le premier Ardouin connu est Hardouin d'Hiémois (mort entre 853 et 859)[1], comte en Bourgogne en 853. À la cour de Charles le Chauve, il joue le rôle de missi dominici et doit pacifier la Neustrie, en particulier dans l'Avranchin en 853. Il est marié à Warimburg, que certains généalogistes rattachent à la famille des comtes de Troyes, dont les parents ne sont pas connus. Il a deux enfants :

  • Eudes ou Oddon, qui possédait des biens en Neustrie et en Bourgogne.
    • Ardouin Ier[2]. Après la mort de Carloman II, il va se trouver en but à l'opposition des enfants de Godefroi ou Gauzfrid, comte du Mans. Ils le dépouillent de ses possessions en Neustrie. Celui-ci se réfugie auprès de sa tante à Ivrée[3],[4]. Il a dû venir en Italie en 888 avec Guy de Spolète[5], roi d'Italie en 889, et Anschaire Ier d'Ivrée.
      • Roger, comte d'Auriate, qui suit.
      • Ardouin II
  • Ansgarde[6], (morte le 2 novembre 882) qui a épousé Louis le Bègue[7]. Louis le Bègue avait connu Ansgarde en Bretagne quand il s'y réfugia après s'être révolté contre son père. Il l'avait épousé en 862 sans l'accord de son père. Pour certains historiens cela faisait d'Ansgarde une concubine. Il répudie son épouse en 875 pour se marier avec la noble Adélaïde de Frioul, fille du comte Adalhard de Paris. Mais il se heurte en 878 au refus du pape Jean VIII qui refuse de ratifier ce divorce au concile de Troyes et de couronner Adélaïde comme reine de Francie occidentale. Ansgarde avait eu avec Louis le Bègue deux fils et trois filles. Après le refus du pape d'accepter le divorce, elle se bat contre le mariage avec Adélaïde qu'elle traite d'adultère. Elle s'est d'abord retirée à l'abbaye de Chelles près de Paris, puis définitivement à Ivrée où elle a été enterrée en 889 dans l'église paroissiale de Settimo Vittone. À la mort de Louis le Bègue en 879, elle obtient que ses deux fils soient désignés rois des Francs occidentaux grâce à l'appui de l'archevêque Hincmar de Reims. Cependant Adelaïde attendant un enfant au moment de la mort de Louis le Bègue, celui-ci pouvait perturber la transmission de la couronne de Francie occidentale. Cependant les deux fils d'Ansegarde étant morts jeunes et sans descendance, c'est le fils d'Adélaïde, Charles III le Simple qui est devenu roi après la mort de Carloman II.
    • Louis III (vers 863/865-882)
    • Carloman II (vers 867-884).
    • Gisèle, mariée à Robert, comte palatin de Troyes
    • Hildegarde, femme de Ramnulf II d'Aquitaine (mort en 890)
    • Ermentrude
      • Cunégonde de France a fait trois mariages, le premier en 909 avec Wigeric de Methingau dont elle eut Giselbert de Methigau, comte d'Ardenne, puis, vers 920, avec Ricuin de Verdun, sans descendance, et avec un dernier mariage :

La famille Ardouin au Piémont[modifier | modifier le code]

  • Roger, comte d'Auriate Auriate (en)[8]. Son histoire est tirée de la Chronique de l'abbaye de la Novalaise. Cette chronique raconte que les deux frères arrivés en Piémont après leurs revers de fortune en Francie occidentale se sont arrêtés à la cour du comte d'Auriate, Rodolphe[9]. Le comte les pris d'amitié, et ne pouvant se rendre à Pavie à une réunion des grands d'Italie convoqués par le roi d'Italie au début du Xe siècle, il y envoie Roger pour le représenter. Rodolphe satisfait du rôle joué par Roger à ce plaid lui aurait déclaré : Après ma mort, tu seras le seigneur de cette terre. Il le renvoya alors auprès de l'empereur dont il gagna la confiance. Après la mort de Rodolphe, vers 905, il obtint l'investitude du comte d'Auriate par l'empereur. Il se maria avec la veuve de Rodolphe dont il eut deux fils :
    • Roger (mort le 13 novembre 950)
      • Guntilda d'Auriate[10] (morte après le 3 septembre 962). Elle a été mariée d'abord avec Maginfredo de Mosezzo, comte de Lovello, puis avec Amédée d'Ivrée, fils d'Anschaire d'Ivrée (tué en 940/941), marquis et duc de Spolète, frère de Bérenger II.
    • Ardouin III le Glabre ou le Chauve[11], marquis et comte de Turin. Il a succédé après 935 comme comte d'Auriate. Il chasse les Sarrasins de la vallée de Suse et conquiert Turin où il établit sa résidence. Il est nommé en 941 régent de la marche de Turin par le roi d'Italie Hugo. Il conquiert ensuite Albenga, Alba et Vintimille. Il est désigné comme marquis de Turin en 962. Dans une charte datant de 1041, il est indiqué qu'il a pris les villes de Tende, La Brigue et Saorge auxquelles il accorde des droits (charte cosignée par les comtes de Vintimille Conrad et Othon). Il a participé avec Guillaume Ier, comte de Provence, avec son frère Rotboald Ier à la prise de Fraxinetum après la bataille de Tourtour en 973 où se trouvait un fort servant d'abri aux Sarrasins et de base pour piller les pays environnants jusqu'à Saint-Jean-de-Maurienne et Suse. Il est mort après le 4 février 976.Il eut cinq fils dont deux sont morts avant lui et trois filles :
      • Manfred ou Mainfroid Ier[12] marié à Prangarda de Canossa (morte avant 8 mars 991), fille d'Adalbert Atto (it), premier comte de Canossa[13]. Il succède en 977 comme marquis de Turin, comte d'Auriate. Il est décédé vers 1000. Ces territoires vont des Alpes à la vallée du Pô et la côte ligure. Il contrôle la route allant de Gênes à Marseille.
        • Mandred Olderic[14] (992-1034), marquis de Suze et de Turin, qui a épousé Berthe de la famille Obertenghi[15], (vers 997-1037/1040), fille d'Aubert, comte d'Este
          • Adélaïde de Suse (Turin, 1020- Canischio in Canavese, 27 décembre 1091). Elle succède à son père en 1034 comme marquise de Suse, héritière de Auriate, Turin, Ivrée et Aoste. Elle est d'abord mariée à Hermann IV, duc de Souabe, beau-fils de l'empereur Conrad II, puis à Henri, marquis de Montferrat, et enfin à Oddon de Maurienne[16], comte de Maurienne et de Chablais à la mort de son frère Amédée Ier en 1051. Oddon ou Othon Ier de Maurienne (vers 1017-Turin, 1er mars 1060) est marquis de Suse par les droits de sa femme dont les territoires vont des Alpes à la vallée du Pô avec Auriate, Turin, Ivrée et Aoste, jusqu'à la côté méditerranéenne entre Vintimille et Albenga.
          • Un fils mort jeune.
          • Ermangarde de Suze (décédée le 19 janvier 1078), mariée d'abord à Othon de Schweinfurt, puis à Ekbert de Braunschwein, margrave de Meissen.
          • Berthe de Suze (décédée après le 22 avril 1065), mariée à Othon de Savone[17], dit aussi Thète (décédé avant le 31 août 1064), marquis de Ligurie occidentale vers 927, fils d'Anselme II, comte de Tortone, de la maison Alérame. Ils ont six enfants, dont Boniface del Vasto qui a donné les branches de Saluces, de Ceva, de Savone et de Busca. La nièce de Boniface del Vasto, Adélaïde del Vasto a été marié au roi de Sicile, Roger II de Sicile.
      • une fille de nom inconnu, peut-être Ichilda, mariée à Dadon[18],[19]( -998), comte de Pombia, qui comprenait la ville de Novarre.
        • Amédée II, comte de Pombio, en 997.
        • Gualperto,
        • Guiberto,
        • Ardouin, marquis d'Ivrée, il s'empare du titre de roi d'Italie en 1002 avant de se battre contre l'empereur Henri II. Il est marié avant 1000 à Berthe d'Este [20] Il meurt le 15 décembre 1015 à l'abbaye de Fruttuaria où il s'est retiré :
        • Perinthia ou Perinza[21], mariée en 959 à Robert, fils de Vibo, d'origine Souabe, d'abord chevalier vassal de Bérenger II, il devint comte de Volpiano (d'après la Vita domni Willelmi abbatis de Raoul Glaber) :
          • Guillaume de Volpiano est né en juin ou juillet 962 au château San Giulio sur le lac d'Orta, où s'était aussi réfugiée la femme de Bérenger II, Wila III (912-970), pendant le siège mené par l'empereur Othon Ier
          • Geoffroy
          • Nithard
          • Robert. Les trois noms des frères de Guillaume figurent sur l'acte de fondation du monastère qui est devenu l'abbaye de Fruttuaria.
      • Richilde (décédée en 989), mariée à Conrad Cono[22], marquis d'Ivrée, fils de Bérenger II et de Wila III d'Arles fille de Boson d'Arles.
      • Anselde ou Alsinda, mariée à Giselbert[23], comte palatin de Bergame :
      • Othon (mort un 19 janvier après 998)
        • Ardouin (mort après 1014), marquis
        • Boson
        • Wido (mort avant 1040)[24], marquis
          • Odalric (mort après le 20 octobre 1040), marquis de Romagne, marié à Giulitta
            • Béatrice de Romagne, mariée à Oberto[25], comte de Vado.
              • Adalberto, prévôt de la cathédrale de Tortone en 1065, évêque d'Acqui en 1079
              • Guido (mort avant 1106), marquis
          • Wido (mort en 1082), marquis de Romagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Foundation for Medieval Genealogy : Family of Harduin
  2. Joseph Croset-Mouchet, Saint Anselme, archevêque de Contorbéry. Histoire de sa vie et de son temps, p. 48-50, H. Casterman, Paris-Tournai, 1859 Extraits
  3. Cette filiation donnée dans l'histoire de Saint Anselme de Cantorbéry cité précédemment n'est pas établie par des chartes et peut donc être discutée. Casterman place le lieu du décès d'Ansgarde à Ivrée vers 889 alors que d'autres historiens donnent la date de 879 et 882. Pendant les quatre années qui suivent la mort de Carloman ont été troublées par des affrontements pour désigner le roi de Francie occidentale entre les différents prétendants et leurs affidés. L'échec de Guy de Spolète pour devenir roi de Francie face à Eudes, comte de Paris et marquis de Neustrie, l'a fait revenir en Italie avec certains de ses appuis.
  4. Par ailleurs, on a essayé de trouver la généalogie de Bernon, fondateur de l'abbaye de Cluny. À partir des écrits de Sigebert de Gembloux qui vivait au XIe siècle qui affirmait qu'il était d'origine séquanaise, et issu de la famille des comtes de Bourgogne, par analogie, et sans aucune preuve, on en fit le fils d'Eudes et le frère d'Ardouin Ier, dans Jean-Henri Pignot, Histoire de l'ordre de Cluny depuis la fondation de l'Abbaye jusqu'à la mort de Pierre-le-Vénérable, Autun-Paris, 1868 [1]
  5. Foundation for Medieval Genealogy : Guido di Spoleto
  6. Foundation for Medieval Genealogy : Ansgardis
  7. Foundation for Medieval Genealogy : Louis le Bègue
  8. Auriate est un ancien comté italien situé entre Saluces et Coni. Son nom survit dans le nom de la commune italienne de Valloriate. Le comté d'Auriate disparaît quand Bérenger II devenu roi d'Italie en 950 réorganise la partie occidentale du royaume de Lombardie en créant les marches de Gênes, de Montferrat et de Turin. Le comté d'Auriate est intégré dans la marche de Turin. Le comté reste cependant le centre des biens des Ardouin pendant trois générations jusqu'à ce que Berthe de Suse se marie avec Othon del Vasto pour former le noyau du marquisat de Saluces
  9. Foundation for Medieval Genealogy : Conti di Auriate
  10. Foundation for Medieval Genealogy : Guntilda
  11. Foundation for Medieval Genealogy : Ardoino
  12. Foundation for Medieval Genealogy : Manfredo son of Ardoino
  13. Foundation for Medieval Genealogy : Conti di Reggio
  14. Foundation for Medieval Genealogy : Manfredo Udalrico
  15. Foundation for Medieval Genealogy : Berta
  16. Foundation for Medieval Genealogy : Oddon de Maurienne
  17. Foundation for Medieval Genealogy : Marchesi del Vasto
  18. Foundation for Medieval Genealogy : Dado
  19. (it)
  20. Foundation for Medieval Genealogy : Berta d'Este
  21. La généalogie de Périnza est discutée car les indications de Raoul Glaber sont imprécises
  22. Foundation for Medieval Genealogy : Corrado Cono d'Ivrea
  23. Foundation for Medieval Genealogy : Gisilberto, conti di Bergamo
  24. Foundation for Medieval Genealogy : Wido
  25. Foundation for Medieval Genealogy : Oberto