Appel de Heidelberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'appel de Heidelberg, composé par Michel Salomon, s'attache à dénoncer « l'émergence d'une idéologie irrationnelle qui s'oppose au progrès scientifique et industriel et nuit au développement scientifique et social »[1]. Il a été publié à l'occasion du sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992 et signé par de nombreux scientifiques. Les signataires rappellent qu'ils partagent les objectifs du sommet mais mettent en garde les gouvernements et les autorités responsables de la gestion de la planète contre la prise de décisions qui ne seraient étayées que par des arguments pseudo-scientifiques ou des données fausses et non pertinentes.

Parmi les signataires figurent 264 scientifiques et universitaires, dont 72 récipiendaires du prix Nobel[2].

L'Appel d'Heidelberg est un court texte d'une dizaine de phrases qui plaide pour une écologie scientifique dans laquelle « le contrôle et la préservation soient basés sur des critères scientifiques et non sur des préconceptions irrationnelles »[1], et défendent l'idée d'une « nécessité absolue d'aider les pays pauvres à atteindre un niveau de développement durable [...], de les protéger contre les problèmes et dangers engendrés par les pays développés »[1]. Il se termine par la conclusion suivante : « Les plus grands maux qui accablent notre Terre sont l'ignorance et l'oppression, et non la Science, la Technologie et l'Industrie dont les instruments, lorsqu'ils sont adéquatement gérés, deviennent les outils indispensables à un futur façonné par l'Humanité, par elle-même et pour elle-même, lui permettant ainsi de surmonter les problèmes majeurs tels que la surpopulation, la famine et les maladies répandues à travers le monde. »[1].

Critiques[modifier | modifier le code]

Une note interne à Philip Morris, diffusée en mars 1993, indique que la coalition initiatrice de l'appel a pour origine l'industrie de l'amiante. et que l'industrie du tabac est également impliquée [3],[4]. Ces lobbys seraient aussi à l’œuvre dans l'exploitation médiatique qui a été faite de l'appel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]