Appareil photographique reflex bi-objectif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Appareil photographique reflex.

Un appareil photographique reflex bi-objectif (en anglais : TLR : twin lens reflex) est un type d'appareil photographique caractérisé par l'utilisation de deux objectifs, l'un servant à la visée, l'autre à la prise de vue.

Construction[modifier | modifier le code]

Rolleiflex

Les deux objectifs sont situés à l'avant de l'appareil.

  • L'un (souvent celui du haut pour les appareils verticaux) sert à la visée. La lumière qui le traverse est réfléchie vers le haut, par un miroir à 45°, en direction d'un verre dépoli servant à la mise au point (qui peut être télémétrique). C'est normalement un triplet (trois lentilles) calculé pour fournir la plus grande luminosité possible.
  • L'autre (souvent celui du bas pour les appareils verticaux) sert à la prise de vue. Il focalise les rayons lumineux vers le plan du film, le plus souvent à travers un obturateur central. C'est le plus souvent un objectif de haute qualité à quatre lentilles (de type Tessar), ou encore plus élaboré, par exemple à cinq lentilles.

Afin d'assurer la mise au point précise par la visée, les deux objectifs sont presque toujours montés sur une platine commune permettant leur déplacement simultané.

Avantages et inconvénients[modifier | modifier le code]

Ce type d'appareil, le plus souvent au format carré de 6 × 6 cm, utilise le film argentique en bobine "120", ou quelquefois "220" (sans papier support). Le principal avantage de ce type d'appareil est lié à son format (près de quatre fois la surface d'une image 24 x 36 mm) : plus grande qualité d'image, mais aussi surface suffisante pour l'examen des tirages par contact. Il existe cependant en version plus compacte 4 × 4 cm, en usage des années 1930 à 1960, admettant la pellicule en bobine "127".

Ses inconvénients sont le poids assez important inhérent à tout appareil de moyen format, une visée jugée parfois délicate liée à l'absence de dispositif redresseur d'image (l'image projetée sur le verre de visée est inversée latéralement de gauche à droite) et, surtout pour les appareils à objectifs interchangeables, le prix élevé du fait de leur montage en double.

Au cours des années 1970, le reflex bi-objectif se voit progressivement concurrencé par des boîtiers reflex mono-objectifs de petit ou de moyen format, souvent moins encombrants et surtout dotés, au fil des années, de plus en plus d'automatismes.

L'âge d'or du reflex bi-objectif se situe entre les années 1930 et 1970. Malgré l'avènement de la photo numérique professionnelle, il est toujours utilisé par certains photographes professionnels et amateurs, qui en appréciaient la mise en opération rapide et silencieuse, la solidité et la qualité de construction, et enfin la stabilité de la visée à hauteur de poitrine, très favorable à la composition des portraits américains et en pied. En conséquence, le Rolleiflex bi-objectif 6 × 6 cm a fait l'objet de plusieurs rééditions.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Katarzynski Antoine, De 1929 à aujourd'hui, analyse de l'implication du système bi-objectifs dans l'évolution des pratiques photographiques, Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière, 2014. (http://www.ens-louis-lumiere.fr/fileadmin/recherche/2013-Katarzinsky-photo.pdf)