Format 120

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 120 (homonymie).
Plusieurs sortes de films 120: Kodak Tmax ISO 100 neuve(en jaune), exposée(en blanc), une boîte de 5 Ektachrome et un film noir et blanc Fortepan

Le format 120 est un format de pellicule photographique lancé par Kodak en 1901 pour son Brownie n°2[1]. Il s'appelle d'ailleurs "Brownie film" (ブローニーフィルム; Burōnī firumu) au Japon

Description[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un film en rouleau recouvert d'une bande de papier protecteur à l'arrière. Sa largeur est de 64mm. Il permettait à l'origine 8 photos de 6×9cm. Le papier protecteur porte les numéros de vues qui sont lues au travers d'une fenêtre rouge sur le dos de l'appareil. Depuis lors, le papier a évolué et dispose en plus des numéros pour les formats 6×6cm (12 vues) et 6×4.5cm (16 vues). D'autres formats existent, comme le 6×7. Les appareils ont alors un système de comptage de vues interne. De nos jours, seuls quelques appareils bas de gamme utilisent la fenêtre rouge, celle-ci devant être couverte en cas d'utilisation de film panchromatiques.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Pour charger un film 120, il faut déchirer le sceau en papier, dérouler le papier pour le fixer sur une bobine vide de l'autre côté de la chambre, en tournant une clé, la bobine vide se remplit du film exposé et le papier recouvre le tout en fin de film, où on donne la bobine remplie pour le développement. Il n'y a pas, contrairement au format 35 mm, de rembobinage nécessaire. La bobine vide laissée par le film est changée de côté et on peut recommencer le cycle avec une nouvelle bobine.

De nos jours, le 120 est utilisé par les photographes pratiquant le moyen format. On peut y ranger les professionnels utilisant des appareils très haut de gamme (Hasselblad, rolleiflex, etc.) et les amateurs utilisant pour le plaisir des appareils anciens nécessitant ce format.

Appareils utilisant le 120[modifier | modifier le code]

Beau Brownie, exemple de box prenant du film 120
Hasselblad 500C, appareil haut de gamme au format 6x6

Le film 120 a été créé pour le n°2 Brownie de Kodak, il est le plus vieux format de pellicule encore en vente, si on excepte les plans-films. Il a été longtemps le film « standard » avant d'être détrôné par le plus compact 135 dans les années 1960. Les appareils l'utilisant étaient d'abord de simples box (boîte rectangulaire), souvent en carton, ayant un objectif très basique ou des foldings, ayant un soufflet pliant pour gagner en compacité. Par la suite fut inventé le TLR, qui popularisera le format 6x6 avec en figure de proue le Rolleiflex acceptant le 120 dès 1932 et son pendant soviéique le Lubitel qui permit dès 1949 à de nombreux jeunes de posséder un appareil de qualité raisonnable pour un prix modique. De nos jours, on trouve des appareils 120 de toutes formes : des reflex SLR, soit reprenant le style d'un reflex 35mm (Pentax 67), soit sous forme d'un système modulaire articulé autour d'un "cube" sur lequel on attache un objectif, un dos, un viseur et un éventuel moteur d'avance, le plus connu étant le Hasselblad. On trouve aussi des compacts comme le Holga ou des télémétriques (Mamiya 6 et 7).

Disponibilité[modifier | modifier le code]

Ce format est disponible chez tous les fabricants, que ce soit Kodak, Ilford, Fujifilm ou d'autres petits fabricants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :